Manon de Sète, étudiante à Montpellier – son GR20 en solo – juin

Bonjour Manon, peux-tu te présenter ?

Pour faire court, j’ai 24 ans et je rentre en deuxième année de thèse à la fac de Montpellier, mais je viens de Sète (c’est une ville superbe où il n’y a pas grand chose à grimper mais beaucoup à voir…) J’ai d’ailleurs rencontré un grand-père de famille qui m’a pris en stop à Conca jusqu’à Lecci, il avait des amis corses installés à Sète, ce qui a rendu la conversation d’autant plus originale !

Déjà expérimentée en randonnée ?

Je suis plutôt sportive (sport de combat, et l’entrainement cardio qui va avec) mais je n’étais absolument pas randonneuse ! Quelques sentiers ici et là, notamment St Victoire (seule marche que j’ai fait dans le but de m’entrainer pour le GR et « faire mes chaussures »). Sinon par chez moi il y a le Pic Saint Loup ou encore le lac du Salagou où l’on peut faire de jolies randos. Je me déplace beaucoup à pied et j’ai aussi fait quelques très belles excursions lors de mes voyages (Togo, Madagascar..) mais rien de comparable au GR20 en terme d’effort physique.

Passage en forêt
Passage en forêt

Quid de ton GR20 : quelle période, quel itinéraire ? En solo ?

J’ai pris l’avion le samedi 2 juin depuis Marseille jusqu’à Calvi, d’où j’ai débuté le GR le lendemain à 5h du matin (avec un peu de stop jusqu’à Calenzana). Je suis arrivée le jeudi 14 juin à 9h du matin à Conca.

Je suis partie seule sans tente, en réservant tous les refuges à l’avance pour être sûre d’avoir un couchage (mais j’ai finalement dormi sous tente 2 soirs comme j’avais de l’avance sur les réservations).

La marque rouge et blanche du GR
La marque rouge et blanche du GR

J’ai plus ou moins suivi le tracé officiel du GR en doublant 2 ou 3 étapes selon les guides. La météo qui était très orageuse a fait que je me suis peu arrêtée pour me baigner, faire une sieste ou prendre des photos. Je pensais que ce temps me casserait un peu le moral et finalement même si j’ai beaucoup rallé certains jours, je pense que cela a rajouté au challenge que représentait pour moi ce GR !

Quel était le contexte de vouloir faire le GR20 ?

J’ai songé la première fois à faire le GR20 une année avant mon départ environ. J’étais déjà venue en Corse et je m’étais dit que je reviendrai, mais je ne m’étais pas imaginé que ce serait pour randonner pendant 12 jours !

La Corse
La Corse

J’ai finalement acté la décision 7 mois à l’avance, ce qui est très rare, je suis plutôt d’un naturel désorganisé. Je voulais découvrir l’île plus en profondeur, couper un peu du quotidien et puis me dépasser aussi.

Cloud & Sky
Cloud & Sky

Quel équipement avais-tu emporté ?

Je suis partie avec un sac de 75L et beaucoup trop de rechange (ça je ne l’ai reconnu qu’après évidemment), par exemple 10 paires de chaussettes pour n’en utiliser au final que 5 paires, ce genre d’erreur. Mon sac pesait 13kg avec la poche d’eau de 1L, que je recommande largement pour la facilité que cela représente lors de la marche (surtout lorsqu’il pleut, ne pas s’arrêter et ouvrir le sac pour y récupérer la gourde).

Manon - dans les bois
Manon – dans les bois

Mes chaussures : des Asolo montantes, impeccables, pas une ampoule, en revanche lorsqu’on est en short et que la pluie battante s’infiltre le long des chevilles forcément le Gore-Tex s’avère moins utile…

Sinon, j’avais pris des barres de céréales, des fruits secs et des bananes séchées, et je me suis ravitaillée au fur et à mesure, en prenant quelques plats en refuge seulement (tout dépend du budget dont on dispose, j’ai préféré dépenser le mien dans la Pietra…)

Encore des névés à la mi-juin ?

