Alex et Christiane – Le GR20 en famille avec des enfants de 7 et 8 ans (+ vidéo)

Alex et Christiane nous racontent leur GR20 réalisé en 2 temps, le sud en été 2018, puis le nord en juillet 2019, avec leurs filles Alyssia et Nora, qui venaient d’avoir 7 et 8 ans ! Un superbe récit et 2 vidéos en fin d’interview !

Bonjour Alex et Christiane, pouvez-vous vous présenter s’il vous plait ?

Nous sommes les heureux parents de 2 « petites » filles qui se prénomment Alyssia et Nora, et qui venaient d’avoir 8 ans, respectivement 7, lorsque nous avons fait le GR20 Sud en été 2018.

Alex, Christiane, Alyssia et Nora - Le GR en famille
Alex, Christiane, Alyssia et Nora – Le GR en famille

Nous venons de Suisse et avons toujours été amoureux de la nature et de la montagne avant même d’avoir nos filles et de ce fait, elles baignent dans cet environnement depuis leur naissance… Première rando à Zermatt (Suisse) sur le ventre à papa déjà après 1 semaine d’existence !! Et à leur 3 ans, c’était parti pour leur première vraie rando de 2-3 heures avec sac-à-dos pour doudou et 2 biscuits.

En plus de la rando, nous pratiquons aussi, et toujours en famille, le VTT et l’escalade, et passons tous nos week-ends d’hiver au ski.

Donc déjà expérimentés en randonnée ?

Expérimentés en randonnée ? Certainement ; avant de nous connaître, nous pratiquions déjà l’escalade et l’alpinisme. Parmi quelques belles expériences que nous avons faites avant d’avoir nos enfants, on peut citer le GR20 (1999-2004-2008), le Mont-Blanc, le Cervin, des via ferrata dans les Dolomites, des 4000, des randos glacières, des arêtes, et ce pendant une quinzaine d’années.

Dès que nos filles ont pu marcher 5-6 heures, nous avons passé des vacances « randos » dans les Dolomites : le Tour des 3 Cime di Lavaredo, le Cinque Torri, Lago di Sorapis, entre autres.

1 mètre de hauteur, c'est déjà de l'escalade quand on mesure 1m20
1 mètre de hauteur, c’est déjà de l’escalade quand on mesure 1m20

Mais pour les week-ends, notre terrain de prédilection a toujours été la magnifique région de Chamonix qui se situe à environ 1h15 de chez nous. Notre entraînement idéal est le sentier qui monte au Signal Forbes depuis Chamonix, et qui passe par la station terminale du Montenvers. De là, le sentier longe ensuite la montagne à flanc de coteau pour rejoindre la station intermédiaire du téléphérique de l’Aiguille du Midi et finalement redescend sur Chamonix. Nous nous sommes dit que si nos filles étaient à l’aise avec cette rando de 9h et ses 1300m positifs et négatifs, elles étaient prêtes pour partir à l’assaut du GR20…

Pouvez-vous nous conseiller quelques randonnées dans votre région ?

  • Lac Blanc : à l’intérieur de la Réserve Naturelle des Aiguilles Rouges, dans la région de Chamonix. Magnifique randonnée avec un panorama époustouflant sur les Aiguilles du Massif du Mont-Blanc.
  • Lac du Miage par le Val Vény, dans la région de Courmayeur.
  • Les dents du Midi
  • Le tour du Mont-Blanc
  • Le désert de Platé
  • …y en a trop !..;-)

Quid de votre GR20 : à quelle période, quel itinéraire ?

Nous avons parcouru en famille le GR 20 Sud de Vizzavona à Conca en juillet 2018 et le Nord de Calenzana à Vizzavona en juillet 2019.

Le GR20 avec des enfants - Avancer à leur rythme
Le GR20 avec des enfants – Avancer à leur rythme

Quelle était la démarche de vouloir réaliser le GR20 ? Une préparation spécifique ?

