Gabin Malaval, 17 ans : Le GR20 entre amis, sens Sud-Nord

Bonjour Gabin, peux-tu te présenter stp ?

Bonjour, je m’appelle Gabin MALAVAL, j’ai 17 ans, actuellement en classes Prepa Economiques. Je suis originaire du Sud de la France, en Occitanie et suis désormais à Avignon. Je pratique le rugby et le trail.

Gabin Malaval
Gabin Malaval

As-tu déjà une expérience de la randonnée ?

Oui, ma mère étant passionnée de montagne, depuis tout petit je fais de la randonnée. Petit à petit la difficulté augmente, et ma première randonnée itinérante fut de deux jours dans les Alpes (Mont Ténibre).

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à faire dans ta région ou dans d’autres secteurs aussi ?

Pour ce qui est de la randonnée dans ma région, il y a de quoi faire même si cela n’est de la haute montagne. Il y a le Mont Ventoux et les calanques ! Se balader dedans est un réel plaisir (surtout pour les yeux !).

Dans les Alpes, je vous conseille d’explorer la vallée de l’Ubaye.

Quid de ton GR20 : quelle période, quel itinéraire et entre amis ?

J’ai effectué mon GR du 4 au 13 juillet, dans sa globalité et dans le sens Sud Nord, c’est-à-dire de Conca à Calenzana. Je me suis lancé dans cette aventure avec 4 amis : François MEULLE (@meullefrancois), Cédric JOBART (@ced.jd), Clément LESAGE (@clement48lesage) et Arthus de DUMAST (& Gabin : @gabin_mlvl)

Gabin Malaval et ses amis - FRA LI MONTI
Gabin Malaval et ses amis – FRA LI MONTI

Quel était le contexte de vouloir faire le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Petit, on m’a souvent parlé du GR20 et vendu comme une expérience unique, je m’étais promis de le faire ! Ainsi dès que l’occasion c’est présentée (François m’a parlé du projet) je n’ai pas hésité !

amis-gabin-malaval-gr20
Gabin et ses amis

Pour ce qui est de la préparation, j’ai fait quelques marches pour le poids du sac et les chaussures. J’ai continué de courir jusqu’au départ, mais j’ai surtout cherché à arriver bien reposé ! Le projet a débuté en décembre, et nous avons tout réservé en mars.

Quel matériel avais-tu emporté ?

J’avais un sac de 75L, avec 2L d’eau, réparti dans 2 gourdes.

Au niveau des vêtements, j’avais 4 tee-shirts, paires de chaussettes et sous-vêtements, 3 shorts, une polaire et un kway. J’ai également pris un pantalon long qui me servait également le soir s’il faisait froid.

Aux pieds, j’avais des chaussures de marche montantes. Nos portions notre tente et nous sommes partagés la nourriture (barres de céréales, pâtes de fruits secs et plats lyophilisés) ; notre objectif était d’être en autonomie !

GR20 sud : altitude moins élevée que le nord
GR20 sud : altitude moins élevée que le nord

Encore des portions enneigées à cette période en juillet ?

Non, mais nous en avons aperçu au bord du sentier.

Tes impressions … positives ?

Mes impressions positives sont nombreuses ! Il n’y a que du positif !

Moralement, le voyage fait du bien ! On se rend compte de plein de choses sur les autres et nous-même ! Les paysages sont à couper le souffle, et les animaux sont toujours prêts à nous surprendre : surtout les vaches qui sont véritablement partout !

Je garderai le souvenir d’une ambiance féerique et de très belles rencontres entre randonneurs. Nous avons d’ailleurs fini à 6 ayant récupéré une Américaine dont l’ami n’avait pu finir.

Les pozzines - GR20 nord - Corse
Les pozzines – GR20 nord – Corse

La plupart des gardiens se tiennent à notre disposition pour nos questions : c’est super.

Impressions Négatives ?

La chaleur au départ de Conca et la montée initiale sur la route… et encore… désormais, on en rigole entre nous.

