Estelle Giacometti – Team Uniti Island – Grande passionnée de montagne & de sport

Bonjour Estelle ! Peux-tu te présenter stp ?

Bonjour tout le monde ! Je m’appelle Estelle Giacometti, j’ai 23 ans, je pratique le trail, la course à pied, le vélo de route et la natation.

Je fais partie de la Team Uniti Island depuis un an, c’est la marque de vêtements de trail insulaire corse, créée par Ange Rovinalti.

Je suis une grande passionnée de montagne et de sport. Je prépare mon futur diplôme pour devenir MNS (maître-nageur sauveteur) où je fais ma rentrée au CREPS d’Ajaccio en septembre prochain.

Quels sports pratiques-tu ?

Je pratique des sports différents qui sont les sports du triathlon (natation, vélo, course à pied) afin d’avoir une meilleure préparation pour les saisons de Trail, d’être polyvalente mais aussi d’éviter les blessures des entraînements répétitifs et intensifs de la course à pied, donc on varie !

Mes fréquences d’entraînements vont dépendre des périodes et des objectifs, là en cette période de janvier (2017), c’est généralement la reprise pour tous des entraînements spécifiques. Je peux aller de 9 à 15h d’entraînements par semaine.

As-tu déjà une expérience de la randonnée ?

La montagne fait partie d’une de mes grandes passions. La nature, la liberté, les grands espaces, je me plais à découvrir chaque coin de mon île en son cœur.

J’ai fait l’ascension de plusieurs sommets aussi bien en Corse du Sud qu’en Haute Corse, comme la Paglia Orba, le Monte Cardo, le Monte d’Oru, le Monte Padre, la Punta d’Ell Oriente tant enneigé l’hiver ou brut l’été !

Je suis également partie à l’aventure sur notre célèbre GR20 ; je l’ai fait de plusieurs manières, en sac à dos lourd en mode randonnée et en autonomie sur 5 jours (toute la partie du GR Sud) ou en sac à dos « léger » en 2 jours (la partie GR Nord de Calenzana à Vergio)

Peux-tu nous parler de tes GR20 ?

J’ai été sur les sentiers du GR20 pour la première fois à mes 21 ans en binôme avec mon père, grand aimant de la montagne également. Nous avions décidé de partir une semaine, faire tout le GR Sud (c’était fin du mois de mai 2015) en partant de Conca jusqu’à Vizzavona, en total autonomie, avec des sacs à dos de 16 kg pour moi et 20 kg pour lui. Les sacs étaient très lourds ! Mais c’était ma première expérience sur le GR20 et c’était quelque chose d’incroyable. La douleur est là, du poids des sacs, mais la beauté de ces lieux enlève toute souffrance et nous donne encore plus envie de repartir fouler les sentiers de ce GR. Et c’est ce qu’il s’est passé !

L’année qui a suivie, je suis repartie sur le GR mais du côté Nord cette fois-ci, avec deux amis, en changeant la pratique du GR avec des sacs à dos de 8 kg chacun car on avait comme objectif de faire tout le GR Nord en 3 jours en partant de Calenzana. Nous avons triplé les étapes, c’était intense, 7 à 8h de marche par jour avec un bon rythme et l’enchaînement des dénivelés. Nous nous sommes arrêtés à Vergio le deuxième jour pour cause de mauvais temps. Mais ce n’est que partie remise !

Quel était le contexte de vouloir faire le GR20 ? Qu’as-tu préparé pour effectuer ton GR20 ?

Mon envie de vouloir faire le GR20 est simple : Nous avons la chance et le privilège de vivre sur une île magnifique, offrant le GR le plus dur d’Europe, avec des paysages à couper le souffle, offrant une diversité et une variété de végétations, de roches volcaniques à granitiques passant par des forêts à des chemins arides et désertiques. Qui n’aurait pas envie de s’y aventurer quand on aime la montagne ? Pour ce qui est de ma préparation, je n’ai rien rajouté de spécifique car je suis en préparation physique et alimentaire tout au long de l’année pour la pratique du Trail.

Quel type de matériel emportes-tu ?

Pour mon GR sur une semaine, j’étais partie avec un sac à dos Quechua de 70L, avec un poids de 16 kg pour un gabarit de 1,54m et de 47 kg (petite mais costaud 🙂 ) avec une poche à eau de 2L avec en plus une gourde de secours.

En change, j’avais un pantalon de montagne, 2 shorts, 5 paires de chaussettes, 2 brassières et 3 débardeurs, une veste polaire, un poncho, un k-way, et une doudoune fine.

En chaussures, j’étais partie avec une paire de Salomon mi-montante spéciale randonnée sur sentiers accidentés et j’avais pris une paire supplémentaire plus souple (chaussures de Trail à crampons en gore tex sans tige) au cas où.

