Xavier, étudiant sur Paris – GR20 solo, Nord-Sud en 7 jours

Bonjour Xavier, peux-tu te présenter stp ?

Xavier, 24 ans, amoureux de la nature depuis toujours. J’ai découvert ma passion pour la randonnée avec mon père dès le plus jeune âge.

L'amour de la montagne
L’amour de la montagne

Etudiant post graduate en école de mode à Paris (IFM) j’essaye de m’échapper dès que je le peux pour profiter de nos belles régions et des pays qui nous entourent.

Quelles expériences de randonnées / escapades ?

Ma première belle aventure a été à VTT. Je suis parti seul de Paris pour atteindre Santiago de Compostella, soit 1.800 km de route, chemin, montagne et forêt. Le tout en 13 jours.

Passionné de VTT, j’ai aussi fait plusieurs destinations en totale autonomie en Auvergne, Haute Savoie…

J’ai également voyagé en vélo de route, Pyrénées d’Ouest en Est, Cote d’Azur – Languedoc…

Xavier - GR20 en solo - Corse
Xavier – GR20 en solo – Corse

A pied, ma dernière expérience remonte à 2 ans quand j’ai traversé l’Islande du Nord au Sud, avec un ami – soit 400 km en 13 jours.

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées ?

Amoureux de randonnées, je vous recommande le Parc du grand Paradis en Italie. Pour votre dernière étape, essayez de revenir en France par le Col del Carro pour arriver au lac blanc. Une belle séance d’escalade vous attend !

Le GR20 seul ? A quelle période et quel itinéraire ?

J’ai fait le GR20 début septembre, seul, du nord vers le sud en partant de Calenzana pour terminer à Conca. Le tout en 7 jours en totale autonomie avec tente, réchaud, nourriture…

GR20 en solo ...
GR20 en solo …

Pourquoi avoir voulu faire le GR20 ? Une préparation spécifique ?

J’avais entendu parlé du GR20 par un ami et lu plusieurs articles par hasard à ce sujet. Le challenge de faire le GR le plus dur d’Europe me semblait une étape obligatoire dans ma vie de randonneur.

Je me suis vaguement préparé en partant 1 semaine avant dans les Alpes avec un ami pour faire l’acension de montages à 3.500m avec un sac à dos de 18 kg sans eau pour avoir ensuite l’impression d’être léger en Corse. Technique qui s’est avérée plutôt efficace…

Quel matériel avais-tu emporté ?

Je suis parti avec mon sac Osprey 38 litres, tente Big Agnès Fly Creek. Je recommande vivement ces deux produits qui sont mes indispensables. La tente pour sa légèreté et facilité de montage et le sac à dos pour sa praticité de pouvoir ranger ses bâtons tout en marchant grâce à un montage fait pour.

J’ai fait le choix de partir avec des chaussures de trail Salomon XA Pro 3D achetées pour l’événement. D’un confort ultime, je les recommande fortement… mais pas pour le GR20. Ces dernières avaient déjà la semelle déchirée au bout de 2 jours de marche… Par chance j’ai croisé quelqu’un ayant de la glue, cette dernière m’a été utile durant tout le reste du voyage pour faire perdurer mes baskets.

Pour l’eau, je suis parti avec une poche à eau, je pense que 3L est idéal pour la remplir à 2,5 avant chaque étape et 3L quand on quitte le refuge pour dormir seul et avoir assez d’eau pour cuisiner.

Chaud devant
Chaud devant 🙂

J’utilise un réchaud Primus lite+ qui est incroyablement pratique, léger et rapide pour cuisiner. Avec, j’y ai cuisiné pendant mon séjour mes coquillettes, riz, polenta, semoule, soupes lyophilisées. Pour donner un peu de goût à tout ça, j’avais pris un tube en aluminium de sauce tomate.

Concernant les vêtements, j’avais 2 tee-shirts, 2 caleçons, 2 paires de chaussettes, 1 maillot de bain que je lavais. Pour la nuit, j’avais un t-shirt manche longue thermique et une polaire.

