Paul 39 ans de Besançon – son GR20 – début juillet 2018

Bonjour Paul, peux-tu te présenter ?

Le plus dur dans les présentations, c’est de trouver les premiers mots pour commencer. Optons pour la simplicité ! Je suis un tout jeune bisontin d’à peine 39 ans, amoureux de la nature et de toutes les façons qui me permettent d’être avec elle.

Paul de Besançon
Paul de Besançon

Je travaille au service Internet du Crédit Agricole de Franche-Comté, un job me permettant il faut le dire d’avoir beaucoup de temps libre pour m’adonner à mes passions. La première, je ne sais pas si je peux vraiment l’appeler passion mais plutôt addiction : le parapente. La deuxième que je pratique depuis maintenant 1 an : le trail. On ne peut pas dire que je suis un grand sportif mais il est un âge où il faut penser à s’entretenir ! Je joins à ces 2 activités la pratique de la photo pour les faire partager. Et pour vivre ces beaux moments dans des endroits différents, j’aime partir à l’aventure avec mon plus fidèle compagnon, mon van aménagé, un VW California de 2008 ! Ma devise : où pourrais-je bien partir le week-end prochain !

Déjà expérimenté en randonnée ?

Pour ne pas faire durer le suspense sur ma pratique de la randonnée plus longtemps, je ne suis absolument pas expérimenté ! J’ai fait quelques balades du dimanche dans la région, 2 à 3 heures maximum et une de 6h pour tester ma résistance en vue du GR20 (rire…) et faire mes chaussures neuves une semaine avant le départ. On voit bien là le niveau de préparation au GR20 !

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à faire ?

Je ne peux donc pas trop vous conseiller en randonnées mais je ne peux que vous encourager à lire le magazine « En vadrouille » pour découvrir de très belles randonnées à travers toutes nos régions et vous inviter à découvrir aussi ma région, la Franche-Comté ainsi que sa région voisine, le Jura. Vous serez conquis, j’en suis sûr !

Quid de ton GR20 : à quelle période, quel itinéraire ? Accompagné ?

Rentrons à présent dans le cœur du sujet comme ces 2 couleurs rouge et blanche qui nous emmènent au cœur de l’île de beauté. 2018 est pour moi une année un peu particulière, j’ai eu à vivre une séparation et c’est un moment que je ne souhaite à personne. Pour pouvoir me donner l’occasion de penser à autre chose, il me fallait un objectif un peu fou, un projet que j’avais dans un coin de ma tête et la Corse représente aussi mes premières vacances avec elle. Le GR20 était pour moi une évidence ! J’en ai parlé à un ami lors d’un apéro, deux semaines après nous prenions nos billets pour 12 jours seulement, lui a moins de chance que moi pour les congés !

Balisage GR - Rouge et Blanc
Balisage GR – Rouge et Blanc

Départ le 2 juillet et retour le 13. A 2 semaines du départ, j’ai commencé un peu à me renseigner sur le GR20, en fait, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre ! Dans quel sens il faut le faire, par où on commence, ou on dort et ou on mange… de vrais touristes ! J’ai lu quelques blogs, commencé à me faire une liste de choses nécessaires, étudier le parcours et me dire : on n’arrivera jamais à le boucler en 10 jours ! Et comment on va aller à Calenzana depuis Bastia ? Une semaine avant le jour du départ, je commande une paire de chaussures de randonnée, j’empreinte du matériel à gauche, à droite, les bâtons de marches de mon père, le matelas de mon collègue, etc.… à l’arrache ! Une seule sortie de 6h avec les nouvelles chaussures et je me suis dit : ça y est ! Je suis prêt ! OU PAS !

Quel matériel avais-tu emporté ?

La veille du départ, je termine la préparation de mon sac avec ma petite liste imprimée depuis un site Internet. Voici en gros ce qui m’a semblé nécessaire pour cette aventure : un sac de randonnée (marque Go Sport) plutôt lourd avec son armature mais pratique et n’oublions pas, je découvre la randonnée ! Matelas gonflable (SeaToSummit) et duvet ultralight (merci mon collègue pour du vrai matériel), chaussures randonnée Salomon (X ulra 3 mid), une veste de montagne ultra fine Millet, une doudoune, 2 shorts de rando, 2 hauts en coton, 2 caleçons, des tongs, boîte de pansements surtout pour les ampoules, serviette de bain, brosse à dents, poche à eau de 2.5 litres et une gourde de 500ml en complément. Couteau, ficelle, casquette, lunettes, savon je crois que c’est à peu près tout dans les grandes lignes car comme me dit souvent une très bonne amie : Point trop n’en faut ! Ha si, j’oubliais ! Les deux bâtons bien lourds de mon père ! Pour ce qui est de manger, nous avons opté pour les repas aux refuges (prévoir pas mal de liquidité, ce n’est pas donné) et des barres de céréales. Voilà, l’avion peut décoller ! Nous sommes prêts à un détail près, rejoindre le départ nord du GR mais pour ça, on improvisera une fois là-bas…

