Romain 23 ans – Le GR20 du Sud au Nord fin Septembre

Bonjour Romain, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Bonjour, moi c’est Romain (alias @corri_sempre), 23 ans. Dans la vie active, je suis Electro Technicien, passionné de course à pied et d’activités plein air. J’ai dans mes habitudes de m’entrainer 3 à 4 fois par semaine (course à pied, entrainement en salle, vélo de route également, je compte commencer le triathlon cette année), je me considère donc un peu sportif oui 🙂

romain au départ de conca

Déjà expérimenté en randonnée ?

Expérimenté en randonnée, je n’irai pas jusque-là, à vrai dire, avant de fouler les premiers graviers des montagnes corses, j’avais eu une vague expérience en haute montagne avec un trail de 65km (la 6000D pour les connaisseurs) à la Plagne deux mois auparavant.

Jusque-là mon expérience de la randonnée se limitait à quelques excursions estivales en famille (Etna, Montgenèvre…) sur de courtes distances et rien de comparable avec le GR20.

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à faire dans ta région ?

Étant de la région parisienne, je n’ai pas souvent l’occasion de pratiquer la randonnée à part lorsque je voyage, ou si peut être le domaine des 25 bosses à Fontainebleau qui reste une valeur sure pour tous les traileurs parisiens et qui peut servir de parcours de randonnée ou d’escalade.

Autrement, nous avons deux événements sportifs dans la région pour les adeptes du trail running qui sont l’écotrail de Paris avec une section marche nordique et le Maxi Cross de Bouffémont. Sinon, en dehors de ma région, les parcs nationaux du Mercantour et des Écrins seraient des endroits rêvés pour tous randonneurs : ce seront d’ailleurs deux de mes prochaines destinations !

Quid de ton GR20 : à quelle période, quel itinéraire ? Accompagné ?

Nous nous sommes lancés sur ce GR fin septembre ; mon ami @fabien.chomet et moi-même. Nous l’avons fait du Sud au Nord, en partant de Conca jusqu’à Calenzana.

Romain et Fabien sur le GR20

Quelle était la démarche de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Tout est parti d’un défi entre amis. Cette année avec Fabien, on s’était focalisé sur le trail running. Après avoir réalisé notre première longue distance fin mars sur un format 45km, puis d’un 65km en Août, l’appel d’une plus longue distance et de pouvoir vivre une aventure comme on en rêvait étant gamin se faisait sentir, et c’est naturellement qu’on s’est tourné vers ce GR qui nous paraissait être le plus dépaysant et adéquat à ce moment là.

contempler depuis haut des montagnes

Du moment où l’idée de ce GR nous est venue à la réservation des billets pour s’y rendre, il s’est à peine écoulé quelques jours, le temps de mettre toute la logistique en place.

Quel équipement avais-tu emporté ?

Concernant l’équipement, nous sommes partis avec des sacs de rando Lafuma 40L équipés de poches à eau 2L et d’une gourde d’1L.

Au niveau des changes, nous avons pris le strict minimum : un short et un pantalon de rando, deux tee-shirts techniques pour le coté respirant et séchage rapide ainsi qu’une polaire pour les moments plus frais et un coupe vent Gore-Tex qui nous aura bien servi en altitude, et bien entendu, des sous-vêtements de rechange.

le gr20 traverse des rivieres

Nous étions équipés de chaussures de trail pour le coté léger et confortable si nous voulions courir sur certaines étapes. Le modèle utilisé était les Gel Fuji-Trabuco 7 de chez ASICS qui se sont révélées être des alliées de taille dans les moments de grimpe.

Nous sommes partis sans tente mais nous avions réservé quelques refuges au préalable en calculant plus au moins le temps de parcours pour atteindre les refuges voulus.

Concernant la nourriture, nous avions privilégié les plats lyophilisés pour un gain de place, quelques barres de céréales pour les encas rapides ainsi que des fruits secs. Nous avions notre propre réchaud avec deux recharges. Il faut penser que le gaz s’évapore plus rapidement en altitude, même si au final les refuges étaient encore bien équipés, et le réchaud nous aura servi que deux ou trois fois sur l’aventure.

fabien chomet sur le gr20

Avais-tu pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

La sécurité a été le premier point qu’on a abordé dans notre préparation logistique, un rappel des gestes de premier secours m’a été prodigué par Fabien. Nous avons pris le temps de constituer deux trousses à pharmacie (au cas ou l’un de nous perdait son sac en route) avec tout le nécessaire en cas de chutes : coupures ou infection par un insecte ou autre.

Nous avons pris le temps d’examiner le parcours sur des cartes que nous avons fait plastifier pour le voyage, et nous étions également équipés de montres Garmin avec cartographie GPS, ce qui ne nous a pas empêché de nous égarer quelques fois… mais c’est aussi ça qui fait le charme du GR20 je pense 😉

A un moment du parcours, nous avons eu une petite frayeur. Juste avant de rejoindre le refuge de Conca, nous avons dévié du parcours en haut d’une montagne sans trop nous en rendre compte. La nuit allait tomber sous peu et le refuge était visible au loin. A ce moment, nous étions encore en confiance, on s’amusait à crier “Conca on arrive !” et nous avons décidé de faire du hors piste en se disant que si les vaches arrivaient à prendre ce chemin, pourquoi pas nous ? Une vingtaine de minutes plus tard, on se retrouvait à faire du rappel avec une corde à linge cramponné à une falaise à la force des doigts à une dizaine de mètres au dessus du vide pour rejoindre la terre ferme, car impossible de rebrousser chemin ensuite, et le temps pressait pour rejoindre le refuge. Ce fut une expérience assez effrayante et on s’est promis de ne plus jamais recommencer ce genre de folie !

arbre froudroyé montagne en corse

Quelles sont tes impressions ?

