Florent, 25 ans, professeur des écoles dans la région lyonnaise – Le GR20 entre amis

Bonjour Florent, peux-tu te présenter stp ?

Bonjour, j’ai 25 ans, je suis professeur des écoles dans la région lyonnaise et je pratique l’athlétisme, le trail et le triathlon. J’ai notamment participé en juin dernier, à l’Alpsman d’Annecy (triathlon extrême distance Ironman 3,8 km de natation, 183 km 4.300 mD+ de vélo et 42 km 1.300mD+ de course à pied), dont j’ai pris la 25e place en 14h20’.

Je suis passionné de nature et plus particulièrement de montagnes. J’aime également me fixer de nouveaux défis à relever. Les compétitions sportives auxquelles je prends part, me permettent de coupler ces deux éléments et de prendre un maximum de plaisir à travers ma pratique.

fralimonti-gr20-corse-florent
FRA LI MONTI – Corse

As-tu déjà une expérience de la randonnée ?

Je n’ai pas une grande expérience de la randonnée. Ayant passé beaucoup de temps dans les Alpes, plus précisément en Savoie, j’ai fait pas mal de course/rando, ou randonnées à la journée, sans autre chose qu’un camelback ou d’une ceinture porte gourde.

J’ai eu une première expérience de GR il y a deux ans maintenant, sur le GR54 (tour du massif des Ecrins – 176 km 12.800mD+). Je suis parti à l’aventure avec deux amis athlètes, qui avaient par le passé fait le GR20 (sens nord-sud) en 5 jours (avec sac à 13kg), le tout le plus light possible, avec seulement un duvet dans le sac, une tenue de change et de la nourriture pour trois jours. Le rythme était très élevé, nous avons fait la moitié du GR en un jour et demi (19h de marche le premier jour). Le physique était encore présent, cependant de fortes douleurs sous la voute plantaire, m’ont malheureusement contraintes de laisser mes deux collègues filer, pour finalement finir dans le train, en direction de Grenoble … Pas franchement le début d’une grande histoire d’amour !

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à proximité de Lyon ou dans d’autres régions ?

Je n’ai pas beaucoup de connaissances en ce qui concerne les randonnées, je dirais que le GR54 est tout de même joli (pour ce que j’en ai fait), sauf quelques passages sur route. Il est majoritairement composé de sentiers, n’est pas très technique, mais physiquement exigeant.

Ensuite le massif de la Vanoise en Savoie, est un lieu que j’ai connu lors de différents trails et que je trouve magnifique. J’envisage d’y faire la traversée de la Vanoise (GR5), ainsi que le tour des glaciers de la Vanoise (GR55/5).

Je connais également, quelques belles randonnées en Savoie, à faire sur une journée, aux environs du Cormet de Roselend, dans le massif du Beaufortain. Enfin j’ai également fait une rando à Chamonix et en tant que traileur, ayant pour point d’orgue dans le futur l’UTMB, je ne peux que conseiller ce massif, qui est tout autant mythique que somptueux.

Quid de ton GR20 : Quelle période, solo ou en groupe, quel itinéraire … ?

J’ai fait le GR20 à la mi-juillet 2017, accompagné de deux amis, dans le sens nord->sud. Nous avons commencé le Vendredi 14 juillet à 12h30 au départ de Calenzana et nous avons terminé le Vendredi 21 juillet à 16h30 à Conca (petit détour par l’ascension du Cinto lors du 3e jour). Nous l’avons donc fait en 7 jours de marche, mais étant bloqués toute une après-midi au refuge de Carrozzu, à cause d’orages, nous avons mis officiellement 8 jours. Nous avions des sacs de 18/19kg lors de la première étape en comptabilisant eau et nourriture (une belle bêtise d’ailleurs) et nous avons fini le GR avec des sacs d’environ 14kg.

Sentier de randonnée - GR20
Sentier de randonnée – GR20

Quelle était la démarche de vouloir faire le GR20 ? Une préparation spécifique ?

Le GR20 est une rando que je veux faire depuis pas mal d’années, aussi bien pour le défi, que pour les magnifiques paysages, que possède la Corse. Pour diverses raisons, je n’ai jamais réussi à le caser sur un été. Un ami allant très régulièrement passer ses vacances en Corse et n’ayant jamais fait le GR, était également très motivé pour le faire, c’était donc l’occasion idéale ! Puis une troisième personne s’est greffée au dernier moment, plus on est de fous plus on rit ! En ce qui concerne l’organisation et l’achat des billets d’avions, ceux-ci se sont faits seulement quelques semaines avant, car un de mes équipiers souffrait d’une lésion cartilagineuse du genou depuis un an et demi, et n’a pu confirmer sa participation qu’au dernier moment.

