Florian, Eugénie & Elsa d’Aix-en-Provence / Marseille. GR20 Sud-Nord en 12 jours – Juillet 2019 (+ Vidéo)

Bonjour Florian, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Florian, 30 ans, directeur d’un organisme de formation professionnelle entre Aix-en-Provence et Marseille. J’étais accompagné de 2 amies : Eugénie avec qui je fais de l’escalade régulièrement et Elsa, une amie à elle.

GR20-Groupe-Florian-Eugenie-Elsa

Déjà expérimenté en randonnée ?

Nous pratiquons la randonnée assez régulièrement. Nous avons en effet la chance de bénéficier d’un terrain de jeu incroyable dans notre région : Les calanques de Marseille, le massif de la Sainte-Victoire, le massif de la Sainte-Baume, les Alpilles, etc…, tout cela à moins de 45 minutes en voiture !

Peux-tu nous en conseiller dans la région d’Aix-Marseille ?

Vivant à proximité du massif de la Sainte Victoire, j’ai une attache particulière pour cette montagne, ses randonnées et son magnifique panorama une fois au sommet. Randonnées à faire : Sainte-Victoire par la Brèche du Clapier ; Sainte-Victoire par le Garagaï, le Pic des Mouches.

Je suis également un inconditionnel des calanques de Marseille/Cassis qui offrent des randonnées sublimes et dont je ne me lasse toujours pas de ses paysages sublimes. Randonnées à faire : Calanque de l’œil de verre par le Col de la Gineste ; Les Falaises de Devenson, la traversée des calanques…

Ces lieux sont un excellent entrainement pour le GR20 car le terrain y ressemble fortement : randonnées avec généralement 700 à 1000m de dénivelé positif et négatif, environnement très minéral, beaucoup de cailloux et de pierriers, présences de chaînes et de passages techniques sur certaines randonnées, passages « escalade » où il faut mettre les mains…

Quid de ton GR20 ? Quel itinéraire et quelle période ?

En ce qui concerne la période, nous avons choisi le mois de juillet pour éviter les névés, avoir des journées plus longues et surtout car c’était la période où nous pouvions tous les 3 avoir 2 semaines de libres en même temps pour faire le GR20.

Après réflexion, nous avons choisi d’effectuer le GR20 du Sud au Nord pour plusieurs raisons et ne regrettons pas notre choix. La principale raison étant qu’en effectuant la partie Nord réputée plus belle et impressionnante dès le départ, nous avions peur d’être déçus ensuite par la partie Sud. En effectuant le GR20 en partant de Conca, nous avons été émerveillés par chaque étape du Sud (ne connaissant pas encore le Nord), et la beauté du paysage est allée crescendo tout au long de notre GR20 ! En résumé, cela permet de garder le meilleur pour la fin !

Par ailleurs, le sens Sud-Nord nous a permis d’avoir le soleil dans le dos, d’avoir moins de monde dans le même sens que nous (nous avons parfois croisés des embouteillages de gens dans le sens Nord-Sud), et de terminer du côté de Calvi, ce qui a été très agréable pour se reposer et profiter de la mer à la fin du GR.

Vizzavona-L-onda-gr20

Quel était le contexte de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Eugénie et Elsa avaient envisagé d’effectuer le GR20 depuis l’automne dernier (2018), et lorsqu’elles m’en ont parlé en janvier de cette année, j’ai tout de suite voulu y participer avec elles car c’était une occasion à ne pas rater d’effectuer ce sentier mythique !

Nous pratiquons l’escalade et la randonnée régulièrement donc nous sommes sportifs et déjà habitués à ces terrains.

Néanmoins, n’ayant jamais effectué d’itinérance de plus de 2 ou 3 jours, nous nous sommes entrainés plus spécifiquement pendant 6 mois de janvier à fin juin en effectuant plus ou moins 2 randonnées par mois. On s’est entrainé sur des randonnées avec du dénivelé (entre 700 et 1000m d+/d-), en portant généralement un sac de 5 à 10kg pour s’habituer à la charge, des randonnées avec passages techniques (chaînes, escalade etc…).

Nous avons terminé notre entrainement par un trek de 2 jours fin juin dans les Alpes (Cirque du Morgon) où nous avons pu essayer l’ensemble de notre matériel et de notre sac à dos chargé sur un itinéraire de 30km et 2000m+/2000m-.

Au final, entre janvier et juin, nous avons effectué une douzaine de randonnées (environ 160 km avec plus ou moins 9000m de dénivelé positif et négatif).

Quel équipement avais-tu emporté ?

Nous avons décidé de dormir en tente car cela faisait parti du côté aventure selon nous. De plus, nous souhaitions être libres et ne pas avoir à réserver les refuges pour éventuellement doubler des étapes si notre condition le permettait.

