Marion, 24 ans, infirmière – le GR20 en solo en juillet 2019

Bonjour Marion, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Bonjour, Marion, 24 ans, passionnée de sport et de médecine d’urgence depuis mon plus jeune âge.

Je suis infirmière, avec pour projet final de devenir pompier professionnelle. Ma passion première est le cyclisme et plus particulièrement le VTT. J’ai récemment découvert le trek. Après le GR20 cet été, je prépare le Tour du Mont Blanc pour 2020.

victoire-gr20-montagnes-corses

J’aime aussi l’humanitaire, et voyager pour découvrir d’autres pays, d’autres paysages, d’autres cultures.

Déjà expérimentée en randonnée ?

Je n’avais fait que des randonnées pédestres à la journée, le format du GR20 fût donc une découverte. J’ai déjà pratiqué l’itinérance mais à vélo.

Pour me préparer au type de sol et de dénivelé rencontrés en Corse, je m’étais entrainée sur quelques randonnées dans les Pyrénées, Alpes, Massif Central…

Quid de ton GR20 ? A quelle période, quel itinéraire ?

J’ai parcouru le GR20 en solo, en 10 jours en juillet 2019 dans le sens Nord-Sud (Calenzana à Conca). Je suis partie seule, mais je n’ai en réalité presque jamais marché seule, j’ai eu la chance de faire de jolies rencontres.

incudine-gr20-sud-asinao

Quelle était la démarche de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

L’envie de réaliser le GR20 et d’autres parcours mythiques de ce genre, je l’avais en tête depuis quelques années. Mais je voulais attendre la fin de mes études. C’est chose faite. Je pense faire un trek comme celui-ci par année. J’ai réservé mes vols en juin, dès que j’ai connu la date de mes disponibilités.

Préparation spécifique ? La préparation quotidienne pour le vélo étant déjà conséquente et adaptée aux efforts d’endurance, je n’ai quasi rien eu à ajouter pour préparer le GR20.

Le mois précédent le départ, j’ai peut-être d’avantage travaillé le dos en salle de sport et en piscine, pour supporter le poids du sac. J’ai surtout préparé mes pieds en les enduisant de crème anti échauffements chaque nuit du mois précédent le départ. J’avais lu que c’était excellent pour éviter les blessures aux pieds, et sur le GR20, je n’ai en effet eu aucun souci !

J’avais déjà « cassé » mes chaussures à mon pied de par mes précédentes petites randonnées. Il ne faut surtout pas s’y lancer avec des chaussures neuves jamais portées.

casser-ses-chaussures-randonnee

J’ai aussi préparé mon corps sur un plan général en enrichissant mon alimentation avec des compléments homéopathiques pour refaire le stock de potassium, de magnésium, de vitamines… pour que, musculairement parlant, je subisse le moins possible. Et j’étais ravie de voir que ces petits efforts en juin, m’ont apportée énormément de confort !

Pour la préparation topographique (quelles étapes doubler, quelles variantes ?), j’ai suivi les conseils de plusieurs amis l’ayant réalisé auparavant, et je me suis aussi beaucoup aidée du topo-guide de la fédération française de randonnée, très bien fait.

Quel équipement avais-tu emporté ?

J’ai marché léger !! Je préférais louer sur place des tentes avec matelas et me ravitailler chaque jour en refuge. C’est un peu plus coûteux, mais plus confortable. Donc pas de tente à transporter, et pas de nourriture, hormis quelques barres de céréales et le pique-nique du midi. J’avais également un repas lyophilisé au fond du sac, au cas où.

gateau-gr20-force-marion

Mon sac d’une capacité de 35 litres pesait 9,5kg, avec poche à eau remplie de 3 litres. Je n’ai jamais manqué d’eau, et le poids du sac était largement supportable. Conseil d’un ami adepte de treks, j’ai rajouté une « banane » ventrale, dans laquelle je mettais ce dont j’avais besoin régulièrement en marchant (téléphone, batterie externe, topo-guide, barres de céréales, crème solaire…). Très pratique, ça m’évitait de devoir m’arrêter pour accéder au sac.

sac-et-baton-randonnee-gr20-marion

La journée, c’était short tee-shirt et chaussures montantes, avec une petite veste pour les départs très matinaux (4h30/5h) et assez frais. La nuit, j’avais un sac de couchage température de confort 0 degré, je n’ai jamais eu froid.

