Nikola et Anthony de la région parisienne – GR20 en début mai 2019, sous la neige !

Nikola et Anthony, deux jeunes amis originaires de la région parisienne, nous partagent leur GR20, réalisé en début mai 2019, dans le sens nord-sud. Une édition bien enneigée ! 😉

Pour votre information, ils ont répondu à cette interview en juin 2020, un an après leur expérience.

Bonjour Nikola et Anthony, pouvez-vous vous présenter s’il vous plait ?

Niko : Bonjour et merci pour cette interview ! Nikola, 23 ans, je vis en région parisienne, je suis actuellement étudiant en alternance dans la gestion technique immobilière. Passionné de course à pied depuis toujours ! Les blessures liées à la course à pied m’ont orienté vers la musculation qui est aussi devenue une addiction 😉

Antho : Hello, merci pour la petite interview ! Antho, 25 ans, aussi en région parisienne (ça manque cruellement de montagnes 😉). Actuellement j’aménage un van pour partir voyager un an en Amérique du Nord. J’adore le sport depuis tout petit et fais régulièrement de l’escalade et de la course à pied.

nikola-et-anthony-gr20-nord
Nikola et Anthony – GR20 nord

Déjà expérimentés en randonnée ?

Niko : La première grande randonnée de notre vie était le GR20. Quelques mois plus tard nous avons effectué le Tour du Mont blanc en 4jours 170km pour 10 000m de dénivelé positif, on peut dire que le GR20 nous avait très bien préparé 😊 Le TMB, c’était une balade de santé à côté du GR20 !

Antho : En rando courte à la journée oui (pas mal sur les îles européennes, en France dans les Vosges, en Bretagne, Alpes etc) mais pas du tout sur un sentier de GR et encore moins sur celui du GR20 ! Après ça, comme l’a dit Niko, on a voulu se faire notre propre UTMB autour du massif du Mont-Blanc, en courant et sur 4 jours. C’était loin d’être une balade de santé (Niko doit être marseillais 😉), mais moins dur que le GR20.

Pouvez-vous nous conseiller quelques randonnées en Ile-de-France ?

Niko : En région parisienne, je peux conseiller les 25 bosses de Fontainebleau (16km pour 900m D+), un parcours très escarpé qui rappelle le GR20 !

Antho : En Île-de-France comme l’a dit Niko les 25 bosses pour qui veut s’entraîner, dans les Vosges la rando des 3 lacs est sublime, à Madère la traversée du Pico do Arieiro au Pico Ruivo est (vraiment) incroyable, et pour en citer une dernière, celle de Roc d’Enfer dans les Alpes. On n’a pas assez d’une vie…

Quid de votre GR20 : A quelle période, quel itinéraire ?

Niko – Antho : Nous avons débuté le GR20 le 7 mai 14h à Calenzana et sommes arrivés à Conca le 15 mai 2019 14h, soit 8 jours de randonnée dans le sens Nord-Sud.

fra-li-monti-depart-gr20
fra-li-monti-depart-gr20

Quel était le contexte de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Niko : L’idée de faire le GR20 est apparue le 7 avril 2019, la date de la conférence de Mike Horn à Paris. Après la conférence, nous nous sommes restaurés dans le meilleur restaurant de burgers parisien (Le PNY). Après les récits de Mike Horn, nous avions la volonté de réaliser une aventure. Le GR20 est vite apparue comme suggestion, c’était une évidence. Une semaine plus tard, nous avions les billets pour Bastia.

A partir de là, il nous restait 3 semaines pour nous préparer physiquement au maximum, en intensifiant les entrainements de course en côtes et de renforcement musculaire. Et au niveau organisationnel, nous avons préparé minutieusement notre matériel, ainsi que la nourriture, donc en autonomie totale.

sur-les-cimes-du-gr20-en-mai-corse
Sur les cimes du gr20 en mai – Corse

Antho : En fait, j’avais en tête, depuis facilement une bonne année, d’aller marcher sur le GR20, mais je ne trouvais personne avec qui partir. J’ai même pensé à y aller seul. Ce jour-là, à la fin de la conférence de Mike Horn, j’ai expliqué mon idée à Niko et j’avoue que je ne pensais pas qu’il aurait autant motivé. On a creusé le sujet le soir même, et tout était planifié la semaine qui suivante.

Quel équipement aviez-vous emporté ?

Niko – Antho : Nous avions chacun un sac de rando Décathlon de 50L, avec 13kg de matériel, poche à eau de 2L comprise. On s’est partagé une tente, deux duvets (0°), un change chacun pour la nuit, une trousse hygiénique et de secours, un réchaud, une paire de crampons, 5kg de nourriture (riz, saucisson, cacahuètes, bœuf séché, des barres céréales protéinées de chez Décathlon, et du muesli fait maison), d’autres équipements (batterie externe, lampe frontale, boussole), et le topo Guide. Pour les pieds, Niko avait des chaussures de rando Columbia et Antho des chaussures de trail Salomon.

les-pozzines-et-le-lac-de-nino
Les pozzines et le lac de Nino

Aviez-vous pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

Niko – Antho : Nous avons réalisé le GR20 à 2 avant l’ouverture de la saison, les refuges n’étaient donc pas encore gardés, mais ouverts. C’était aussi notre première grande randonnée. Nous savions que nous n’avions pas le droit à l’erreur. En conséquence et pendant nos 3 semaines de préparation, nous avons étudié le parcours dans ses moindres détails, et, en théorie, le GR20 n’avait plus de secret pour nous !