Au dessus des nuages - Corse
Au dessus des nuages – Corse

Nous avons commencé le GR20 le mardi matin à 6h après avoir rejoint Calezena la veille au soir, en route pour l’inconnu, mon sac de 13 kg sur les épaules et, après des rencontres fabuleuses, des moments aussi bien difficiles que magiques et un mental qui m’aura bien aidé, nous avons rejoint Conca le mardi suivant, en 8 jours. Nous avons doublé chaque étape. J’avais coupé mon téléphone durant tout ce temps, juste en utilisation photos et je l’ai rallumé devant la source d’eau à Conca pour faire mon premier live Facebook, partager ce moment incroyable, un moment que moi-même, je n’arrivais pas à réaliser.

Encore des névés en ce début juillet ?

Nous avons rencontré des névés sur la partie nord, surtout sur l’étape Manganu > Petra Piana mais largement praticables, avec prudence évidemment. La météo a énormément contribué à cette réussite, nous n’avons eu que du beau temps ce qui a permis une progression à un bon rythme.

Névé GR20 - juillet
Névé GR20 – juillet

Tes impressions ?

Parler de mes impressions, ce n’est pas évident, on passe par tellement d’états, tellement d’émotions ! Je crois qu’on touche à tous les extrêmes et c’est ce qui fait la force de ce GR ! D’une forme olympique à un état de fatigue incroyable, de la rage de réussir à l’envie d’arrêter, des pieds en bon état à des pieds, comment dire…, on est parfois à bout physiquement, mentalement mais d’un coup, devant nous, la magie d’un paysage nous rappelle combien la nature est surprenante, qu’elle se mérite, qu’elle se respecte. Toutes ces émotions qui guident notre GR nous donnent envie que d’une chose : ne rien lâcher !

La montagne corse
La montagne corse

Il y a aussi un point important, les relations humaines et nous avons eu une chance énorme de rencontrer Hélios et Thomas, 2 personnes que je n’oublierai jamais avec qui nous avons partagé notre GR. La séparation a été émouvante et j’espère bien les revoir ! Il y a des refuges ou l’accueil était un peu rustre mais je n’oublierai pas le refuge de Tighjettu où nous avons passé une soirée mémorable avec le maître des lieux et la bergerie de Vaccaghja où nous avons mangé comme des rois ! Je crois que la première question que je posais en arrivant à un refuge : il y a de l’eau chaude ?!!

Je crois que la seule impression négative, ou plutôt petite frustration, c’est que le rythme imposé pour doubler chaque étape nous empêchait de profiter pleinement et de prendre notre temps pour s’arrêter ici où là. Trop de fois je suis passé devant des piscines naturelles sans pouvoir m’arrêter. Une raison supplémentaire pour y retourner !

Piscines naturelles
Piscines naturelles !

Ton plus gros coup de cœur durant ton GR20 ?

Il y a bien sur les paysages à couper le souffle, tous aussi incroyables les uns que les autres, les premiers rayons du soleil alors que nous atteignons un col, les rencontres entre randonneurs incroyables mais finalement ce que j’ai le plus aimé, c’est ces moments où nous menions à bien notre défi quotidien, cette adrénaline à la vue du refuge après plus de 10h de marche, cette sensation était unique et elle allait chaque jour se sceller avec une bonne Pietra bien fraîche pour se remémorer la journée écoulée, refaire le monde.

Partager une Pietra en fin de journée - GR20
Partager une Pietra en fin de journée – GR20

Ton étape et ton refuge préféré ?

Tout aussi difficile de choisir une étape, chacune si différente, certaines pour leurs beautés, d’autres pour leurs difficultés. Je crois que j’ai tout de même un coup de cœur pour l’étape de Manganu > Petra Piana, lorsque nous sommes arrivés à la brèche Bocca Alle Porte avec cette vue incroyable sur le lac de Capitello.