La paire de claquettes est indispensable pour le confort des pieds une fois l’étape terminée !

Et le savon de Marseille de même, pour un 2 en 1 : lessives et douches. En parlant de douche, astuce qu’on m’a donnée et que je valide à fond : prévoir une simple poche plastique avec anses comme trousse de toilette, d’une part ça allège le sac et prend moins de place, mais surtout, c’est très pratique, accrochée quelque part dans la douche ou au lavabo, pour poser ses affaires !

J’avais une trousse de secours, toujours à portée de mains, qui heureusement n’a dû être utilisée une unique fois, pour un randonneur mal en point (entorse cheville…).

Et bien sûr, bâtons de marche !!!!! Presque vital, surtout dans le nord…

Avais-tu pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

L’aspect sécurité, bien sûr que j’y ai pensé… Une trousse de secours notamment pour entorses, plaies, coups, maux de ventre ou de tête, contractures, courbatures… et les numéros d’urgence sur le topo-guide… Par chance, ils ne m’ont pas servi. J’ai assisté un randonneur victime d’une entorse de cheville, qui finalement a été héliporté…

C’est un GR libre d’accès, mais il est primordial de garder en tête que c’est un terrain de haute montagne, très accidenté surtout dans la partie nord. L’été, il y a beaucoup de monde, et l’entraide y est un des maitres mots donc en cas de besoin, vous ne serez jamais longtemps livrés à vous-même.

Encore des névés ?

Des névés, j’en ai vu simplement en haut du Monte Cinto, au point culminant de Corse, à 2.600m d’altitude. Ils n’étaient pas sur le parcours, donc aucun souci.

trace-neve-corse-gr-marion

Quelles sont tes impressions positives ?

Une aventure de dingue, mémorable, un dépassement physique et mental, mais une vraie leçon de vie et la meilleure façon d’en apprendre beaucoup sur soi.

Pour moi, c’est en sortant de sa zone de confort qu’on vit les meilleurs moments. Se retrouver dans des paysages pareils, dans ces montagnes vertigineuses, grandioses, et si belles, parcourir un chemin parfois si chaotique, c’est prendre conscience de plein de choses, sur soi, sur tout…

Le point le plus frappant : l’entraide entre tous les randonneurs, la gentillesse de chacun, les échanges enrichissants avec les gardiens également, chacun se transmet tellement de bonheur… L’impression d’être tous en osmose, d’avancer ensemble, et de vivre ensemble une partie des plus beaux moments sportifs de notre vie, alors qu’on ne se connaît pas. Il faut le vivre pour le comprendre.

Des impressions négatives ?

Négatives, euh, peut-être les larmes au panneau d’arrivée ? « Vous voici à la fin de votre odyssée… » Mélange de joie (défi relevé !) mais déjà nostalgique (c’est fini…).

conca-odyssee-gr20-marion

Aussi, le réveil programmé à 4h30…

Et plus sérieusement, le fait qu’il n’y ait aucun distributeur d’argent sur le parcours ! Alors que presque l’intégralité des paiements en refuge se fait en espèces.

Ton plus gros coup de cœur ?

Mon plus gros coup de cœur, j’hésite entre la rencontre avec Mary et Fab, croisés par hasard à la sortie de l’avion, et compagnons de route sur la partie Nord, ou la sieste après la descente du Monte Cinto sur l’étape 4, aux bergeries de Ballone, avec vue de type carte postale, le plus beau panorama que j’ai à ce jour vu depuis une tente !

vue-depuis-tente-gr20-corse-marion

J’ai quand même un penchant pour ce couple de parisiens en or, on a vécu de sacrés beaux moments…

Ton étape et ton refuge préféré ?