Un sentiment de bien-être, de retour aux choses essentielles, se rendre compte que le strict minimum peut suffire (un plat chaud, une douche, des moments de rires) quand on est entouré de personnes bien vaillantes comme un ami, ou des randonneurs croisés sur le chemin. Jamais je ne me serais dit que simplement marcher, marcher d’un point A à un point B et faire ça pendant 8 jours, m’aurait autant fait du bien – apaisé et surtout fait réfléchir sur moi-même et sur ce qui nous définit vraiment.

C’est une aventure qui peut nous faire découvrir nos faiblesses, nos limites mentales et physiques, mais qui peut également nous faire découvrir notre potentiel caché et nous rendre plus mature.

fin de journée en Corse - ciel magnigique

Je n’ai pas eu d’impressions négatives sur ce premier GR, si ce n’est, je pense, qu’il faut un minimum de préparation physique mais aussi mentale (après, tout dépend du temps de disponible pour le faire je pense) pour l’apprécier pleinement. Ne vous lancez pas sur ce genre d’aventure en pensant que c’est une promenade de santé.

Ton plus gros coup de cœur ?

Dur de choisir tellement il y en a eu, mais je dirais certainement le passage au lac de Nino pour avoir pu approcher les chevaux : ce fut une sacrée surprise.

cheval en liberté au lac de nino corse

Et s’il y a la possibilité de rajouter un deuxième coup de cœur : juste un peu avant le refuge de Manganu, nous avons pu faire une halte dans une sorte de piscine naturelle : un moment juste magique où nous avons pu nous ressourcer !

Étape et refuge préféré ?
Tout au long de l’aventure, nous avons eu nos lots de surprises concernant les étapes. J’ai apprécié pour ma part, pour ses paysages, celle de Tighjettu vers Ascu Stagnu et le fameux Monte Cinto.

Le refuge d’Ascu fut également un de mes préférés sûrement parce que ce fut l’une des rares nuits passées en refuge et que nous avons eu l’occasion de faire pas mal de connaissances et de partager un bon repas tous ensemble.

Quant à Fabien, il a plus apprécié celui de Usciolu pour sa vue, le confort des douches et la petite supérette qui nous a permis de faire un super apéro : une sorte de GR Luxe 🙂

Un message à passer ?

Je voudrais tout d’abord remercier mon acolyte Fabien de m’avoir suivi dans cette aventure !

fabien chomet gr20 de conca à paliri

Sans lui, je n’aurais sûrement pas tenu ce rythme de 8 jours, heureusement qu’il était là dans les moments les plus difficiles du parcours. Ensuite, je voudrai remercier les gardiens des refuges et des bergeries qui ont été tous super accueillants à notre égard et très loin des clichés que certains peuvent avoir.

As-tu eu un objet pratique que tu pourrais partager ?

Plusieurs objets sont pour moi indispensables au bon déroulement de cette aventure :

Les bâtons de marche : je ne les ai pas mentionnés dans mon équipement mais c’est un indispensable, ne serait-ce que pour soulager de quelques kilos votre foulée et éviter les maux de genoux. Ils peuvent également servir à garder l’équilibre à certains moments. Privilégiez les bâtons de trail plus résistants et plus légers également – pour ma part, j’avais les Micro Trail de chez Leki.

De la corde à linge : très pratique pour faire sécher les vêtements, que ce soit en refuge ou sur votre sac à dos quand vous marchez.

Un objet qui nous aura bien aidé également à garder contact au cas ou avec nos proches ou les secours a été la batterie Solaire, pour toujours avoir de quoi recharger nos téléphones et les montres GPS.

D’autres conseils pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Entrainez-vous un minimum avec votre matériel et les vêtements que vous comptez emmener, c’est comme en course à pied : “on n’essaye pas ses chaussures le jour de la course”.

Ne vous surchargez pas de choses futiles comme du déodorant ou de 36.000 vêtements. Prenez le strict nécessaire. Un petit tips pour cela : prenez un sac de 40L, pas plus ; vous serez ainsi obligés de limiter le nombre de choses à emmener.

Et surtout, n’oubliez pas l’aspect sécurité ! Emmenez toujours avec vous une trousse à pharmacie – j’ai vu trop de personnes se blesser en chemin à qui on a du porter secours car ils n’avaient pas de quoi se soigner.

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

C’est prévu d’y retourner en plus grand comité en partant du Nord jusqu’au Sud, mais cette fois pour profiter un maximum de chaque étape sans limite de temps, pour le plaisir des yeux et profiter des mets locaux. On partirait toujours avec le strict minimum et en chaussures de trail pour faire quelques excursions running sur les étapes qui s’y prêtent le mieux.

le gr20 du sud au nord Romain

Envie de rajouter quelque chose ?

Oui, merci GR20 Blog de me permettre de partager mon expérience du GR20, et bon GR à tous les lecteurs !

Merci surtout à toi Romain, c’est une très belle interview avec de nombreux conseils, tous très utiles, pour ceux et celles qui préparent le GR20 ! Je partage aussi ton avis sur la taille du sac : un petit sac force à se concentrer sur le strict nécessaire et ainsi éviter d’être trop chargé. Tous les autres conseils sont si vrais également, et tu fais bien de vouloir revenir pour y passer plus de temps et mieux apprécier tous les aspects du GR20 ! A bientôt Romain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*