L’idée est partie d’une envie du papa de refaire le GR20 avec les filles, le Sud d’abord sans intention de faire le Nord, surtout avec de si jeunes enfants. Connaissant la difficulté des différentes étapes, la forme physique et l’endurance de nos filles malgré leur jeune âge, nous nous sommes dit que ce projet pourrait bien se concrétiser…et une fois que nous nous sommes lancés dans la préparation de ce GR, notre motivation n’a cessé de grandir, bien qu’il y avait pas mal de questions qui nous trottaient dans le tête, telles que la météo, l’enchaînement d’autant de jours de marche consécutifs pour nos jeunes randonneuses en herbe, et pour nous parents, le portage d’un sac avoisinant les 20kg chacun puisqu’il était hors de question de faire porter à nos filles plus que leur réserve d’1,5L d’eau. Notre but était de leur faire vivre une belle et unique expérience malgré l’effort exigé par ce GR. L’idée de faire le Nord ne nous est venue que 6 mois après avoir fait le Sud.

Le GR20 et ses éboulis
Le GR20 et ses éboulis

Pour nous préparer, nous avons commencé à nous entraîner au printemps 2018 (Sud) et 2019 (Nord) avec des randonnées de plus en plus longues et un sac-à-dos que nous remplissions progressivement de packs d’eau pour atteindre les 20 kilos, mais pas tous les week-ends pour ne pas dégoutter les filles avant cette grande aventure. Nous avions nos chaussures de marche habituelles, mais il a fallu que nos filles forment les leurs car les enfants de cet âge changent de pointure chaque année. Nous avons eu de la chance de trouver des chaussures de montagne confortables et elles n’ont jamais eu de soucis avec.

Quel équipement aviez-vous emporté ?

Le choix du type de sac a été longuement réfléchi car il nous fallait caser autant le poids que le volume d’affaires pour 4 personnes – dont 2 enfants certes, mais les sacs de couchage et les matelas n’étaient pas plus petits pour elles – y compris la tente 4 places, le réchaud, une casserole, l’eau, tous les repas de midis et tous les petits-déj – et il a fallu en compter des petits pains au chocolat de Pasquier pour 4 personnes, en sachant qu’il en faudrait 2 par personnes pour tenir jusqu’à midi… on en a compté plus de 40… après on s’est dit qu’on allait bricoler avec des biscuits et autre. Notre expérience de 2008 nous a bien aidé car nous avons repris notre méthode de compactage de pâtes déshydratées dans des sachets zip. Et nous avons pu économiser le poids de quelques repas de midi à chaque fois que nous savions qu’il y avait un « restaurant » sur l’étape, comme par exemple au Col de Verde, et au Col de Bavella. Nous avons aussi fait 2-3 pique-niques pour varier, en achetant quelques vivres dans les ravitaillements des refuges.

GR20 - pique-nique du midi
GR20 – pique-nique du midi

Pour tenir le coup entre les repas principaux et remotiver les troupes, nous avons aussi emporté l’équivalent d’un kilo de toutes sortes de barres énergétiques (céréales, nougat, pâtes de fruits, etc.) et glissé 2 paquets de fruits secs dans le sac des filles, toute « fières » de porter des denrées rares et précieuses sur ce GR.

Papa avait un sac de 100L dans lequel on a pu fourrer tout le matériel volumineux : tente 4 personnes, 4 sacs de couchage, 4 matelas, 4 polaires, 1 abri, 4 vestes de pluie et 4 paires de sandales. Au final, au départ de Calenzana, le sac de Papa n’était pas plein et nous avions encore une dizaine de litres à disposition.

GR20 - un sac bien chargé, mais circonstances justifiées
GR20 – un sac bien chargé, mais circonstances justifiées

Maman avait un sac très compact de 45L + 10 dans lequel on a placé toutes les affaires « compactes », comme les petit-déj, les repas de midi, les assiettes et tasses, les couverts, les barres de céréales, le réchaud. Côté pratique pour les midis : nous n’ouvrions qu’un sac.

Concernant l’eau, nous avons toujours essayé de prévoir très large, et il ne fallait pas oublier 1L supplémentaire quand nous prévoyions des pâtes à midi. Ce qui faisait un total de près de 12L d’eau pour la journée selon les étapes.

GR20 - poches à eau pour la randonnée
GR20 – poches à eau pour la randonnée

Concernant les habits : un short (pantalon-short pour toutes les filles), 2 t-shirts et 2 paires de chaussettes par personne et un legging pour la nuit. L’expérience du Sud nous ayant aidé pour le Nord, nous partions vers 6h du matin au lieu de 8h, pour arriver plus tôt au refuge de l’étape suivante pour laver et sécher nos affaires et ainsi alterner les t-shirts et les sous-vêtements.

