Sybille de Nantes – Récit de son GR20 – Septembre 2017

Bonjour, voici mon petit retour d’expérience du GR20 🙂

Je m’appelle Sybille, j’ai 27 ans et je viens de Nantes. Je suis chef de partie en cuisine. J’ai réalisé le GR20 avec mon conjoint JB.

Le GR20 pour moi, c’était surtout un défi partagé avec JB. Pour la petite histoire, il devait le faire il y a deux ans avec ses copains de boulot. Petit contre temps, il n’a pas pu les accompagner car nous avions le mariage d’une très bonne amie dont il était témoin. Déçu de ne pas y être aller, nous avons décidé de le faire tous les deux – moi n’étant pas du tout sportive, ni adepte de la montagne et encore moins du dépassement de soi. L’aventure de MA vie, notre vie.

Nous avons terminé le GR jeudi 14 septembre 2017 vers 13h à Conca. Nous sommes partis le 3 septembre 2017 de Calenzana. Ce jour là, il y avait environ une centaine de trekkeurs qui démarraient en même temps car un arrêté préfectoral concernant les incendies venait d’être levé le jour même.

Sybille et FB à Conca - Septembre 2017
Sybille et FB à Conca – Septembre 2017

Nous l’avons effectué en totalité en 12 jours. Nous avons donc doublé 4 étapes. C’était notre choix depuis le début d’en doubler car nous voulions pouvoir profiter de quelques jours « au repos » en Corse après cette épreuve !

Pour la préparation avant le GR, nous nous sommes fait un weekend au Nez de Jobourg dans la Manche, puis toutes les semaines pendant les trois mois précédents le départ, nous sommes allés nous entraîner à monter des marches à « La Butte Sainte-Anne » à Nantes (une fois par semaine, entre 20 et 25 allers-retours).

On a voulu partir en complète autonomie. La tente nous avait été prêté, nous avons investi dans les duvets 0/5°, des matelas épaisseur 5 cm gonflables, une popote pliable en silicone … bref une belle liste de matériels à ne surtout pas oublier. Nous avons préparé ce voyage pendant plus de 8 mois. Un vrai accouchement ! Concernant la nourriture, pareil, nous avions fait une belle liste (grammage de pâtes/semoule/riz, conserves de maquereaux/sardines/thon, fruits secs, gâteaux secs petits-déjeuners et barres de céréales). Nous avions tout mis dans des sacs congélations, répartis dans nos deux sacs.

Le GR20 donne faim
Le GR20, ça donne faim 😉

J’avais un sac d’environ 14 kg avec l’eau et lui, un sac d’environ 16 kg. Les premiers jours ont été durs, d’une part par la difficulté du « circuit » et aussi parce qu’il fallait qu’on s’habitue à nos sacs. On nous avait briefé concernant les quatre premières étapes qui sont considérées comme les plus « techniques ».

C’est une sacrée aventure, mentalement comme physiquement. Nous avions pris des manchons de compression et des chaussettes de récupération que je recommande fortement. Pas une seule crampe du séjour !

Mon coup de cœur a été l’étape du Lac de Nino. C’était fabuleux d’arriver en haut et de découvrir cet étendue d’eau et de verdure.

Majestueuses montagnes - ce sentiment d’être tout petit....
Majestueuses montagnes – ce sentiment d’être tout petit….

Durant tout le GR, j’avais l’impression d’être la première à grimper aussi haut, d’être une véritable aventurière. Pourtant, on n’était jamais les premiers à partir des refuges.

jb-sur-le-gr20
La croix du Monte Incudine – Oh non pardon, c’est JB 😉 

Une aventure vraiment superbe. Même après l’avoir fait, je ne réalise toujours pas.

J’ai beaucoup apprécié aussi le fait qu’on est tous égaux entre tous les trekkeurs. Par égaux, je veux dire que tout le monde se parle, tout le monde s’entraide. Il y a beaucoup d’échanges même si on croise plein de nationalités différentes.

Niveau météo, on a eu du beau temps 11 jours sur 12. Une bonne moyenne. Nous nous sommes retrouvés après le refuge de Prati en haut des crêtes avec un vent de plus de 100km/h accroché aux rochers, en ayant beaucoup de mal à tenir debout. Quand on y repense, on aurait pu mourir mais, avec beaucoup de sang froid, nous avons réussi à arriver après plus de deux heures dans la brume, le vent, la grêle… A chaque passage de crête j’avais l’impression que le vent était de plus en plus fort. Le lendemain matin après une rude nuit au refuge d’Usciolu, c’était reparti pour 2 heures de chaos sur les crêtes. Le vent était tellement fort qu’on ne pouvait pas marcher debout, nous étions obligés de progresser accroupi avec des petits cailloux qui nous fouettaient le visage. Je précise qu’à aucun moment après avoir posé les questions météo aux gardiens nous n’avons été informé des conditions météo atroces. Avec du recul, on oublie ces deux petits morceaux d’étapes.

Pénombre face à la mer depuis les montagnes - GR20
Pénombre face à la mer depuis les montagnes – GR20

On garde que le meilleur et c’est 98% de notre périple !

Merci GR20 Blog d’être là, je vous suis depuis bientôt 1 an et c’est toujours avec plaisir que toutes les semaines je lis vos articles.

Un grand Merci Sybille pour ton retour d’expérience en libre expression et pour ta lecture assidue des interviews chaque samedi aussi 🙂 !

Effectivement, quand la météo se gâte, les crêtes peuvent être vraiment dangereuses : vent violent, grêle, orages et risque de foudre… alors que la météo 500m en contre-bas ou sur un autre versant peut être totalement différente !

Message à tous les lecteurs qui préparent le GR20 : les gardiens des refuges ne sont pas météorologues, s’ils sont informés de la météo, ils la partageront bien volontiers, mais sinon, à chacun de bien enregistrer avant son départ le numéro de Météo France Montagne Corse : 08.99.71.02.20

Retrouvez tous les autres numéros utiles sur cette page « numéros utiles » (Numéro des Secours en montagne – PGHM, numéros du PNRC – Parc Naturel Régional Corse, numéro des urgence en Europe, Pompiers en cas d’incendies, PC neige hors saison… bref, tous les numéros utiles 🙂

Bon weekend à tous, et bonne préparation de votre GR20 !

4 commentaires à propos de “Sybille de Nantes – Récit de son GR20 – Septembre 2017”

  1. Bonjour, je cherche à savoir comment rejoindre Conca de l’aéroport de figari
    Merci

    • Bonjour,

      Retrouvez toutes les infos sur les transports dans l’onglet « Informations Pratiques » 😉

      Bonne préparation du GR20 !

    • Bonjour,
      Pas d’inquietude Bus jusqu’a Porto vecchio puis minibus jusqu’à conca.

  2. Tous le même constat ! Un rêve qui devient réalité et une envie telle d’y revenir !
    Merci la CORSE d’enchanter mes nuits après plus de 9 mois…

A vous de laisser un commentaire !