Nous étions parties avec la tante, réchaud et nourriture pour la semaine (pâtes lyophilisées, soupes, biscuits, gels, barres, fruits).

Quelles sont tes impressions ?

Impressions Positives :

Le GR20 m’a apporté et fait connaître beaucoup de sensations nouvelles ! Il m’a montré que la condition physique était très importante pour nous permettre de le savourer et non de le subir !

Cela m’a procuré également beaucoup d’ondes positives et un bien être sur le fait de se retrouver seule face à la nature et de revenir aux choses simples de la vie sans accessoires ni gadgets que la société de consommation nous pousse à nous paraître être indispensable pour notre quotidien, le GR20 nous démontre le contraire 🙂

Les randonnées sur le GR20 m’ont aussi appris de toujours rester vigilant en montagne, peu importe l’altitude ou l’endroit car les conditions météorologiques sont changeantes en très peu de temps et peuvent tourner d’un grand soleil à une pluie de grêle en un rien de temps. C’est ce qu’il s’est passé lors de notre départ du refuge d’Asinao, lors de la montée du « mur » de l’Alcudina. Le temps a radicalement changé en l’espace de quelques minutes, la chute de température a été impressionnante, on se serait cru rentrer dans un congélateur et la grêle est tombée très forte d’un coup ne nous laissant pas le temps d’enfiler nos gants, k-way, poncho, et étant exposés sur ce mur lisse sans abri de l’Alcudina obligeant à continuer notre ascension tout en attendant que cette pluie de grêle (qui aura durée seulement quelques minutes mais d’une manière très intense) s’arrête.

Impressions Négatives :

L’une des seules impressions négatives que je pourrais donner sur le GR20 va être quelques refuges (pas tous heureusement) un peu je trouve, à mon goût, délaissés, pas très entretenus. Le GR20 et les refuges de Corse sont tellement beaux, ce serait dommage de ne pas entretenir ces abris qu’on aime tant trouver après une journée en montagne.

Quel a été ton coup de cœur n° 1 ?

Mon coup de cœur premier a été de partir faire cette belle aventure avec mon père et de pouvoir partager toutes ces émotions, ces paysages, ces difficultés et ces rires avec lui. Etre amoureux de la montagne c’est être amoureux du partage et partager ses passions, c’est le plus important.

Quel a été l’aspect le plus importante pour toi ?

Je me suis surpassée à voir que j’étais capable de tenir 5 jours entiers et d’affilés avec un sac lourd qui était d’autant plus ma toute première « sortie avec nuitées en montagne » sur ce GR20 qui était loin d’être une « balade » facile ! Mais je me suis surprise aussi lors de mon GR Nord, à tenir un rythme cadencé en triplant les étapes.

Si c’était à refaire, que changerais-tu ?

Je ne changerais rien 🙂 ; les petits défauts et les petites erreurs nous aident justement et nous apprennent à ne plus les faire pour la prochaine sortie en montagne.

Un message à passer ?

Je souhaite à tout le monde d’avoir la chance de pouvoir vivre, au moins une fois, cette expérience du GR20.

Il est et restera différent je pense de tous les autres GR par sa variété de paysages, escarpé, retiré, sauvage, il reste encore aujourd’hui brut et il faut le laisser comme tel. Respecter l’environnement qui nous entoure en évitant les déchets, en ne défigurant pas ces paysages construits seuls par la force du temps qui étaient là avant nous et qui doivent l’être encore longtemps après nous…

Quels conseils tu pourrais partager avec nos lecteurs qui préparent leur GR20 ?

– Partir avec un minimum de condition physique.

– Un sac à dos bien pensé avec tout l’équipement nécessaire pour le froid ou les intempéries (car même en été, la montagne nous réserve des surprises, il ne faut jamais oublier que les températures en altitude ne sont pas les mêmes que sur le littoral ; même en plein mois d’août, les orages arrivent vite justement !)

– Une bonne hydratation.

– Se nourrir suffisamment ; ne pas avoir peur de manger une barre régulièrement (toutes les heures ou toutes les deux heures) car on en demande beaucoup à notre corps.

– Partir avec une bonne paire de chaussures que l’on connait par avance (ne pas partir avec des chaussures neuves).

Envie de rajouter quelque chose ?

Merci beaucoup pour votre interview, en espérant avoir convaincu et donner surtout l’envie à des amoureux de la montagne de se tenter au célèbre GR20 si cela n’est pas encore fait !

Merci à toi Estelle !

Une réponse à “Estelle Giacometti – Team Uniti Island – Grande passionnée de montagne & de sport”

  1. Rétroliens : Résultats du Challenge Photos : Les gagnants sont ...

A vous de laisser un commentaire !