Aviez-vous pensé à l’aspect Sécurité en préparant le GR20 ?

C’était l’aspect principal de notre projet, surtout avec des petits enfants. Pour cela, nous avons emporté des baudriers fabriqués maison par papa – pour la légèreté – que nous avions déjà utilisés lors de nos randonnées dans les Dolomites. Grâce à une longe nous pouvions ainsi les sécuriser dans les passages techniques et aériens et retenir une possible chute.

GR20 avec des enfants - sécuriser en arrière en cas de chute
GR20 avec des enfants – sécuriser en arrière en cas de chute

Un autre aspect « sécurité » était de se mettre en route tôt le matin – 6h – afin d’arriver le plus tôt possible au refuge suivant tout en gardant un rythme de marche très relax et d’éviter ainsi un incident qui pouvait vite devenir un accident d’une cheville foulée par exemple, et surtout de prendre notre temps avec nos filles sur des passages plus techniques et dans lesquels on pouvait bien vite perdre du temps.

GR20 - passage avec chaine
GR20 – passage avec chaine

Arriver suffisamment tôt présente beaucoup d’autres avantages sécuritaires : celui de ne pas se faire prendre par l’orage, celui de pouvoir récupérer physiquement et se doucher quand il fait encore assez chaud car à 20h… ça caille ! Dommage de prendre froid et d’être peut-être moins opérationnel pour la suite – et celui de pouvoir faire sécher les chaussettes pour repartir le lendemain les pieds au sec afin d’éviter les ampoules, ou encore celui de faire une vraie bonne pause à midi afin d’être d’attaque pour le reste du parcours de l’étape.

GR20 - l'eau froide apaise les pieds
GR20 – l’eau froide apaise les pieds

Le poids du sac constitue un aspect important de la sécurité ; en effet, lors de notre préparation nous avons cherché le poids le plus léger pour CHAQUE objet, de l’assiette en plastique au sac de couchage en passant par la brosse-à-dents, découpé chaque feuille de papier toilette…

Nous avons toujours veillé à maintenir un équilibre entre tous ces aspects pour mener à bien notre périple et pour que rien ne gâche cette belle aventure.

Vos impressions positives ?

Nous sommes heureux d’avoir fait découvrir à nos filles le GR20 et fières qu’elles aient pu enchaîner autant de jours de marche, de dénivelés, de levers au petit matin, de douches froides, etc…

Il était important pour nous de faire vivre cette expérience à nos filles, tant sur le plan humain que sur le plan physique. Elles ont ainsi pu découvrir que les relations humaines étaient plus simples et intenses que lors de vacances « ordinaires » et la bienveillance de nos compagnons de route et des randonneurs en général à notre égard nous a beaucoup touchés : dès le 1er jour du GR20 SUD les filles se sont fait une grande copine – qui se reconnaîtra si elle lit ce récit – qu’elles se réjouissaient de retrouver chaque soir au bivouac suivant. Et d’autres nous ont proposé de réserver notre emplacement au bivouac car nous arrivions souvent dans les derniers et avions besoin d’un grand emplacement pour notre tente familiale ; les bons emplacements sont déjà pris par les tentes de location et les autres emplacements sont plutôt prévus pour des tentes 2 places.

Cascade des Anglais - Vizzavona - Séparation GR20 Nord et Sud
Cascade des Anglais – Vizzavona – Séparation GR20 Nord et Sud

Dans la partie nord, un couple de sympathiques Belges nous a avoué avoir pensé plusieurs fois à abandonner ce trek, mais finalement avoir continué car si nos filles pouvaient le faire alors eux aussi pouvaient y arriver. Quel plaisir de savoir que nos filles pouvaient être une motivation pour quelques randonneurs !

Nous avons aussi été agréablement surpris par le sympathique accueil des gardiens connus plutôt pour leur côté « bourru » (mais entier…) : certains ont même offert spontanément des Mars à nos filles qui étaient aux anges et ça a contribué au fait qu’elles gardent un magnifique souvenir de leur GR20…

Du négatif ?

