Sarah Triquet – Le GR20 avec son père

Bonjour Sarah, peux-tu te présenter stp ?

Je m’appelle Sarah Triquet et j’ai 21 ans. Je viens de Belgique et j’étudie à Mons. Je suis actuellement en bachelier 3 au conservatoire royal de Mons en musique.

Une pratique du sport ?

Je cours environ 1 à 2 fois par semaine une dizaine de km. Je fais également beaucoup de VTT mais seulement pendant les vacances.

As-tu déjà une expérience de la randonnée ?

Oui, je suis déjà partie 4 fois en Suisse dans le Val d’Anniviers avec ma famille. Nous faisions des randonnées tous les jours accompagnés d’un guide et d’autres randonneurs.

On est déjà partis en « cabane », donc des randonnées de 2-3 jours. Nous avons également traversé le glacier de Moiry.

Nous sommes aussi partis en Autriche il y a 2 ans où nous faisions également des randonnées quotidiennement. En général, nous visons un sommet et nous partons toute la journée. On marche plus ou moins 8h à 9h par jour en comptant les pauses. Nous faisons généralement des dénivelés entre 800 et 1.300 mètres.

Peux-tu nous parler de votre séjour ? Comment êtes-vous venus en Corse ? Quid de la logistique, et quel tronçon du sentier avez-vous fait ?

Nous sommes partis de Belgique le 30 juin en voiture. Nous avons ensuite pris le bateau pour arriver à Ajaccio. Mon compagnon est Corse donc nous avons logé une nuit dans sa famille avant de se rendre à Calenzana le 2 juillet.

Nous avons commencé à marcher le 3 juillet au matin. Nous avons doublé 2 fois certaines étapes et nous sommes arrivés à Bavella le 13 au soir. Nous avons dormi une nuit là-bas et avons repris le bus vers Ajaccio le lendemain matin.

Dans quel contexte avez-vous décidé de faire le GR20 ?

Nous avons décidé de faire le GR20 en janvier (2016). C’est mon père qui l’avait proposé à notre famille. Seulement, ma maman ne s’en sentait pas capable et mes deux frères étaient partis. Nous nous sommes donc retrouver tous les deux.

Quel matériel avez-vous emporté ?

Nous avons décidé de ne pas trop dépenser, et donc de dormir au maximum sous tente. Nous avions donc une tente 2 personnes, nos sacs de couchage (c’est important qu’ils soient très chauds) et deux matelas auto-gonflants.

J’avais, en partant, un sac de 15 kg et mon papa un sac de 17 kg. Nous avions une poche à eau de 2 litres, 3 changes en tout, un KW et un gros pull, des bottines de marche et également des espadrilles pour les refuges.

Nous avions un réchaud, beaucoup de barres énergisantes, des biscuits et 7 repas lyophilisés.

Quelles sont tes impressions ?

Le plus dur pour moi a été de tenir moralement. Heureusement que mon papa était avec moi sinon je sais que je ne l’aurais pas terminé.

Nous avons commencé par le nord qui est assez difficile et surtout très technique ; je n’étais pas habituée à cela, ni au poids du sac. Mais au fur et à mesure, nous rencontrions de formidables personnes venant de tous les pays, et ça, c’était vraiment génial !

La vue est magnifique, surtout dans la partie nord. Nous avons eu énormément de chances car il y a eu de l’orage seulement pour notre dernier jour de marche.

Tes meilleures impressions, positives ?

Les multiples rencontres tout au long du parcours.

La force mentale et les moments partagés avec mon papa.

La nature et les vues magnifiques.

Négatives ?

Le manque d’équipements au refuge, les douches et surtout les toilettes devraient être rénovées car les aspects sanitaires sont vraiment vétustes.

Avez-vous un objet ou une astuce à partager qui pourrait être utile pour les randonneurs qui préparent leur GR20 ?

Des boules Quies (mon papa ronfle très fort quand il est fatigué 🙂 🙂 )

Un petit mot de ma maman et de mon compagnon pour me booster chaque fois que j’avais un coup de blues et mon MP3 pour avoir mes quelques musiques préférées de temps en temps.

Si c’était à refaire, que changerais-tu ?

Je prendrais un sac plus léger et je ferai la partie nord puis la partie Sud, en 2 parties donc.Moralement, ça aurait été plus facile.

Quels autres conseils pourrais-tu encore partager avec nos lecteurs ?

Ne pas avoir un sac trop lourd. Bien préparer son GR20 (niveau matériel) bien à l’avance.

Si vous ne vous sentez pas capable ou que vous pensez que c’est trop difficile, faites d’abord la partie sud car elle est plus abordable.

Le plus important reste d’avoir de bonnes chaussures de marches et 3 paires de chaussettes, car c’est très désagréable de mettre des chaussettes mouillées.

Envie de rajouter quelque chose ?

Au final, je n’ai pas eu tant de difficulté sur le plan physique. Après 3 jours de marche, le corps s’habitue et les courbatures disparaissent. Le plus dur est vraiment de tenir moralement !

Pour moi, c’est important de vivre cette aventure avec la bonne personne afin de s’assurer d’arriver jusqu’au bout. Surtout qu’une fois accomplie, c’est une expérience formidable et on est tellement fier de l’avoir réussie !

Merci beaucoup Sarah pour ton retour d’expérience ! 

A vous de laisser un commentaire !