En termes de préparation physique, m’étant préparé pendant 6 mois, à raison de 15 à 20h d’entraînement/semaine (natation/vélo/course à pied) pour un Ironman, se déroulant un mois avant le GR, je n’avais pas de préparation spécifique pour la randonnée. Pour les chaussures, j’ai utilisé mes chaussures de trail que j’ai utilisé tout l’hiver, ainsi que le printemps, aussi bien en entraînement qu’en course. Mes pieds étaient donc plutôt bien habitués. Enfin je ne me suis pas entraîné à porter le sac avant le GR, chose qui a été difficile lors des premières étapes, notamment avec le poids important.

Justement, quel type de matériel avais-tu emporté ?

J’avais avec moi un sac Decathlon Forclaz 40L, deux poches à eau réunissant 2,5L, deux tenues de marche pour la journée (maillot, short, boxer, chaussettes), une veste coupe-vent, une veste de pluie, une veste softshell, casquette et lunettes de soleil. Pour le soir, j’avais un maillot manches longues, un pantalon de survêtement, une paire de chaussettes longues et des tongues.

On a mutualisé au maximum le matériel, nous avions une popotte pour trois, pas de réchaud ni de gaz, deux tentes pour trois et un sac de couchage chacun.

Pour ce qui est de la nourriture, nous avions des portions de 200g d’un mélange muesli/fruits secs/flocons d’avoine pour le petit déjeuner, des boîtes de sardine/maquereau, ainsi que du saucisson, du fromage et du pain pour le midi. En ce qui concerne les repas du soir, nous avions des céréales Tipiak, ainsi que de la soupe en sachet. Nous avions également thé/café et chocolat, puis nous avons complété au fur à mesure, en achetant dans les refuges. Pour la journée nous mangions des barres énergétiques (Powerbar), ainsi que des barres protéinées.

Avec le recul, le matériel « habits » était bien optimisé et suffisant, cependant nous nous sommes beaucoup trop encombrés avec la nourriture. Si c’était à refaire, nous aurions juste pris une réserve pour deux jours, pour ensuite acheter directement la nourriture dans les refuges. Ce n’est pas forcément la solution la plus économique, mais nous aurions pu avoir 4kg de moins dans les sacs.

Tes impressions : positives ?

Le respect de la nature de la part des autres randonneurs (aucun déchet sur le parcours), balisage parfait sauf peut-être lors d’une partie en forêt, sur l’étape entre le refuge de Ciottulu et celui de Manganu, l’ambiance générale entre les randonneurs, l’accueil de la très grande majorité des gardiens de refuge, les paysages somptueux et variés, météo parfaite sauf pour l’après-midi orageuse qui nous a empêchée de faire une étape, le système de navette à disposition à Conca permettant de rejoindre Porto-Vecchio.

sommet alcudina corse
Sommet Alcudina – Corse

Des impressions … négatives ?

La dangerosité de certains passages du GR qui ne possèdent pas plus d’équipement particulier que ça, les descentes interminables et extrêmement cassantes pour les genoux.

Ton plus gros coup de cœur sur le GR20 ?

La vue sur Calvi et le cap Corse lors des premières étapes depuis les sommets, coup de cœur n°1 à égalité (je n’ai pas pu les départager !) avec le lever de soleil somptueux au refuge de Prati (palme du meilleur refuge) !

Monte Cintu - GR20
Monte Cintu – GR20

Un coup de gueule ?

Le seul coup de gueule concerne avec l’accueil reçu par les gardiens, au refuge d’Asinau, qui contraste réellement avec la bonne humeur, la gentillesse et les bons conseils de tous les autres gardiens rencontrés. Vraiment dommage … Messieurs, Dames, si ça vous embête de recevoir et de vous occuper de randonneurs, faîte autre chose !

Tes étapes et refuges préférés ?

J’ai déjà un peu répondu à certains éléments précédemment,

Jour 1 : Calenzana -> Ortu di U Piobbu (1 étape)
Jour 2 : Ortu di U Piobbu -> Carrozzu (1 étape)
Jour 3 : Carroozzu -> Tighjettu (2 étapes)
Jour 4 : Tighjettu -> Manganu (2 étapes)
Jour 5 : Manganu -> Vizzavona (3 étapes)
Jour 6 : Vizzavona -> Prati (2 étapes)
Jour 7 : Prati -> Asinau (3 étapes)
Jour 8 : Asinau -> Conca (2 étapes)

Pour ce qui est des refuges : Ortu, gardiens très sympathiques, refuge agréable et très joli coucher de soleil. Carrozzu, idem. Tighjettu, emplacements de tentes éloignés du refuge, mais le gardien est également très sympathique, bavard et vaut le détour (mention spéciale à l’arrosage de gnole par vaporisateur !!!). Manganu, gardiens très sympathiques, refuge agréable. Vizzavona, pas le plus beau refuge mais tout y est et la pizzéria fait du bien au moral ! Gardien très sympa. Prati, mon numéro 1, les gens sont très sympathiques, il y a tout sur place, le refuge est nickel, le bivouac à la fois grand et proche du refuge et la vue est somptueuse (plus beau lever de soleil du séjour). Asinau, nous étions plusieurs groupes à nous faire la remarque, gardiens peu accueillants, emplacements de bivouac peu appréciables, approvisionnement mal conservé (tablette de chocolat achetée ayant fondue, bières chaudes …). Je ne peux pas finir sans parler des gardiens des refuges d’Usciolu (le plus riche approvisionnement du GR) et d’I Paliri, avec lesquels on a pu discuter de manière forte agréable, mais également bénéficier de leurs conseils, en ce qui concerne le parcours.