Nous remarquons qu’il y a de plus en plus de gens qui doublent, voire triplent les étapes et font le GR20 pour le côté « exploit sportif » et souvent dans la souffrance. Chacun fait ce qu’il veut mais le GR mérite de prendre du temps, d’écouter la nature, de rencontrer les autres… et de laisser le stress à la maison. Si vous n’avez pas le temps… ne faites pas le GR20… !

Pour le GR Sud, une petite équipe sympa s’est formée et les randonneurs suivaient les étapes « officielles ». Pour le Nord aussi, nous avons fait de belles rencontres mais beaucoup ont doublé les 2 dernières étapes et de ce fait nous nous sommes retrouvés un peu « tous seuls » à notre arrivée à Vizzavona.

Dommage aussi que les tentes de location prennent de plus en plus d’espace dans les bivouacs et ne laissent ensuite aux « vrais » campeurs que des emplacements 2ème choix. Il n’y en avait pas autant en 2008.

Nous sommes contents d’avoir fait le GR20 juste avant qu’il ne se modernise trop et que les refuges et leurs infrastructures deviennent trop « confortables », que l’esprit de « camaraderie » disparaisse peu à peu. Cette année, un trail est organisé pour le mois de juillet, ce qui veut dire qu’il pourrait y avoir beaucoup de changement autant sur le plan matériel – refuges, sanitaires, etc – que sur le plan de la mentalité.

Votre plus grand coup de cœur ?

Le GR20 tout entier est notre coup de cœur ! Pour nous, c’est simplement d’avoir pu emmener nos filles dans la découverte de cette nature de toute beauté et la rencontre avec les gens.

Etape et refuge préféré ?

Pour le refuge, on dira Manganu ! Gardien sympa, place pour la tente, belle terrasse, vasques au pied du refuge.

Pensez à vous acheter un bon fromage aux bergeries de Vaccaghja pour le déguster sur la terrasse…

Concernant les étapes… difficile à dire… il y en a tellement qui nous ont plu… certaines sont interminablement longues, d’autres comportent des passages assez techniques et aériens, d’autres encore nous réservent baignades et pique-nique au bord de vasques bien fraîches, certaines nous font économiser le poids d’un repas… mais elles ont toute un point commun : la beauté et la variété des paysages.

GR20 - une soudaine envie de baignade
GR20 – une soudaine envie de baignade

Nous avons beaucoup aimé l’étape Manganu – Petra Piana ! C’est magnifique d’évoluer dans ce monde de rochers et de pierres. Au début le sentier monte doucement depuis le refuge en traversant un tapis de pozzine, ensuite le sérieux commence. Tout le long de la montée, on a la vue sur une brèche (qui n’est pas la brèche de Capitellu, celle-ci se situe dans la descente après la brèche). Arrivés au sommet, nous sommes récompensés par une vue époustouflante sur les fameux Lacs de Melu et Capitellu avec leur belle couleur bleue en contre-bas.

Ensuite, on évolue dans ce décor de carte postale car le sentier fait quasiment tout le tour en surplombant les lacs. Dans la descente il faut passer sous un gros bloc coincé et ensuite désescalader avec des chaînes et c’est assez « marrant » …surtout avec les sacs… 😉

Après une dernière remontée, on aperçoit d’un coup le refuge de Petra Piana sur un grand replat en contre-bas. Une belle étape.

Un message de remerciement ?

Merci à Téa et Laurie, les 2 grandes copines corses de nos filles qui s’en sont occupées à chaque arrivée au bivouac en leur faisant de belles tresses plaquées et dont nos filles se souviendront encore longtemps ; vraiment une belle rencontre lors de la partie Sud. Nous aurions pu refaire route commune sur 2-3 étapes lors du GR Nord mais nos dates ne coïncidaient pas tout-à-fait avec les leurs, dommage !

Prudence dans certains passages délicats
Prudence dans certains passages délicats

Merci à Baptiste, rencontré dans la partie Nord, qui faisait le trek avec son père et qui a souvent réservé notre emplacement de tente et à qui on a demandé de réserver aussi notre dîner quand l’étape était très longue. Cela nous a vraiment touché lorsque, ne nous connaissant pas encore et surtout nous sachant avec de jeunes enfants, il est revenu du refuge de Prati à notre rencontre car il était inquiet pour nous et il voulait nous aider à porter nos affaires.