Tes impressions positives ?

Le GR20 est devenu pour moi une véritable référence « quand tu as survécu à la partie nord tu peux survivre à n’importe quoi d’autre ».

A la base, j’étais parti pour le faire en 10 jours, après 2 jours à comprendre que ce ne serait pas une ballade de santé, j’ai décidé de le faire en 7 pour vite mettre fin à la torture et pouvoir profiter de la plage et de la bonne nourriture corse.

Au dessus des nuages - GR20
Au dessus des nuages – GR20

Je terminerai par une phrase que seuls ceux qui ont fait le GR20 pourront comprendre, celle-ci me vient d’un chauffeur m’ayant pris en stop pour faire Porto-Vecchio Bonifacio : « Le GR20 on le commence conquérant, on le fini vaincu ».

Le GR20, on le commence conquérant, on le fini vaincu.
Le GR20, on le commence conquérant, on le fini vaincu.

Enfin, un véritable soutien et une entraide entre randonneurs, dans le respect, durant le séjour.

Ton plus gros coup de cœur ?

Mon moment préféré du GR20 restera sûrement et simplement mon dernier jour. Physiquement, je n’allais pas bien du tout, mes genoux étaient rouillés et mon talon d’Achille me fessait souffrir au martyr.

Ce dernier jour, j’ai commencé au refuge d’Asinau tardivement vers 7h45 pour y faire 1h30 de marche avec un père et son fils que j’avais croisé la veille dans la queue des douches du refuge. J’ai pu tranquillement réchauffé mes jambes à un rythme doux et y rire comme ça ne m’était pas arrivé depuis le début, à écouter le père me faire les répliques du film « L’enquête Corse ». C’est ensuite au niveau de la variante des aiguilles de Bavella que j’ai repris mon rythme rapide pour arriver en haut des aiguilles la tête dans les nuages.

La tête dans les nuages - GR20
La tête dans les nuages – GR20

Ma motivation était telle que même s’il fallait que je termine à genoux à minuit, je devais terminer aujourd’hui. C’est en passant devant les restaurants après les aiguilles que j’ai pris conscience que manger était aussi un plaisir… ma seule motivation de terminer était de manger une bonne pizza 4 fromages. C’est donc tête basse que j’ai foncé à Conca pour ensuite me trouver un hôtel à coté de Porto-Vecchio et m’engouffrer 2 pizzas après les 5 ou 6 kilos perdu durant ce voyage. N’étant pas très épais de base, j’ai fini avec le physique d’un anorexique.

Ton étape et refuge préférés ?

La variante alpine de Pinzi Curbini était pour moi une superbe expérience technique avec une vue à couper le souffle et une expérience inoubliable à se faufiler d’un coté à l’autre de la crête. Elle est, pour moi, l’étape la plus dure. Attention pour ceux qui on un peu le vertige…

Des vues à couper le souffle
Des vues à couper le souffle

Un objet pratique à partager avec nos lecteurs qui préparent le GR20 ?

Lors de ce voyage, mon meilleur allié a été mon coupe-vent et mon application mobile Maps.Me qui fonctionne quand le téléphone est en mode avion.

Sentier du GR20
Sentier du GR20

D’autres conseils à partager ?

Partez léger ! 7 jours m’a semblé vraiment dur physiquement…

Terrain minéral étape technique
Terrain minéral… étape technique 😉

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

Après avoir lu de nombreux avis et expériences sur le GR20 ma préparation fut parfaite, je changerai juste pour des chaussures de trail mais plus robustes encore style La Sportiva Akyra ou Raptor.

Le plus dur ce n’est pas de faire le GR20, c’est de le refaire…

Envie de rajouter quelque chose ?

Si vous aimez la randonnée, le GR20 doit être votre prochaine aventure !

Xavier - Arrivée à Conca
Xavier – Arrivée à Conca

Un grand merci Xavier pour ton retour d’expérience !

Au plaisir de te relire pour une prochaine aventure, tu nous diras si c’était plus difficile la seconde fois 😉

A vous de laisser un commentaire !