Juste en théorie, parce que mère Nature nous a mis à rude épreuve 😉

Le deuxième jour, entre Ortu Di U Piobbu et Carrozzu, c’était le jour de la survie. Plusieurs glissades sur des passages alpins auraient pu nous coûter la vie, la fatigue nous faisait perdre la lucidité et la neige qui remontait jusqu’au hanches n’aidait pas. On a mesuré grâce aux bâtons, 1m20 de neige par endroit.

gr20-debut-mai
Le GR20 en début mai 2019

J’ai (Antho) même eu des hallucinations sur la fin, je voyais Niko violet, et la couleur bleue était verte !

Donc encore des névés sur le parcours ?

Niko – Antho : Notre départ a eu lieu le lendemain de la pire tempête de neige jamais vu dans le nord depuis 20 ans, et notre dernier jour, c’était la pire tempête de neige jamais vu dans le sud (confirmé par des locaux).

corse-matin-mai-2019-sous-la-neige
Corse Matin – Mai 2019 – Sous la neige

Autant dire qu’il y en avait encore des névés 😊 On avait des crampons pour y faire face, mais la neige était souvent trop molle, donc les crampons nous faisaient nous enfoncer davantage.

Vos impressions positives ?

Niko : Des paysages magnifiques et un dépassement de soi, des moments incroyables, et des moments de frayeurs.

Antho : Un environnement juste magique, un effort quasi maximum donc le dépassement de soi, une expérience unique et difficile à imaginer, des Corses adorables, et des souvenirs pleins la tête.

fin-de-journee-sur-le-gr20-en-mai
Fin de journée sur le GR20 en mai

Du négatif ?

Niko – Antho : Bien que nous ayons critiqué la météo, cette dernière nous a permis de vivre un GR20 à la fois en été et en hiver en l’espace de 8 jours. Et malgré les risques cela en valait le coup.

le-gr20-sous-la-neige-mai-2019
Le GR20 sous la neige – Mai 2019

Votre plus grand coup de cœur ?

Niko : Le lac de Nino.

lac-de-ninu-corsica
Ninu (lac) – Corsica

Antho : La brèche de Capitello.

Refuges préférés ?

Niko – Antho : Le refuge de Prati, pour son emplacement et pour les belles rencontres qu’on a faites : 3 randonneurs avec lesquels nous avons terminé le GR20, dont un faux kiné (qui au final est un réalisateur connu en Alsace ! 😉).

A 6h du matin, nous étions prêts à débuter la journée et l’objectif était de tripler l’étape car nous avions 2 jours avant le retour du mauvais temps. Mais… un brouillard épais et une tempête de grêle s’abattaient aussi à ce moment-là… Nous avons quand même tenté le coup mais rapidement, au bout de 10 minutes, on était trempé et on ne pouvait même plus ouvrir les yeux tellement la grêle fouettait. On a donc décidé de rebrousser chemin. Ça nous a mis 4x plus de temps de revenir sur nos pas. Une fois revenus au refuge de Prati, on s’est empressé de faire un feu pour se sécher et pour attendre la fin de la tempête.

mer-et-montagne-corse
Mer et montagne – Corse

Sinon, il y avait aussi le refuge de Petra Piana, un paysage à couper le souffle. D’ailleurs, le vent sait se faire entendre !

Un message de remerciement ?

Niko – Antho : Nous tenons vraiment à remercier le refuge de Conca pour l’accueil à notre arrivée. Nous avons pu nous restaurer (alors que la cuisine était fermée), prendre une douche bien chaude, et ils nous ont même déposé à Porto-Vecchio ! C’était vraiment un accueil incroyable, les corses sont très accueillants !

Avez-vous un objet ou une astuce à partager ?

Niko : L’indispensable, c’est la récupération. Ne pas hésiter à légèrement surélever les jambes la nuit, et boules Quies pour bien dormir. Et puis le plus important, garder le sourire !!

Antho : J’ajouterai aussi un filtre à eau, ultra utile pour boire directement à la rivière.

Un dernier conseil pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Antho : Ayez une attention particulière au poids de votre sac. Pas de petites économies ! Avec quasi 13kg au début, c’était beaucoup. On était parti sur 11kg maximum mais on n’avait pas pris l’eau en compte… Essayez vraiment d’être au plus léger. 10-11kg est un poids idéal.

Si vous envisagiez de refaire le GR20, changeriez-vous quelque chose ?

Niko : Je ne changerais rien, l’aventure était magique !

nikola-et-antho-arrivee-a-conca
Nikola et Antho – Arrivée à Conca

Antho : On s’était fixé 7 jours pour le défi sportif, mais je le referai bien en 15 jours pour profiter au maximum de chaque moment et de chaque paysage.

Merci beacoup Nikola et Anthony ! Vous n’avez pas eu du chance en arrivant deux jours après que le refuge d’Orto di Piobbu ait brûlé ! C’était effectivement une belle édition enneigée, chapeau à vous ! Place maintenant à votre petite vidéo story Instagram, elle m’a bien fait sourire, car vous gardez la pêche malgé ces conditions “peu évidentes” 😉

A bientôt, revenez vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*