Merci également à Michel et Marie, un passionné de montagne et sa femme, qui étaient nos compagnons de route du Sud et que nous nous réjouissions de retrouver à chaque étape. Toujours prêts à donner un coup de main ou un bon conseil, parler de montagne ou partager du pain sec et du vieux fromage Corse authentique ! Quand Baptiste et son père ont décidé de doubler les 2 dernières étapes du Sud, Michel et Marie ont spontanément pris le relais de nous réserver un emplacement à côté de leur tente dans les petits bivouacs.

Merci également à Nicolas et à « Petit chapeau » pour leur compagnie et leur bonne humeur !

Des astuces que vous pourriez partager ?

• La première astuce, c’est « quand le faire ?». Dans les guides, il est écrit qu’en juillet-août le GR est bondé… donc tout le monde le fait… en juin et septembre… du coup personne en juillet-août !!… Oubliez ces histoires de températures, soleil dans le dos, etc.…c’est du blabla… le GR, c’est dur et puis c’est tout !

• Oubliez Décathlon ! … nous aimons bien Décathlon, mais pas pour le GR ! Leur matériel de rando est beaucoup trop lourd (excepté quelques tentes) … on trouve bien plus léger ailleurs.

• La nourriture déshydratée de rando est chère et souvent pas très bonne. Les quantités sont souvent minimes pour le prix. Si vous prenez des pâtes déshydratées de supermarché (en bol… que vous enlevez) vous aurez beaucoup de choix, vous pouvez doubler les quantités et ce n’est pas cher ! Donc ça vous permet de tester les goûts avant de partir (voir l’intro de notre vidéo).

• Le sachet « zip » est votre ami ! Oubliez les trousses de voyage qui mêmes « light » pèsent 20 fois le poids d’un sachet ZIP… mettez tout dans des zips… (nous avons trouvé des zips géants pour mettre les habits « sous-vide » sans pompe… gain de place, étanche, bien rangé… parfait !!

• Oubliez les tongs. C’est léger mais ça n’a aucune tenue aux pieds dans les vasques et autour des refuges. En cherchant un peu vous trouverez des sandales type « Jésus-Christ » avec une semelle en mousse et elles sont hyper-légères. Vous pouvez même imaginer faire un bout de chemin avec pour vous sortir d’un mauvais pas lors d’une grosse ampoule infectée.

• Oubliez les matelas « mousse » … c’est volumineux et on ne dort pas bien ! Nos matelas gonflables pesaient 450g, étaient minuscules, et on dormait comme des bébés…(une housse de sac nous servait de gonfleur – voir dans la vidéo)

• Nous voyions beaucoup de randonneurs avec une gourde accrochée au sac en alu… ce n’est pas une bonne idée ! L’eau devient bouillante et on ne sait pas quoi faire avec la gourde quand elle est vide. Préférez la poche à eau en plastique. Il faut d’ailleurs éviter tout ce qui « pend » sur le sac et éviter de mettre la tente accrochée sous le sac à dos, ça peut vous poussez en-bas lors des descentes très raides.

• Attention à l’eau… nous avons croisés des randonneurs pliés en deux… nous avons pris des gouttes Micropur qui permettent d’avoir une eau « propre » en 30 minutes. Oubliez les filtres, lourds et pas nécessaires sur le GR.

• Oubliez la réservation (sur le site du Parc Naturel Régional de Corse) d’un emplacement de tente. Nous avons tenté le coup car notre tente pour 4 prenait beaucoup de place… Quand on réserve l’emplacement, c’est juste que l’on n’a pas besoin de payer sur place… c’est tout ! Aucun emplacement n’est réservé et s’il n’y a plus rien… bein…y’a plus rien… donc ça ne sert à rien…

• Nous avions deux paires de chaussettes par personne. Nous avons cousu des boucles sur chaque chaussette ce qui nous permettait de les accrocher à l’extérieur du sac. Nous avions donc toujours des chaussettes sèches et à chaque arrêt nous changions toutes les chaussettes qui commençaient à être humides… personne n’a eu d’ampoule. Nous mettions aussi de la crème NOK. Certaines nuits peuvent être très humides… mettez vos chaussettes au fond de votre sac de couchage.