En ce qui concerne la nourriture, nous n’avons rien apporté et avons décidé de bénéficier des repas proposés par les refuges, ainsi que des épiceries présentes dans chacun d’eux. Nous avons opté quelque fois pour le menu complet cuisiné en refuge, sinon nous achetions notre repas du soir à l’épicerie (pâtes et sauce tomate) que nous cuisinions dans les cuisines mis à disposition. Pour la journée et les repas du midi, nous achetions à chaque fois la veille au refuge pour le lendemain (barres de céréales, saucisson, pain, fromage, fruits secs etc…)

Concernant l’eau, nous partions en général avec 2L à 3L d’eau en fonction des étapes, en étudiant en amont si nous allions croiser un refuge/bergerie sur le chemin pour se ravitailler.

facing-mountains-gr20-corsica

Je suis parti avec un sac à dos de 45L (taille parfaite ! tout est rentré dedans, même la tente). En ce qui concerne le matériel, j’avais dans le sac à dos : un CamelBak de 3L, une tente 2 places, un matelas gonflable, un sac de couchage 5°C confort, une taie d’oreiller dans laquelle je mettais ma doudoune, une GoreTex, une softshell, une doudoune compressible, un t-shirt Merinos, une paire de chaussette de trek Merinos, un caleçon, une paire de tongs pour le soir, un collant et un t-shirt manches longues pour le soir, une serviette microfibre, un portable, une cordelette d’escalade de secours et qui servait d’étendoir, une lampe frontale, une trousse de secours, un savon petit marseillais, un short maillot, une brosse à dents, crème solaire, baume du tigre + crème récupératrice après effort (très utile !), 2 sacs étanches de 4L et 8L, ma GoPro + chargeur, une batterie externe.

Au total : 9kg sans eau (et donc entre 11 et 12 kg avec eau en fonction de la quantité prise en début de journée).

J’avais sur moi : un short de randonnée, une paire de chaussettes de trek Merinos, un caleçon, une paire de chaussures de marche semi-montantes, des lunettes de soleil, une casquette, une montre GPS, les bâtons de randonnée (indispensables selon moi).

Materiel-GR20-preparation-florian

Ce que tu as le plus apprécié ?

J’ai aimé l’intégralité de cette formidable aventure ! Les paysages sont sublimes tout au long du parcours avec une mention spéciale pour les paysages du Nord.

journée-juillet-corse-gr20-florian

J’ai aimé la diversité des paysages qui changent sans cesse, j’ai aimé les montées, les descentes, les nombreuses vasques pour se baigner, le charme différent de chaque refuge, les départs à la frontale chaque matin, la (ou les) bières à l’arrivée après chaque tape, les douches froides, les orages, la diversité des personnes rencontrées.

Descente-Cinto-florian

Ce que tu as le moins apprécié ?

Techniquement, il n’y a rien que je n’ai pas apprécié durant ce GR20 mais si je dois choisir quelque chose, je dirais la première étape et la toute dernière. D’une part pour la chaleur, Il faisait très chaud au départ de Conca et à l’approche de Calenzana en plein juillet (sur ces deux étapes nous étions sous les 1000m d’altitude et on pouvait clairement voir la différence de température avec le reste du GR20). Par ailleurs, sur la première étape, nous étions mal organisé : nous sommes partis à 9h30 (il a fait trop chaud mais ça nous a servi de leçon pour les étapes suivantes) et en ne prenant pas assez d’eau (nous avons fini la dernière heure de la première étape sans eau !).

Ton plus grand coup de cœur ?

Mon plus gros coup de cœur a été tous les départs d’étapes à la frontale vers 5h15 / 5h30 du matin pour avoir la chance d’admirer ensuite les levers de soleil, seuls au monde, que ce soit sur une crête, sur un sommet ou bien même sur une vaste plaine… somptueux !

l-onda-sunrise

Le départ à la frontale de Ciotullu Di i Mori à 4h50 pour faire la descente jusqu’aux bergeries de Ballone avec au loin l’orage et ses éclairs en pleine nuit reste pour moi un souvenir incroyable !

Ton étape et tes refuges préférés ?

GR20-Nord-Juillet-Florian

Mon étape préférée a sans doute été celle du refuge de Carozzu à Ortu Di u Piobbu qui est simplement sublime avec de belles parties où il faut mettre les mains (ce qui était nos moments favoris pour nous 3). J’ai également adoré l’étape de Petra Piana à Manganu qui est juste magnifique avec la traversée de la brèche de Capitello avec vue sur les lacs.

breche-de-capitello-gr20-florian

Concernant les refuges, nous les avons tous apprécié pour leur ambiance et charme propre à chacun. Nous avons particulièrement aimé le refuge de l’Onda pour le côté atypique d’être enfermés dans un enclos pour planter la tente avec les chèvres en liberté à l’extérieur (c’est bon d’inverser les rôles !) et mention spéciale au menu de ce refuge avec des lasagnes au Brocciu et à la menthe qui sont délicieuses.

