Olivier (région parisienne) et ses amis – GR20 en août 2018

Olivier a effectué le GR20 avec ses amis en début août 2018, de Calenzana jusqu’à Conca, mais tous ne l’ont pas fini à cause de blessures…

Bonjour Olivier, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Je m’appelle Olivier j’ai actuellement 22 ans, je suis étudiant en école de commerce, habitant de région parisienne et paradoxalement amoureux des grands espaces et de montagne ; je suis un adepte des défis en tous genres, et il faut dire que le GR20 en était un gros !

J’avais 20 ans quand je me suis risqué aux montagnes corses, porté par une bonne condition physique, même si j’avais fait une petite pause sur le sport depuis le début de mes études…

olivier-sur-gr20-pause
Le GR20, une épreuve !

Le GR20 était mon premier grand trek, et depuis je suis toujours à la recherche de nouvelles aventures, si tout se passe bien j’attaquerai la traversée des Pyrénées en solitaire cet été 2020 !

Déjà expérimenté en randonnée ?

Mes parents m’ont partagé leur soif de découverte, et j’ai toujours eu l’habitude en famille de passer des vacances à marcher. Concernant la randonnée pure, j’ai notamment pu arpenter de belles randonnées dans le massif du Mont-Blanc durant des séjours à Chamonix. J’avais donc des expériences de randonnée à la journée, mais aucune en itinérance et en indépendance. J’ai également une expérience de randonnée glaciaire, ainsi que d’alpinisme avec un premier 4000m en Italie, mais rien qui ne faisait de moi quelqu’un d’expérimenté en montagne et en grande randonnée.

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées?

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai eu de belles expériences dans la vallée de Chamonix, où je conseille à tout amoureux de montagne de venir faire quelques treks. Cet endroit est magique, avec des panoramas à couper le souffle. Les possibilités de rando sont multiples, variées, et pour tous niveaux.

troupeau-montons-montagne
Croisant un troupeau de moutons

J’ai également pu découvrir les Vosges où j’ai passé une journée sur le GR qui les traverse, ça a été un bon teaser, je compte bien y retourner !

Quid de ton GR20 : à quelle période, quel itinéraire ?

Je suis parti accompagné de 3 de mes meilleurs amis Clément, Arthur et Grégor, avec pour objectif de faire la traversée complète, nous sommes partis de Calenzana le 2 août 2018 et nous avons terminé le 10 août à Conca malheureusement à 2 pour cause de blessures aux articulations… Nous avions tous les 4, 20 ou 21 ans à l’époque, peu expérimentés, mais très contents de partager cette aventure entre potes !

bande-amis-rando-gr
Petite pause sur le GR20

Nous avons partagé les 7 premières étapes tous ensemble et nous avons fini à 2 les 9 dernières à cause des blessures évoquées avant.

Quel était le contexte de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Nous avons voulu réaliser ce GR20 entre potes car nous avions envie de vivre une expérience différente ensemble, et tous les bons retours que l’on a pu en avoir ont confirmé notre envie, alors nous nous sommes lancés. Notre préparation était très légère pour ne pas dire nulle, car nous avions passé le mois précédent à faire la fête pour les uns et travailler pour les autres, nous n’avions jamais marché avec nos sacs pleins (je n’avais même personnellement jamais enfilé mes chaussures : énorme erreur de débutant !).

Quel équipement avais-tu emporté ?

J’avais un sac de 50L de chez Décathlon, qui m’a suffi parce que nous avions fait le choix de ne pas ramener de réchaud et tout le matériel allant avec étant donné les informations que l’on avait pu avoir concernant les possibilités d’utiliser certaines cuisines de refuges, et le midi nous mangions froid.

Concernant l’hydratation, j’avais avec moi une gourde de 1L que je gardais accessible en permanence et que je remplissais dans les ruisseaux que l’on croisait. J’avais également une gourde isotherme de 1.5L que je gardais dans mon sac en supplément, et en fonctionnant comme ça je n’ai quasiment jamais manqué d’eau en gérant bien ma consommation.

repas-refuge-corse-gr
A table en refuge – GR20

Je transportais, une paire de bâtons, 2 rechanges supplémentaires en supplément de ma tenue de base. Je transportais également de quoi petit-déjeuner, quelques barres de céréales, deux repas lyophilisés au cas où, une polaire et une veste coupe-vent, une frontale, une serviette, une paire de tong, du savon dur pour le soin corporel, et une trousse à pharmacie, ainsi qu’un sac de couchage et un matelas auto-gonflant.

Mon sac pesait environ 10kg (1/6ieme de mon poids) sans l’eau et la tente.

Nous avions décidé d’être indépendants en transportant nos tentes. La plus grosse erreur que nous ayons fait ait été de transporter des tentes 2 secondes Décathlon, qui étaient un fardeau à porter à cause de leur poids (3kg !) et de leur mauvaise tenue aux sacs. Heureusement nous partagions le transport entre matin et après-midi.

Avais-tu pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

Nous avions bien conscience des dangers que représentent la montagne, et nous avions toute une trousse de pharmacie nécessaire pour les éventualités de blessures, coupures, morsures d’animaux/insectes…

Nous avions également le topoguide GR20 avec les cartes 1/25000 qui nous a été utile durant le parcours pour évaluer le soir notre itinéraire du lendemain. Durant la journée, les chemins étant bien balisés, nous n’avons quasiment eu aucun problème de localisation.

chemin-montagnes-gr20
Le GR20 balisé des traces GR rouge et blanche

Aussi nous avions tous nos téléphones portables en cas de besoin. Même si le réseau est bien rare (nous avions réussi à faire accepter à nos parents qu’il fallait un peu couper les ponts, et ça nous arrangeait bien ahah), ils nous ont été utiles pour contacter les secours après un orage qui a créé un incendie, suite auquel nous avons été escortés par un hélicoptère qui tournait au-dessus de nous, jusqu’au lieu de l’incendie où nous avons découvert les chevaliers du feu qui finissaient d’éteindre le feu : la classe !

gr20-capter-réseau-téléphone
Difficile de capter du réseau pour téléphoner

Encore des névés sur le parcours ?

