Sébastien et Lynda du Mans – Le GR20 en juillet 2020 (+ vidéo)

Sébastien nous racontre son expérience du GR20, réalisé en juillet 2020 avec son épouse Lynda, dans le sens Nord-Sud en 12 jours.

Bonjour Sébastien, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Je m’appelle Sébastien Morin, j’ai 51 ans et j’habite au Mans dans le département de la Sarthe. Mes passions avec mon épouse Lynda depuis plusieurs années maintenant sont la randonnée, le sport, la nature… Nous pratiquons ensemble le VTT, des raids multisports en binôme sous le nom d’équipe « Les Oreilles grises 2fr » basés sur l’orientation, mais aussi des trails sur plus ou moins longues distances.

Lynda et Sébastien - GR20
Lynda et Sébastien – GR20

Après avoir foulé notre secteur, nous sommes à la recherche de terrains et paysages différents. Nous faisons partie d‘une association de raid multisports qui se nomme Adrénaline 2fr. Dans la vie professionnelle, je suis conducteur de tramway et contrôleur sur le réseau urbain du Mans.

Déjà expérimenté en randonnée ?

Je randonne depuis quelques années maintenant avec mon épouse, nous avons traversé la Corse 3 fois : en août 2015 le Mare a Mare Centre en 9 jours, et le Mare a Mare Nord en 11 jours en juillet 2017 et 2018, les 10 plus belles randos de Corse et cette année, le GR 20.

Nous sommes aussi tombés sous le charme des randonnées Bretonnes : le GR 34 avec la côte d’émeraude et les sentiers des douaniers, l’île de Groix.

Nous avons foulé aussi l’Auvergne et les Alpes avec des distances différentes, des dénivelés plus ou moins difficiles.

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées ?

Le GR34 en Bretagne, le GR10 dans les Pyrénées, les Mare a Mare en Corse sont des randonnées certes sportives mais accessibles.

En ce qui concerne celles de ma région, nous sommes sur un terrain plutôt plat mise à part les Alpes Mancelles « St Léonard des bois » et à proximité la Suisse Normande : Clécy, Pont-d’Ouilly, La Roche d’Oëtre, les bords de Loire.

Quid de ton GR20 : à quelle période, quel itinéraire ?

Moi et ma femme avons fait notre GR20 du 5 au 16 en Juillet, soit en 12 jours. Je l’avais prévu en 11 jours, mais nous avons été retardés sur l’étape Capannelle en raison d’un orage violent et de grosses pluies. Le GR 20 demande beaucoup de sécurité nous avons dû prendre la décision de rester au refuge et de ne pas s’engager dans la deuxième partie.

Nous avons décidé de le faire du Nord au Sud après avoir consulté plusieurs avis qui préconisait de le faire dans ce sens pour palier du plus dur au plus facile (choix personnel et de chacun).

GR20 - Bavella - Corse
GR20 – Bavella – Corse

Quel était le contexte de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Nous entendions parler de ce tracé depuis plusieurs années au fil de nos rencontres sur les sentiers de Corse. Le défi, l’envie profonde de se mesurer à lui et surtout d’aller chercher des paysages à couper le souffle, faire des rencontres de personnes ayant les mêmes passions et envies, profiter des couchers et levers de soleil, respirer un air pur ont été les moteurs essentiels à notre décision.

GR20 - profiter des couchers et levers de soleil
GR20 – profiter des couchers et levers de soleil

Etant donné la situation actuelle (COVID19), nous avons pris les billets début Juin et avons fait le choix de cette période (début juillet) car les jours sont les plus longs et la météo adaptée.

Mon épouse et moi avions toujours voulu le faire mais le temps, les contraintes de la vie professionnelle, la peur du vide pour mon épouse, nous ont freinés quelques années. Et en 2016, notre association de Raid (Adrénaline 2 FR) a fait le choix de le faire en mode trail sur 7 jours ce qui a été l’élément déclencheur pour nous. Le retour de leur expérience nous a poussé à prendre la décision de s’y attaquer à notre tour.

Nous nous entraînons chaque semaine été comme hiver sur toute l’année, pas de préparation spécifique pour nous. Le GR20 demande un minimum d’endurance physique et je dirais aussi et surtout beaucoup de mental. Ce sont des éléments essentiels à la réussite de votre GR20.

bivouac et prairie au refuge de Prati
bivouac et prairie au refuge de Prati

Quel équipement avais-tu emporté ?

Nos sacs étaient dans la moyenne des randonnées de cette envergure : 14kg/15kg sur un volume de 40/50 litres en autonomie (inconvénient pour l’avion c’est de les mettre en soute = plus onéreux).

