Erwann Daniel – Le GR20 nord/sud en août 2019

Bonjour Erwann, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Je m’appelle Erwann DANIEL, j’ai 20 ans, je suis étudiant à l’Université et éducateur sportif diplômé. Je fais beaucoup de course à pied, également du renforcement musculaire, du run and bike, de l’escalade et de la natation. J’ai l’habitude de faire de la randonnée pendant les vacances d’été (sous forme de trek ou de randonnée à la journée). J’aime aussi beaucoup la photographie, je m’y suis mis il y a 5 ans. Depuis, j’emporte un appareil photo lors de chacun de mes voyages.

Randonnee-de-Ciottulu-di-i-Mori-a-Manganu

Déjà expérimenté en randonnée ?

J’ai commencé à marcher en famille, d’abord sur des randonnées de quelques heures. Puis nous avons effectués des randonnées sur plusieurs jours en itinérance en s’arrêtant dans les refuges puis par la suite en portant nos tentes. J’ai ainsi pu randonner dans de nombreux pays : en France évidemment (dans les Alpes, les Pyrénées ou encore dans le Massif Central), mais également en Allemagne, à Madère (Portugal), en Suède, en Norvège et au Canada.

Notre but a toujours été de découvrir des paysages et de prendre du plaisir. On ne cherchait donc pas forcément de la difficulté : la randonnée devait nous être accessible à tous. Je ne pourrais donc pas donner d’ordre de grandeur des distances que nous avons parcourues pour la plupart de nos marches. Cette donnée nous importait peu tant que nous estimions que nous pouvions l’effectuer selon notre temps et nos capacités.

Une des rares randonnées dont je me souviens de la durée et de la distance parcourue est celle que nous avons effectuée en 2017 en Suède. Nous avions marché environ 300 kilomètres durant 20 jours sur la Kungsleden.

J’ai également randonné avec des amis là encore pour le plaisir de se retrouver, de se faire découvrir des paysages et de partager une expérience ensemble plus que pour la performance.

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à faire dans ta région ?

J’ai peu randonnée dans ma région, néanmoins le circuit de 25 bosses est une randonnée très sympa au cœur de la forêt de Fontainebleau. Elle est un peu technique mais vous pourrez toujours rebrousser chemin si vous estimez que la durée et/ou la distance vous suffit.

Pour ceux qui souhaitent partir davantage, je ne peux que recommander d’aller marcher sur les voies de la Kungsleden en Suède. Le chemin est très praticable et la difficulté réside davantage dans l’espacement des différents refuges. Les grandes plaines et les vastes étendues valent l’effort. Je vous la recommande également car il y a peu de marcheurs donc on a parfois l’impression d’avoir la nature uniquement pour soi et je trouve cette sensation très agréable.

Quid de ton GR20 ? A quelle période, quel itinéraire ?

J’ai emprunté les sentiers du GR20 en août 2019 avec un ami qui marche beaucoup et qui se forme pour devenir guide de montagne. Nous l’avons effectué du Nord au Sud, de Calenzana à Conca en 14 jours.

Calenzana-a-Ortu-di-u-Piobbu

Quel était le contexte de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Nous devions le faire en groupe et être une petite dizaine d’amis, tous sportifs. Cependant, les désistements se sont accumulés et nous nous sommes retrouvés à deux. Mon ami souhaitait parcourir ce trek de nouveau (5 ans après l’avoir déjà parcouru en doublant chaque étape) afin de profiter davantage des paysages. Lorsqu’il m’a proposé de l’accompagner (plus d’un an avant notre départ), j’ai accepté car c’était ma première randonnée en itinérance sans mes parents, pour le défi sportif de traverser la Corse à pied et avant tout pour découvrir cette île et ses paysages. J’ai définitivement accepté et ancré ce projet dans mes vacances d’été en mars, soit 5 mois avant notre départ.

Je ne me suis pas particulièrement entrainé à la randonnée. J’ai continué mes entrainements de course à pied hors-stade (2 par semaine) et de renforcement musculaire (1 par semaine) habituels ainsi que mon rythme de courses (2 à 4 par mois entre mars et juin). D’autant que j’effectuais une formation lors de laquelle je pratiquais beaucoup de sports variés.

Quel équipement avais-tu emporté ?

Lors du GR20, j’avais un sac à dos Deuter dont le poids à varié entre 14 et 18 kilogrammes selon le remplissage des gourdes, la consommation des denrées et la répartition des poids (tente, nourriture) avec mon ami.

Je commençais chaque étape avec environ 3,5 litres d’eau dans des gourdes en aluminium et cette quantité n’a pas été de trop.

J’avais 3 maillots de sports, caleçons et paires de chaussettes ainsi qu’un pantalon-short et un short. Pour le soir, j’accrochais mes jambes de pantalon à mon short, j’avais une polaire, une veste de running, une veste coupe-vent Gore-Tex et un poncho pouvant servir de bâche au sol. J’ai marché avec des chaussures Salomon X Ultra avec lesquelles j’avais déjà marché. Je n’ai pas eu mal aux pieds de la randonnée. J’avais un sac de couchage 0-5°C et un tapis de sol.