Les seuls névés qu’on a aperçu étaient très haut au Monte Cinto, mais aucun passage dangereux. Nous n’avons même pas eu à en traverser, il faut dire que c’était une année assez chaude.

Quelles sont tes impressions positives ?

Quel bonheur de réaliser ce rêve de traverser la Corse, que je ne connaissais que des côtes.

Chaque jour était une claque visuelle, des paysages uniques et quelle satisfaction à chaque sommet de lâcher les sacs, se poser et grignoter un bout entre potes, plaisir simple !

On a eu la chance de rencontrer des gens passionnants, et de passer pour des fous avec notre matériel d’amateurs, mais tout le monde était bienveillant, de bons conseils, chaleureux… Je pense notamment à ce couple avec qui on a suivi un itinéraire semblable sur la partie Nord, qui ont été nos mamans et papa de l’aventure !

On a eu de la chance avec la météo, qui avait à peu de choses près le même schéma tous les jours avec des matinées ensoleillées parfaites pour démarrer une journée de randonnée, la météo se gâtait généralement en début d’après-midi ce qui rafraichissait un peu les températures très chaudes d’août ! Finalement nous n’avons eu des orages que 2 fois, et j’en garde un super souvenir malgré tout à devoir se cacher entre des pierres, ou dans une cabane.

nuage-securité-gr20
le ciel se couvre…

Du négatif ?

Mes impressions négatives se portent forcément sur l’abandon de 2 des membres du groupe, quelle frustration de ne pas pouvoir finir à 4 ce qu’on a commencé à 4 – ces blessures étaient certainement le fruit de notre manque de préparation, et c’est un grand regret.

Je ne note pas de point négatif important concernant l’itinéraire et les journées de marche, comme on dit : « les petites galères font les grands souvenirs ! »

Ton plus grand coup de cœur ?

J’ai un coup de cœur particulier pour le lac de Nino et ses fameux pozzi, l’impression de marcher sur un green de golf, tellement surprenant et agréable comme phénomène, et surtout magnifique !

Pozzi-Lac-de-Nino-Olivier
Les pozzines du lac de Nino

Coup de cœur également pour les super bâtons en bois que Clément a gardé après avoir cassé ses bâtons à la première étape, ils nous ont valu quelques discussions marrantes avec des randonneurs !

batons-de-rando-en-bois
Les bâtons de randonnée en Bois

Ton étape préférée ?

Je dois dire que chaque étape est unique et réserve son lot de surprise. Une de mes étapes préférées a été celle entre Matalza et Asinau, où nous avons traversé ce fameux orage qui a créé un incendie. Nous nous sommes retrouvés cachés dans une cabane avec une quinzaine d’autres marcheurs, pendant plus d’une heure. Nous avions doublé après l’étape du matin, nous avons donc fini escortés par hélicoptère pour finir cette longue journée avec un coucher de soleil alors que nous étions encore sur les crêtes.

helicopter-hélitreuillage-gr20-olivier
Hélitreuillage en montagne pour porter secours

Ce fut la plus longue journée, éprouvante mais pleine de bon souvenir.

Des remerciements à passer ?

Je tiens remercier les copains d’abord, avec qui on a passé des super moments, on s’est bien marré, et parfois totalement craqué ! Mais également, tous les randonneurs qui font preuve d’un grand respect pour le parc naturel et qui sont toujours disponibles pour donner de bons conseils.

Enorme merci à tous les refuges de proposer une Pietra fraiche à l’arrivée, quand on est lessivés après 8h/10h de marche, c’est la meilleure des récompenses 😊 !

As-tu eu un objet, pratique, à partager ?

L’objet qui m’a absolument sauvé a été mon un tendeur. C’est grâce à ça que j’ai réussi à faire à peu près tenir ma tente 2 secondes accrochée à mon sac ! Quelle affaire cette tente.

D’autres conseils pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Ça peut paraître évident et maintenant que j’ai du recul ça me paraît fou d’avoir fait ce choix, mais ne prenez surtout pas une tente 2 secondes 🙂 : un calvaire ! Equipez-vous d’une vraie tente de trek.

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

J’ai beaucoup apprécié cette aventure et j’en garderai des souvenirs toute ma vie. Je suis content d’avoir relevé le défi de finir le GR20 en 9 jours. Seulement, si c’était à refaire dans les mêmes conditions, pour limiter les risques de blessures, et finir à 4 à Conca, j’aurais privilégié une meilleure préparation physique et des équipements plus adaptés.

Olivier-gr20-conca-village-arrivée
Arrivée à Conca

Envie de rajouter quelque chose ?

Grazia Corsica !

Merci beaucoup Olivier pour ton retour d’expérience ! Effectivement, la tente 2 secondes est surement la tente la moins adaptée au GR20 😊 Heureusement que vous étiez plusieurs pour vous relayer dans cet enfer 😉 Merci encore, de tres bons conseils pour tous ceux qui préparent le GR20. Reviens vite avec tes amis pour une nouvelle aventure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*