J’ai préféré l’étape 4, cette ascension très technique avec 1.300m de dénivelé positif sur 4 km… le Monte Cinto, ça se mérite !

monte-cinto-marion-gr20Le départ de nuit puis les couleurs du lever du jour qui embellissent de minute en minute les montagnes immenses qui nous entourent, cette sensation d’être minuscule dans ce paysage, et le crapahut presque interminable… c’est splendide.

lever-du-jour-gr-marion

Mon refuge préféré, ce sont les Bergeries de Vallone, un emplacement magnifique, et une omelette au Brocciu tellement bonne !! La gentillesse des gardiens aussi.

Peux-tu partager des astuces ?

Astuces à ne pas négliger : la santé des pieds, le poids du sac, et l’alimentation.

Contente d’avoir eu un sac si « léger » (moins de 10kg eau comprise), quand la plupart des randonneurs annonçaient un poids proche des 15, 20, voire 25kg pour le leur.

Contente de ma préparation : je n’ai jamais souffert sur le GR. Prenez soin de vos pieds, c’est l’élément clé pour espérer franchir la ligne d’arrivée. Et soignez votre alimentation, le mois précédent, pour se confectionner un stock de ressources dans lequel le corps puisera chaque jour passé sur le GR.

Un autre conseil pour nos lecteurs qui préparent le GR20 ?

N’ayez pas peur de vous y lancer seuls !!!!!!

bonheur-de-randonner-en-montagne

Si tu envisageais de le GR20, changerais-tu quelque chose ?

Seule modification que je ferais si je reviens sur le GR20, c’est de rester quelques jours ensuite, pour profiter du reste de l’île, en dehors des montagnes.

Sinon, sur le GR, je referais de la même manière que je l’ai fait cette année (2019).

Envie de rajouter quelque chose ?

Disponible pour répondre aux éventuelles questions de ceux qui préparent ce joli projet. N’hésitez pas. Marion

contempler-montagne-marion-gr20

Merci beaucoup Marion pour ton retour d’expérience. Félicitation pour avoir réussi à gérer le poids du sac, c’est l’un des éléments clef, avec les pieds comme tu le précises si bien ! De très bons conseils qui seront fort utiles aux randonneurs qui préparent le GR20 ! Vraiment un grand MERCI Marion !

8 commentaires à propos de “Marion, 24 ans, infirmière – le GR20 en solo en juillet 2019”

  1. Merci Marion pour les précisions très utiles
    Moi je prévois de partir mi juin 2020
    Faire vivazonna-conca
    Au niveau du budget il faut compter combien avec tes options
    Au niveau des chaussures le modèle..
    Merci

  2. Merci Marion pour ton blog
    J’envisage de faire le gr20 en solo 10 jours début septembre
    Ton aventure me donne de précieux conseils….

  3. I have just read your blog about the GR 20 A lovely blog and a pleasure to read thank you. Im wanting to do it in August This will be my 6 time of doing it the other times i did it with the military doing it at speed with huge amounts of equipment so this time ill be doing it with pleasure.

  4. Bonjour Marion,

    Serais-tu d’accord de nous partager ton planning ? J‘aimerais faire le GR en 10 jours comme toi et de manière générale, ton profil me fait penser au mien.

    Merci!!

    • Avec plaisir!

      J1 : étape 1
      J2 : étape 2+3
      J3 : étape 4 et nuit aux bergeries de Ballone
      J4 : étape 5+6
      J5 : étape 7+8
      J6 : étape 9
      J7 : étape 10 et nuit au col de Verde
      J8 : étape 11+12
      J9 : étape 13+14
      J10 : étape 15+16

  5. Lire ton aventure me fais penser à la mienne en juin 2019 et l’émotion est là lorsque que je lis ton expérience.

    C’était une très chouette aventure que je referai avec plaisir.

    Dans ton article tu indiques avoir pris de l’homéopathie, peux-tu me dire quoi stp.

    Merci bcp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*