Vue incroyable sur le lac de Capitello
Vue incroyable sur le lac de Capitello

Je ne peux pas oublier le lac de Nino et ses pozzines aux couleurs vertes intenses nourries des derniers rayons du soleil, quelques chevaux sauvages se fondant avec leurs ombres. Elle n’est pas magique cette nature ?! Je regrette presque de ne pas avoir tenu un journal de bord pour écrire, décrire tous ces instants.

Concernant les refuges, mon coup cœur pour la convivialité est sans hésitation le refuge de Tighjettu ainsi que la bergerie de Vaccaghja. J’ai aussi un très bon souvenir du refuge Usciolu, le cadre était tout simplement incroyable !

Refuge & ravitaillement - GR20
Refuge & ravitaillement – GR20

Difficile de choisir les meilleurs moments tellement ils sont nombreux mais je crois simplement que le GR20 est une aventure humaine qui se vit. Pas besoin d’être un grand sportif aguerri ou un randonneur de l’extrême, non, juste une bonne condition physique et l’envie de se dépasser. Idem pour le matériel, pas besoin d’investir dans ce qui se fait de mieux, faites juste au mieux pour être bien. Votre envie de réussir fera le reste !

Finalement, le plus dur pour moi a été le retour à la réalité, le retour à la maison. J’ai pris une grosse claque au niveau du moral, gros contre coup physique qui aura bien duré 2 semaines. Et je pense déjà à le refaire, de deux façons, la première en essayant de partir ultra léger et de le faire en mode trail, enfin, sur les parties roulantes (rire) et la seconde, en prenant le temps de faire chaque étape pour profiter de tout ce que peut offrir le GR20 et pourquoi pas, sens Sud > Nord.

Partie roulante - GR20 - Corse
Partie roulante – GR20 – Corse

Des remerciements ?

J’aurais effectivement envie de faire quelques remerciements. Dans un premier temps, à toutes les personnes qui font que ce GR20 existe, des personnes qui nous accueillent aux refuges à ceux qui mettent le petit coup de peinture rouge et blanc tous les 5 mètres sur 170 kilomètres ! J’en étais chaque jour impressionné ! Pour se perdre, il faut le vouloir !

Dans les éboulis - GR20
Dans les éboulis – GR20

Je remercie toutes les personnes qui m’ont permis d’avoir un peu de matériel sans tout acheter (Mohand, mon collègue de toujours, tu te reconnaîtras). Je remercie Hélios et Thomas, notre plus belle rencontre durant ce GR pour tous les moments et Pietra partagés et enfin, Yann, mon compagnon pour cette belle aventure qui a réussi à me supporter durant 8 jours, 24h sur 24 !

Paul et ses amis - GR20
Paul et ses amis – GR20

Un grand merci aussi à mon corps qui a su résister malgré les blessures, les ampoules, les pics de fièvre, à être opérationnel chaque jour pour remettre un pied devant l’autre. Enfin, je remercie Emeric pour me donner l’opportunité de vous partager cette aventure.

Un objet ou une astuce que tu pourrais partager ?

Je n’ai pas vraiment d’astuce, c’était ma toute première expérience, je peux juste conseiller d’avoir la paire de chaussures la plus adaptée possible à votre pied, j’en ai un peu fait les frais. Pour le reste, on n’a finalement pas besoin de grand-chose. Je recommande aussi les tongs, chaque soir, c’était tout simplement un orgasme pour mes orteils !

Chemin des crêtes - Usciolu
Chemin des crêtes – Usciolu

En conclusion ?

Malgré une préparation un peu légère, le GR20 reste une randonnée technique et demande tout de même une bonne condition physique. Je crois que la pratique du trail cette année m’a permis d’encaisser les journées de marche mais j’ai senti plusieurs fois que je puisais un peu sur les réserves. Si tu as envie d’un défi, de te surpasser, de partager des moments incroyables, de voir, de vivre des instants qui seront uniques, de te retrouver toi-même face à la nature, alors n’hésite pas une seconde de plus et réserve ton billet pour la Corse !

Un grand merci Paul pour ton retour d’expérience ! Et tes remerciements 😉

C’est tellement vrai : il y tellement de manières différentes de faire le GR20 (et ses variantes) : en version trail ou en rando, du nord au sud et inversement…. on n’en doute pas : tu reviendras ! 😉

A bientôt !

A vous de laisser un commentaire !