Le deuxième refuge qui aura marqué notre périple sera celui de Tighjettu dans lequel nous avons passé une après-midi entière à l’intérieure à cause d’un fort orage (mention spéciale à l’ambiance chaleureuse de ce refuge, où nous avons pu jouer à des jeux de sociétés et écoutant la playlist de musique légendaire du gardien Charly : super ambiance !).

Un objet ou une astuce que tu pourrais partager ?

Mes recommandations pour ceux qui veulent effectuer le GR20 :

– Le plus important : partir avec des gens de plus ou moins votre niveau avec qui vous êtes prêts à partager presque 2 semaines d’itinérance en nature. Vous devez en effet vivre chaque moment du GR20 ensemble, alors mieux vaut partir avec des gens que vous appréciez. Je ne remercierai jamais assez Eugénie et Elsa qui ont été des partenaires d’aventure incroyables.

– Partir très tôt tous les matins. Je recommande le départ entre 5h et 5h30 pour profiter de la fraicheur du matin et des levers de soleil.

– Avoir un sac à dos de 12kg maximum (eau comprise). Ce poids ne m’a jamais posé de problème sur l’ensemble du parcours ; je recommande même d’essayer de ne pas dépasser les 10kg si vous y arrivez.

– Je recommande de bénéficier des refuges pour toute la partie nourriture car les épiceries proposent largement de quoi se ravitailler et cela permet d’économiser du poids.

– Je recommande des chaussures à tige mi-haute ou haute. Cela protège bien la malléole des nombreux cailloux présents sur le terrain et prévient de potentielles entorses. Pensez à bien faire vos chaussures avant le GR20 ! J’ai pu utiliser mes chaussures de randonnées sur 150km avant le GR20 et je n’ai eu aucune ampoule sur l’ensemble du parcours.

– Je recommande absolument les bâtons de randonnées qui sont à mes yeux indispensables pour les nombreuses très longues descentes et les montées raides du GR20. Vos genoux vous diront merci !

– Dernière recommandation : pensez à vous étirer 30 minutes chaque soir après votre étape du jour. Vous pouvez également prendre un baume du tigre et une crème récupératrice après effort pour certaines douleurs. Grâce à ce rituel, nous n’avons souffert d’aucune courbature ou douleur sur l’ensemble du parcours (hormis certaines douleurs aux genoux ou mollets en fin d’étape mais qui avaient disparu les lendemains matins).

Etirements-Asinau-gr20

Envie de rajouter quelque chose ?

Le GR20 est une expérience fabuleuse que je recommande à toute personne amatrice de randonnées et de treks. Il est certes décrit comme l’un des plus durs d’Europe mais à raison d’une étape par jour, je pense qu’il est accessible à toute personne un minimum entrainée. Ne pas négliger la préparation matérielle et physique en amont du GR20 afin que l’expérience soit la plus agréable à vivre !

Je remercie également le site GR20-Blog, cela a été un réel plaisir et surtout utile de pouvoir lire les témoignages de précédent « finishers » du GR20 avant de se lancer dans cette aventure. Et je retournerai sûrement un jour l’effectuer dans le sens Nord-Sud afin de me faire une réelle opinion de quel sens est le meilleur !

Florian, je te remercie pour la qualité de ton interview et tous les conseils que tu partages. Il n’y a rien à rajouter, tout est dit !

Et je partage également ton avis sur le choix du début du mois de juillet, c’est très pertinent ce que tu expliques, et je rajouterai même que bon nombre de randonneurs évitent les mois de juillet et août pensant (à tord) se retrouver sur une autoroute de la randonnée, ce qui n’est pas forcément le cas en juillet et août.

Quant au choix de l’itinéraire Nord-Sud ou Sud-Nord, celui-ci il reste personnel et tes arguments sont entendables. Pour autant, dans le sens Sud-Nord, le fait qu’il puisse y avoir plus de monde ne se ressentira pas forcément plus, car à l’inverse de croiser tout le monde, les personnes avançant dans le même sens ne se croisent pas, il y a de ce fait moins de croisements que dans le sens Sud-Nord. Aussi, et quelque soit le sens, les randonneurs terminent tous leur journée au même endroit : au refuge. Mais cette perception de “quantité de randonneurs”, tu pourras nous le confirmer lors de ta prochaine aventure dans le sens Nord-Sud 😉

Reviens quand tu veux sur GR20 Blog, c’est un réel plaisir de te lire !

Et maintenant, pour le plus grand bonheur de tous, voici la vidéo du GR20 de Florian (durée 1 min 45) :

A vous de laisser un commentaire !