Entre Manganu et Petra Piana, il y avait deux gros névés que je n’aurais pas été à l’aise de franchir sans mes bâtons.

Névés de juin
Névés de juin

Les gardiens de refuges recommandaient des crampons et piolets (je n’avais ni l’un ni l’autre), mais j’ai marché dans les traces d’un petit groupe bien équipé et je suis restée remarquablement concentrée !

Tes impressions positives :

L’impression générale que m’a procuré le GR, c’est le sentiment de liberté justement. Parce qu’en dépit des consignes (en fonction de la météo, du tracé et des gens), l’ayant fait seule, je pouvais aller à mon rythme sans tutelle ! Je n’aurai pas aimé le faire avec une guide par exemple ; mais mention spéciale toutefois à mes échanges avec l’accompagnateur Jérôme L qui est collaborateur chez SCARPI et qui a des connaissances riches sur la Corse, si vous voulez être encadré, il est génial.

Ton plus gros coup de cœur ?

LE PAYASAGE !!!! (Et quand même le challenge sportif, surtout au nord).

Amazing picture ! GR20
Amazing picture ! GR20

Ton étape et et ton refuge préféré ?

J’ai trouvé chaque étape singulière et exceptionnelle donc je ne pourrais pas donner de préférence, sauf peut être un coup de cœur pour le refuge de Ciottulu di i Mori.

GR20 en noir et blanc
GR20 en noir et blanc

Dans le sens nord sud beaucoup descendent jusqu’à l’Hôtel Castel di Vergio (apparemment grand confort) mais j’ai trouvé la vue du refuge imprenable et l’équipe de gardiennage particulièrement avenante donc j’ai préféré rester et passer l’après midi sur les hauteurs de Paglia Orba (Pietra et omelette au fromage oblige).

Coucher de soleil
Coucher de soleil

Un message de remerciement ?

Un merci sincère à tous ceux qui ont croisé mon chemin, ceux qui ont suivi le même chemin et encore plus à la sacrée équipe que j’ai retrouvée à Porto-Vecchio la veille de mon retour pour Marseille (navette Porto-Vecchio / Figari).

Après une belle journée de marche
Après une belle journée de marche

Un objet ou une astuce que tu pourrais partager ?

Même si les boules Quies n’ont pas toujours suffit, elles sont incontournables pour les nuits en refuge, tout comme les étirements post marche les premiers jours !

Sinon j’avais pris des sachets de congélation pour garder certaines choses (papiers, sous vêtements, cash) bien au sec et rangées quoiqu’il arrive, puisqu’il a toujours des imprévus même avec le sur-sac…

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

J’espère le refaire d’ici 2 ans, dans le même sens mais en août cette fois, et surement en tente pour changer. L’erreur que je ne referai pas, c’est charger mon sac de trop de vêtements, et… de bouquin. Je m’étais dit qu’une petite lecture au refuge serait la bienvenue, j’en ai pris 2 et évidemment j’en ai ouvert 0…

La vie paisible en refuge
La vie paisible en refuge

Envie de rajouter quelque chose ?

Le meilleur conseil à partager pour ceux qui n’ont pas déjà fait le GR20 ce serait : lancez-vous ! L’essentiel est de bien se préparer ; faire du sport régulièrement, se doter d’un bon équipement, surtout les chaussures. Le fait d’être seul(e) ou de ne pas être Kilian Jornet ne sera pas un problème. J’ai rencontré beaucoup de réticence de la part de mes proches sur le fait d’être une jeune femme, seule, mais cela ne concerne que vous et ce dont vous pensez être capable, parce qu’une fois sur les sentiers, finalement, c’est autant votre tête que vos jambes qui vous font avancer.

C’est tout à fait vrai Manon ! Et on lit d’ailleurs régulièrement des retours d’expérience de randonneurs l’ayant fait en solo : hommes et femmes !

Merci beaucoup en tout cas, et dans 2 ans, promets-nous de ne pas emporter 10 paires de chaussettes, ni même 5… 2 sont surement encore de trop 😉 En tout cas, on sera heureux de te relire pour une prochaine édition, à bientôt Manon !

A vous de laisser un commentaire !