Nous dormions en tente deux places (1,5kg marque Décathlon, très pratique et confortable), petits matelas gonflables, duvets compressifs -5° (un peu juste en montagne) mais très appréciables en volume dans les sacs.

tente et matériel pour randonner sur le GR20
tente et matériel pour randonner sur le GR20

L’utilisation du réchaud gaz n’est pas indispensable puisque tous les refuges et bergeries sont équipés d’une installation collective (plaques de gaz et casseroles sont mis à disposition ; gaz interdit dans les bagages en avion).

Affaire vestimentaires (en double) : tee-shirts, chaussettes, sous-vêtements (nettoyage tous les soirs) une bonne polaire, un bas long et une paire de tongs pour le soir, un vêtement de pluie pour nous (poncho) mais à déconseiller (dangereux : on se prend les pieds et bâtons dedans).

Hygiène : mini dentifrice, brosse à dents, savon de Marseille conseillé.

A NE PAS OUBLIER : Crème anti-ampoules et échauffements (marque NOK).

Nous avions opté pour nos vieilles chaussures de trail (pas de neuves car à l’arrivée, elles finissent en général à la poubelle) car par expérience les chaussures de randonnée nous donnaient des ampoules (choix personnel).

chaussures de trail pour GR20
chaussures de trail pour GR20

Pour les repas, nous avons opté pour du lyophilisé (soupe, pâtes chinoise, riz aromatisé, purée…), pour autant tous les refuges et bergeries disposent de ravitaillements suffisants (budget à prévoir). Nous nous sommes vite aperçus que la nourriture lyophilisée ne suffirait pas pour notre organisme, nous complétions avec les bons repas proposés par les refuges/bergeries (à conseiller Les lasagnes à Onda) !! Sur le trajet nous grignotions des barres de céréales, compotes, fruits secs et pâtes de fruits.

ravitaillements des refuges du GR20
ravitaillements des refuges du GR20

Il fallait bien consulter son TopoGuide ou demander en bergerie pour savoir si les étapes disposaient de source afin de se ravitailler en eau (ce qui n’est pas le cas sur toutes les étapes), le minimum de 2 litres par personne.

Avais-tu pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

Dans ce genre de périple, la sécurité est essentielle (s’informer, échanger et se renseigner via les réseaux ou autres). J’ai, dans un premier temps, comme pour chaque randonnée que nous faisons, commandé le TopoGuide (à conseiller !!) et télécharger la trace du GR 20 sur mon mobile.

Le marquage sur le parcours du GR20 et variantes est très bien indiqué (quelques-unes demandent un petit coup de pinceau malgré tout !!).

Il peut arriver que des personnes se perdent, dans ce cas il faut toujours revenir sur la dernière trace.

Le dénivelé positif demande énormément d’efforts mais le négatif demande encore plus, à savoir le physique et beaucoup plus de mental (les descentes peuvent prendre des heures). L’enchaînement des étapes fait que le corps cumule énormément de fatigue et que la blessure peut survenir très rapidement.

Toujours être à l’écoute des locaux lorsqu’ils vous disent que la météo va se dégrader et que les conditions ne sont pas réunies pour prendre le départ.

GR20 - vigilence météo et mauvaise conditions
GR20 – vigilence météo et mauvaise conditions

Après avoir consulté l’expérience de certains randonneurs via les réseaux sociaux, il apparaissait que certains passages demandaient une certaine vigilance.

certains passages demandaient une certaine vigilance
certains passages demandaient une certaine vigilance

Comme indiqué au début de mon interview, mon épouse a peur du vide et nous avons dû faire face à cet élément pour pouvoir avancer dans de bonnes conditions ; il y a eu des pleurs, de l’angoisse, des engueulades mais le fait de boucler ce défi a fait qu’elle à pu surmonter ces éléments. Le GR20 se traverse au final très bien dans sa globalité.

Le plus impressionnant, c’est de gravir ces crêtes ; les passages à chaînes, les brèches et aussi deux endroits bien marquants qui demanderait une sécurité supplémentaire.

gravir les crêtes du gr20
gravir les crêtes du gr20

Encore des névés sur le parcours ?

Non juste un peu de plaques de glace sur l’étape du Monte Cinto, rien de dangereux mais très beau à voir, très surprenant de toucher de la glace en été.

nénés en été en direction du Monte Cinto
nénés en été en direction du Monte Cinto

Quelles étaient les mesures sanitaires à respecter liées au COVID-19 ?

Le port du masque était obligatoire à l’aéroport, avion et taxi. Pour rien vous cacher, nous avons totalement oublié le COVID19 durant ces 12 jours, aucun masque, pas de gel, aucune discussion sur le sujet, c’était nous, la nature, les randonneurs et du plaisir. Le retour à la civilisation au bout de ces 12 jours a été compliqué, la réalité de la vie en bas nous a donné l’envie de remonter très vite.