Quid du refuge d’Asinau : sous la tente, comment ça s’organise ? Les travaux avancent-ils… ?

Asinau fut le refuge de la dernière nuitée du séjour. Sous la grande tente blanche, on retrouve des bancs et des tables, qui permettent certainement d’y prendre son repas. De mémoire, il y a d’ailleurs deux plaques de cuisson reliées au gaz, permettant de faire sa cuisine. Plusieurs tables accompagnées de bancs permettant de se poser. Il y a bel et bien un gardien, qui y est présent me semble-t-il avec sa famille, s’occupant de la gestion du refuge. L’accueil y est un peu particulière, lors de notre arrivée, je suis allé régler l’emplacement de tente sur le bivouac, on m’a très sèchement fait comprendre que ce n’était pas le moment (bon d’accord ils étaient à table, mais tout de même !) … Je n’ai pas vu spécialement de travaux en cours sur ce site.

As-tu eu une astuce qui fut pratique durant ton séjour et que tu pourrais partager ?

En ce qui concerne la petite fierté personnelle de ce séjour ; lavant mon linge de marche tous les jours ; c’est d’avoir emporté des épingles à nourrice, afin de pouvoir faire sécher le linge propre sur le sac à dos durant la journée de marche.

Ensuite j’ai pas mal souffert des pieds lors des longues étapes (la plus longue que l’on a faite était de 15h), je conseillerais donc de ne pas hésiter à retirer ses chaussures et ses chaussettes dès que possible (lors des pauses, repas …) et éventuellement de se masser les pieds avec une petite balle, mais ça marche très bien avec les mains également.

Quels autres conseils pourrais-tu partager pour ceux qui préparent le GR20 ?

En ce qui concerne les refuges si l’on n’est pas pressé par le temps, c’est sympa d’arriver tôt, afin de bénéficier des meilleurs emplacements. Cela est compliqué lorsque l’on veut faire de grosses journées de marche et nous a valu à deux reprises de dormir en pente …

Pour les personnes voulant faire le GR en autonomie, je leur conseillerais de vraiment se limiter à 14-15 kg maximum au niveau du sac, car ça a été une vraie erreur de notre part. D’accord ça va coûter un peu d’argent de consommer en refuge, mais il faut bien récompenser la gentillesse de ces gens et participer au bon fonctionnement des refuges qui sont vitaux pour les randonneurs.

Petit conseils aux téméraires (dont je faisais partie), ne voulant pas s’encombrer avec de l’eau. J’ai finalement opté pour la sagesse, en emportant une poche de 1L et une autre de 1,5L. Je suis finalement bien content de ce choix, car sur certaines portions, les sources d’eau se font rares (il y a toujours la possibilité des pastilles purificatrices), et certaines grosses chaleurs peuvent amener à consommer énormément d’eau.

selfie gr20 florent amis
Selfie GR20 – Florent et ses amis

Pour les personnes assujetties aux ampoules, ne pas oublier les compeed et le strap, qui peuvent éviter de passer des journées de galère à marcher sur des oeufs.

Pour finir je conseillerais de ne pas hésiter à prendre une petite pinte de Pietra le soir, c’est frais, convivial, bon pour le moral et rend le sommeil plus facile !

Si tu envisageais de refaire le GR20 plus tard, changerais-tu quelque chose ?

Après avoir vu plusieurs personnes faisant le GR en ultra light et en ayant pu courir sur quelques portions plates de l’avant dernière étape, je me disais que je le referais bien, dans le sens nord-sud, en mode trail juste avec un camelback. Je n’ai pas pour prétention, de m’approcher du monstrueux record de François D’Haene de 31h, mais je voudrais vraiment voir le différentiel de temps, que l’on pourrait obtenir, par rapport au sac de 18 kg.

Envie de rajouter quelque chose ?

François D’Haene a vraiment fait quelque chose d’invraisemblable ! Plus sérieusement, je recommande réellement cette aventure, qui reste cependant très technique. Pour mon cas ça a été un réel moment de partage entre amis, bien loin des contraintes de la vie, dans un cadre idyllique. Sportifs avertis ou marcheurs réguliers, il y en a pour tous les goûts !

Merci beaucoup Florent pour ton retour d’expérience ! Et au plaisir de lire ton prochain retour d’expérience pour une version trail du GR20 ! 😉

A vous de laisser un commentaire !