• Les sacs pour légumes de supermarché sont hyper-pratiques pour un tas de chose (poubelle, saucisson, fromage de chèvre, fruits collants), ne pèsent absolument rien et ne prennent pas de place… pensez-y.

• Attention aux cochons « sauvages » !!…si vous laissez un vieux saucisson au fond de votre sac dehors…il n’en fera qu’une bouchée… mais de votre sac aussi ! Nous avons croisé quelqu’un qui n’avait plus qu’une bretelle à son sac à dos… sympa ! Idem pour les renards. Un d’eux nous a réveillé car il mangeait derrière notre tente une « poche de sac » chipée quelque part.… vous voilà avertis…

• Bâtons obligatoires… sous peine d’un GR bien douloureux. Prenez le temps d’apprendre à vous en servir… à la montée on le tient comme un bâton de ski mais à la descente ceci n’a aucune utilité ! Il faut poser la paume de la main sur le haut (la boule) de la poignée et s’appuyer sur ses bras pour amortir la pose du pied…

GR20 - descente, attention aux genoux et aux glissades
GR20 – Descente, attention aux genoux et aux glissades

• Prenez des sous (cash) ! Le GR, c’est cher ! Si on a envie de se faire plaisir au refuge… ça part vite… pas de retrait possible à Vizzavona… donc c’est le train direction Corte… et là c’est un jour que l’on perd… et du coup, on perd aussi ses potes d’étapes…

D’autres conseils pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Le découpage « officiel » des étapes est un peu étrange… il ne considère pas Castel di Vergio comme une étape alors qu’elle est exactement à mi-parcours et qu’il y a resto, douches chaudes et mini-market (peut-être qu’il n’intègre pas le consortium du Parc Naturel Régional de Corse …). Ceci donne l’étape de Tighiettu – Ciuttulu Di I Mori en 4h (environ) et le lendemain Ciuttulu Di I Mori – Manganu en 12h et 24 km !!… En plus, quel dommage de passer le Lac de Nino « en vitesse » …

GR20 - en arrivant à Nino
GR20 – en arrivant à Nino

Donc si vous voulez répartir ceci au mieux c’est : Tighiettu – Castel di Vergio et Castel di Vergio – Maganu… ça s’intègre parfaitement au timing. Perso, nous avons préféré nous arrêter aux bergeries de Ballone (30 min. de plus après Tighiettu) car il y a des vasques à une minute du refuge (voir notre vidéo, on y voit bien le découpage des étapes).

Si vous envisagiez de refaire le GR20, changeriez-vous quelque chose ?

On a beau se creuser la tête, on ne voit vraiment pas ce qu’on aurait pu faire mieux ou différemment. Et si on devait le refaire, on ne changerait rien, car tout a fonctionné à merveille.

Envie de rajouter quelque chose ?

Si vous voulez voir les images de ce périple, c’est par là, pour la partie sud :

Le GR20 sud en famille

Et pour la partie Nord :

Le GR20 Nord en famille

La vidéo du Nord est un peu longue mais si vous n’êtes pas sûr de vos capacités techniques à faire le Nord, elle donne une bonne idée de la difficulté du terrain…

Merci Alex et Christiane, votre interview est très riche en information, ce qui va être fort utile pour toute personne préparant son GR20, et félicitations à vos deux filles, Alyssia et Nora ! C’est épatant de réaliser de tels exploits nord et sud à leur âge, mais la préparation, leur habitude de la rando et de la montagne, et en plus, très certainement déjà un bon mental, y sont pour quelque chose. Vous avez raison de faire attention de ne pas trop les pousser non plus, car on peut rapidement dégouter un enfant si on le force trop dans la pratique d’un sport (ou tout autre loisir) à un jeune âge.

Revenez quand vous voulez pour un prochain GR20 et pour une prochaine interview ! A bientôt !

Une réponse à “Alex et Christiane – Le GR20 en famille avec des enfants de 7 et 8 ans (+ vidéo)”

  1. bonjour j’aimerai être en relation avec Alex et Christiane pour d’autres questions si cela est possible svp mon profil facebook est Leoponette de Provence je suis votre page svp merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*