Quelles sont tes impressions sur ce sujet ?

Pas d’impression particulière sauf le fait de l’avoir oublié durant ces 12 jours. Je pense qu’il peut y avoir toutes les contraintes sanitaires du monde, une fois sur le GR20, on oublie tout.

Quelles sont tes impressions globales ?

Il est très difficile de croire que le trek du GR20 soit à la portée de tous, il demande un minimum de condition physique et une grande capacité mentale pour ne pas le subir et pour le finir, le savourer et le réaliser dans des conditions idéales. Il faut être prêt, bien le préparer en amont. Le sentiment de bien-être, de calme, d’accomplissement, la réflexion sur soi-même, une aventure à vivre seul ou à plusieurs et retrouver les valeurs de la vie. Pour rien au monde je regretterai ce trek que j’ai partagé avec mon épouse, toutes ces rencontres ces réflexions comme « Bonjour !! Bon courage !! Profitez-en !! C’est bientôt le refuge !! Elle n’est est pas belle la vie ! Qu’est-ce que l’on est bien là ! Et tous ces oufffff !!! Wouhaa !!! Regarde çà !! Encore des cailloux !! Regarde ça, trop beau !! »

Vue sur le Lac de Melo et Capitello - GR20 nord
Vue sur le Lac de Melo et Capitello – GR20 nord

Sur le GR20, on traverse l’Europe avec toutes ces rencontres, ces nationalités différentes, merci à eux : Mickael, Céline, Arnaud, Charlotte, Titi, Tino, Chris, Nath….

Malgré les douleurs, les pleurs, les moments off, les difficultés, nous n’avons aucune impression négative, mais bien au contraire, cette expérience vous rend plus fort et apprend à se connaître soi-même.

Impressions positives :

  • Le défi (collectif et/ou individuel)
  • Les paysages (à couper le souffle)
  • Le dépassement de soi (difficulté, peur du vide, mental)
  • Les rencontres (humaines, animaux)
  • L’oubli de cette facilité de vivre où tout est facile et à portée de mains
  • Les bases essentielles de la vie (l’eau froide, la nourriture limitée, la déconnection du monde et des réseaux)
  • Le silence (se ressourcer)
  • Les lasagnes au brocciu (à ne pas louper !!)

Impressions négatives :

  • Un gardien de refuge pas très amical
  • Un très gros orage
  • Les éboulis

Ton plus grand coup de cœur ?

La montée du Cinto et sa descente.

Sommets du GR20 nord en Corse
Sommets du GR20 nord en Corse

Etape et refuge préféré ?

Toutes les étapes sont différentes, avec chacune d’elles sont lot de surprises et de bien-être, mais mon coup de cœur est le Monte Cinto, étape 4 (Asco à Ciuttulu di i Mori).

Les refuges sont tous très bien situés et équipés, agréables et courtois mais mon coup de cœur est le refuge de Capannelle.

Refuge de Paliri - GR20 - Corse
Refuge de Paliri – GR20 – Corse

Un message à passer ?

Merci à mon épouse (Lynda) pour avoir fait ce trek si désiré ensemble, merci à nos compagnons d’étapes rencontrés là-bas. Si un jour vous voulez réaliser cette aventure extraordinaire, n’hésitez pas mais prenez votre temps et préparez le bien car c’est une expérience magnifique, inoubliable et humaine.

arrivée du à Conca - Sébastien et Lynda
arrivée du à Conca – Sébastien et Lynda

As-tu eu des astuces à partager ?

Il est impératif de se préparer les pieds en amont, comme un mois avant, tous les jours se masser avec la crème NOK et tout du long du trek.

Bien se nourrir durant les étapes avec des fruits secs, cacahuètes, barres de céréales, boire suffisamment pour éviter les crampes.

Les bâtons son impératifs et très efficaces. Pour le sac, pas plus de 14kg.

Un autre conseil pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Tout est dit en amont, profitez-en bien, prenez-en plein la vue et oubliez le reste.

GR20 - prenez-en plein la vue
GR20 – prenez-en plein la vue

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

Non je ne changerai rien, je le ferai dans les mêmes conditions avec la même personne, le même équipement. Peut-être le projet à venir de le faire avec un ami qui rêve de le faire.

Merci beaucoup Sébastien pour ton retour d’expérience ! Très sage décision d’avoir passé une journée de plus au refuge lorsque vous avez subit l’orage ! On ne le répètera jamais assez, mais il vaut mieux « perdre une journée » plutôt que de « perdre la vie ». Surtout qu’au final, une telle journée, ce n’est jamais une journée de perdue, bien au contraire 😉

La vidéo du GR20 :

Merci encore Sébastien, on te retrouve alors bientôt sur le GR20 avec ton ami pour une prochaine aventure !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*