Ton plus gros coup de cœur ?

Les paysages !

Les cimes des montagnes corses
Les cimes des montagnes corses

C’est fabuleux, le mélange permanent entre la mer et la montagne auquel s’ajoute les vaches et la verdure ! On se croit hors du temps. Le nord est vraiment beau…mais le sud aussi et dans un style tout à fait différent.

Coucher du soleil du côté du refuge de Paliri
Coucher du soleil du côté du refuge de Paliri

Tes étapes et refuges préférés ?

Pour les refuges, mon préféré est celui de Manganu. Collé à la rivière, on dort dans une prairie : c’est somptueux ! On se croit dans un conte. De plus, les installations sont en très bon état et propres.

Lac de Capitello et lac de Mélo
Lac de Capitello et lac de Mélo

Ensuite, pour les étapes (on doublait), j’ai préféré Onda-Manganu, pour la découverte des passages techniques et la vue sur les lacs ! Avant d’arriver dans la descente finale pour Manganu, nous dominant un cirque avec trois lacs, c’est somptueux.

Les lacs du GR20 nord
Les lacs du GR20 nord

Comment ça se passe à Asinau ?

Pour Asinau, rien de différent des autres dans le fonctionnement. On peut se faire à manger, planter sa tente et les gardiens proposent également un service de restauration.

En revanche, pour ceux qui dorment en refuge, les matelas se trouvent sous la tente blanche à même le sol. Nous n’avons pas vu de travaux…

As-tu eu un objet / une astuce, qui fut pratique et que tu pourrais partager ?

Je conseille un cache-cou. Oui, c’est bête, mais pas grand monde y pense, pourtant très utile : cache-cou, couvre tête en cas de grand soleil et si le vent nous arrache notre casquette… et protège oreilles lorsque le vent fouette et qu’il fait froid sur les crêtes le matin !

Et des sacs poubelles qui peuvent, par exemple, permettre de garder nos habits au sec si une partie du sac devient humide.

D’autres conseils pour ceux qui préparent leur GR20 ?

Surtout il ne faut pas sous-estimer le parcours, il nécessite malgré tout un certain niveau.

GR20 nord : un terrain technique
GR20 nord : un terrain technique

Nous avons vu beaucoup de gens faire demi-tour et je trouve ça dommage : ils repartent avec un aperçu négatif…

Prudence sur le GR20
Prudence sur le GR20

Il est également important de faire des pauses courtes (manger une barre, boire…) toutes les deux heures par exemple. Cela permet de garder de l’énergie grâce au ravitaillement et de rythmer la marche.

Pour finir, je ne peux que vous conseiller de le réaliser dans le sens Sud-Nord ; un guide de montagne nous à d’ailleurs confirmé ce sens durant notre séjour : on va vers le plus beaux tout le temps, et prenant les difficultés peu à peu ! De plus, on croise du monde à mi-étape mais nous ne suivons personne ce qui est très bien !

Si tu envisageais de le refaire, changerais-tu quelque chose ?

Oui, déjà prendre moins d’habits ! 2-3 changes complets suffisent !

Puis l’eau : partir avec trois litres me semble être bien : deux litres sont, sur certaines étapes dépourvues de fontaines, un peu juste et 3L permet également d’avoir une marge en cas de perte de gourdes suite à une bataille dans les buissons pour récupérer les chemins… n’est-ce pas François ? 😉

Envie de rajouter quelque chose ?

Si vous avez envie de vous lancer, alors allez-y : c’est merveilleux !

Monte Incudine, Corse : 2.134 mètres d'altitude
Monte Incudine, Corse : 2.134 mètres d’altitude

Merci beaucoup Gabin pour ton retour d’expérience et pour tes conseils !

Et effectivement, plus on s’avance dans l’été, plus la question de la présence d’eau dans certaines sources devient un sujet important. De très bons conseils de la part de ce jeune homme de 17 ans ! A bon entendeur … 😉

A vous de laisser un commentaire !