Manganu-Petra-Piana-brouillard

Nous avons transporté une tente MSR pour deux, la plupart du temps, c’est mon ami qui la portait. Nous avions chacun notre popote et notre couteau. J’ai commencé avec deux bombonnes de gaz Primus, une 110 (200g) et une 450 (650g). Nous avons commencé le GR20 avec de la nourriture et nous avons fait un gros plein à mi-parcours.

Dans nos provisions de départ, on pouvait compter (à nous deux) des fruits secs, des bananes déshydratées, une purée de lentilles corail déshydratée (ça peut paraitre anodin mais c’est délicieux de pouvoir varier !), un jambon, deux saucissons, des pâtes, des barres de céréale, des sachets de thé, du café soluble, du sel, quelques carreaux de sucre, quelques bouillons cubes (très bonne astuce là encore : il permet de donner du gout aux pates et ça fait une soupe) et de l’huile de coco (bon pour la cuisine mais permet aussi d’hydrater la peau en fin de journée si elle a un peu brûlé au soleil).

Pour les éléments supplémentaires, j’ai emporté un tour de cou, une serviette microfibre, un savon de Marseille dans un filet (pour l’accrocher facilement), un dentifrice sec, une brosse à dents, une casquette, de la crème solaire, un spray anti-moustique (qui m’a été peu utile), une lampe frontale avec piles de rechange, une batterie externe solaire en cas de besoin et une paire de chaussures de bains en toile. Bien entendu, j’avais emporté un appareil photo.

Avais-tu pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

Niveau sécurité, j’avais emporté un sifflet ainsi que quelques doubles peaux et un spray anti-crampes. Mon ami avait un topo guide. Nous avions chacun une couverture de survie. Heureusement pour nous, nous n’avons pas eu besoin d’y recourir.

Ortu-di-u-Piobbu-Carrozzu

Tes impressions positives ?

J’ai vécu mon trek différemment des autres que j’avais déjà pu effectuer. Étant donné notre groupe réduit, j’étais plus apte à rencontrer et à aller vers les autres marcheurs et vers les gardiens de refuges. J’ai donc vécu ce GR20 comme une très belle expérience humaine.

Ce GR20 m’a fait découvrir la Corse pour la première fois. Bien que l’on soit constamment dans les montagnes, les paysages sont très variables. Cet aspect est un atout phare de ce GR.

Tighjettu-Ciottulu-di-i-Mori

J’ai eu la chance de marcher deux semaines sans avoir la moindre pluie. Quoiqu’on puisse en dire, randonner sans avoir à subir de déluge, sans avoir de problèmes de séchage de son linge et sans avoir à (dé)plier une tente mouillée ou sous la pluie est très agréable.

Enfin, comme lors de tous mes treks, mon téléphone ne m’a servi que comme réveil. Être déconnecté du monde extérieur fait un bien fou. Cette fois-ci, j’ai été déconnecté pendant 14 jours et je trouve que cette coupure permet de profiter au mieux de son aventure.

Du négatif ?

Ce n’est pas vraiment une impression négative mais plutôt une mise en garde : passer deux semaines avec quelqu’un avec qui on n’a pas l’habitude de passer une durée prolongée peut amener à certaines tensions (bien que de courtes durées elles sont toujours désagréables et dommages).

Je recommande donc de choisir avec réflexion ses compagnons de voyage. Ces derniers doivent avoir un état d’esprit assez similaire au votre, faire preuve de recul dans les moments de tension dus à la fatigue et avoir un niveau physique pas trop différent du votre. Ce dernier point permet aux membres les plus à l’aise de ne pas piétiner et aux membres les moins à l’aise de pouvoir profiter de cette expérience fabuleuse sans avoir à courir.

Pour autant, avoir un ou plusieurs partenaires permet de garder le moral même dans les moments de fatigue et également de partager ses impressions, de voir des paysages qui nous auraient échappés, etc.

Manganu-et-Petra-Piana

Ton plus gros coup de cœur ?

Un de mes plus gros coup de cœur a été le lever de soleil que j’ai pu observer à I Paliri avant de commencer la dernière étape. Si le ciel est dégagé, n’hésitez pas à vous lever avant le soleil et trouvez un point un peu en hauteur pour observer ce magnifique lever de soleil.

De plus, lorsque j’ai fini le GR20, prendre une bière avec tous les randonneurs que nous avons rencontrés, se payer mutuellement un coup et partager le bonheur d’avoir fini cette aventure commune est un souvenir qui m’a profondément touché.

Arrivée à Conca - Erwann

Enfin, un autre de mes souvenir intense est ma rencontre avec une randonneuse québécoise qui marchait en sens inverse. Nous nous sommes rencontrés à un refuge et nous avons pu partager nos expériences du GR20 ou d’autres voyages. Nous avons ainsi discuté très longtemps. C’est une des rencontres qui m’a le plus marqué.

Ton étape et ton refuge préféré ?

L’étape entre Ascu Stagnu et Tighjettu est une de mes préférées car mon ami et moi avons fait le détour nous menant au sommet du Monte Cinto. Se trouver sur le plus haut sommet de la Corse et dominer tous les paysages autour de soi est un souvenir mémorable.

Ascu-Stagnu-Tighjettu

Deux refuges ont marqué ma mémoire. Le premier est celui de Tighjettu. C’est le seul refuge où mon ami et moi avons mangé un repas fait par l’hôte. En fin de repas, ce dernier passe auprès de chaque convive pour lui asperger sa gnôle maison dans la bouche : alors profitez-en pour consommer un bon repas avant. Après avoir diné, vous pourrez entendre des histoires sur des randonneurs loufoques qui sont passés par son refuge. Croyez-moi, c’est une parfaite occasion pour rire un bon coup.

Le second refuge qui m’a marqué est celui de Petra Piana. Un groupe de jeunes corses (qui marchait du nord au sud) et un groupe de scouts allemands (qui venait du sud) nous ont offerts une soirée musicale très appréciable grâce à leurs voix, leur entrain et une guitare.

Manganu-Petra-Piana

Un message de remerciement ?

Je remercie mon partenaire de trajet sans qui je n’aurais pas vécu cette aventure (ou alors pas de cette façon c’est certain) : Merci Le Wild !!

Je tiens également à remercier tous les randonneurs que j’ai croisé, avec qui j’ai marché ou avec qui j’ai partagé un repas ou une discussion car ils ont rendu mon GR20 inoubliable.

Ciottulu-di-i-Mori-et-Manganu

Je tiens à remercier tous les gardiens de refuge et bénévoles qui font que le GR20 existe, reste dans un bel état et soit ce qu’il a été quand j’y étais.

Enfin, je souhaite remercier toutes les personnes qui m’ont aidé à préparer ce voyage aussi bien physiquement que dans la préparation du matériel ou du transport. Et merci à ceux qui m’ont supporté après le GR20 alors que je racontais mes vacances et ma randonnée pendant des heures (c’était peut-être un peu lourd… oups… haha !!)

As-tu eu un objet (ou astuce) que tu pourrais partager ?

En plus des deux trois astuces pour le matériel, je peux vous conseiller de partir tôt.

Entre-Manganu-et-Petra-Piana-lever-jour

Les températures seront bien plus supportables qu’en pleine journée et vous arriverez tôt en refuge. Si vous voulez doubler l’étape, c’est essentiel. Sinon vous pourrez choisir l’emplacement de tente idéal et vous pourrez toujours partir marcher un peu aux alentours si vous souhaitez vous dégourdir les jambes. Avec un peu de chance, vous tomberez sur une source d’eau dans laquelle vous pourrez plonger. En plus d’être très agréable, c’est excellent pour récupérer d’une journée de marche !

Erwann Daniel gr20

D’autres conseils pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Lorsque vous préparez votre voyage, n’oubliez pas de prendre un jeu de cartes. Il est très utile pour s’occuper après être arrivé ou avant de dormir. Et vous redécouvrirez le jeu de cartes comme le réseau social du randonneur.

Ne négligez pas l’eau lors de votre préparation. Apprenez à connaitre votre consommation pendant l’effort et souvenez-vous qu’il vaut mieux en avoir trop que d’en manquer !! Selon moi, il ne faut jamais commencer une étape avec moins de 2 litres par personne pour les petites étapes, et 3 litres pour les grandes étapes. Même si elle ne vous est pas utile à vous, un autre randonneur en aura peut-être besoin.

Enfin, il est nécessaire de préparer sérieusement le GR20 ! Je me souviens avoir rencontré un randonneur qui s’y étais lancé sur un coup de tête, sans avoir jamais randonné auparavant, sans topo guide et sans s’être renseigné sur les difficultés du trek et du GR20. Il faut prendre du plaisir tout en restant raisonnable afin de ne pas se mettre en danger.

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

Si je suis amené à le refaire, je ne sais pas si je changerai quelque chose car je suis très satisfait de mon GR. Changer de sens peut être intéressant et pourtant, le refaire du nord au sud me rappellera de bons souvenirs.

J’aime randonner dans le calme, je partirais donc peut être en mai ou en septembre afin de croiser moins de randonneurs.

Ciottulu-di-i-Mori-Erwann

Tenter de parcourir le GR20 (dans sa totalité ou simplement quelques étapes) en trail, avec un sac ultra léger pourrait être un défi intéressant mais il demande un entrainement spécifique et une mise en place bien particulière.

Envie de rajouter quelque chose ?

Ayez confiance en vous, marchez à votre rythme, prenez du plaisir et n’oubliez pas d’admirer les paysages qui s’offrent à vous ! Bon GR20 à tous !

Plateau-Cuscionu-Bassetta-I-Croci

PS : Si vous souhaitez voir les photos que j’ai prises sur le GR20, et également lors de mes différents autres voyages je vous invite à consulter ma page Instagram : Wannpic

Merci beaucoup Erwann, on te retrouve de suite sur ton compte Instagram pour découvrir encore plus de photos ! Vraiment merci pour ce retour d’expérience si bien détaillé comprenant de précieux conseils ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*