Antoine – Le GR20 pour promouvoir l’association T.E.A.M

Bonjour Antoine, peux-tu te présenter stp ?

Hey, moi c’est Antoine, j’ai 25 ans, amoureux des grands espaces, de la nature, et surtout de la montagne. Je m’entraîne à l’escalade en salle bloc/voie dans l’objectif de grimper un jour sur de beaux spots en France ou à l’étranger. J’aime aussi la randonnée et c’est avec plaisir que je vous fais un retour sur ces 180km que compte le GR20, qui ont été pour moi un pur bonheur.

Quelle expérience de la randonnée as-tu ?

Pour être honnête, hum… cela reste anecdotique. J’ai pratiqué la randonnée surtout en famille, c’est venu de mes parents, même avec la grand-mère je marchais dès tout petit. L’été en vacances il y avait une marche quotidienne, dans la campagne, au bord de mer, ou à la montagne, rien de difficile, mais ça laisse une trace indélébile. Peu à peu on y prend goût! Se retrouver au grand air, dans la nature loin du bruit de la ville, “Respirez mes enfants” disait mamie. Une phrase que j’aime me rappeler quand je suis en pleine nature.

Des sorties à la journée, le pique nique dans le sac à dos, en somme jusqu’à mes sorties d’entraînement à Fontainebleau avant de partir sur ce long chemin corsé, je n’avais pas d’expérience sérieuse de grande marche.

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à faire dans ta région ?

Je suis né à Rouen, habitant à la campagne, et à seulement 1h de la Manche, j’ai découvert la région au fur et à mesure que j’ai grandi.

En Normandie, dans le Pays de Caux, il y a de très beaux chemins, le long de la côte d’Albâtre, de Dieppe à Etretat, une randonnée à la journée ou en étape de ville en ville, ces magnifiques falaises sauront vous charmer.

Dans les terres et plus récemment, je suis allé avec mon padré, en bord de Seine. La vallée vous surprendra par son relief, très agréables balades à la journée, des Châteaux peuvent être visités sur le chemin, comme le château Gaillard du côté des Andelys, ou celui de la Roche Guyon dans le Vexin (95).

Quid de ton GR20 ? Quel itinéraire ? En groupe ou en solo ?

Mon GR, je voulais le partager avec des amis, malheureusement les vacances ne se sont pas calées et j’ai décidé de partir seul à l’aventure.

Sens: du Nord au Sud, Départ de Calenzana pour finir à Conca. En respectant les 16 étapes que comptait le topoguide.

Mais le destin m’a fait rencontrer pas mal de monde, et j’ai formé un duo à la fin de la première étape, le premier jour de marche ! Cela a été pour moi une riche expérience. On ne voyage jamais vraiment seul… le partage c’est le mot que je retiendrai de ce parcours atypique.

Entraide sur le GR20
Entraide et partage sur le GR20

Quel était le contexte de vouloir faire le GR20 ? Une préparation spécifique ?

En partant seul, à la mi-juin, j’ai décidé de dédier ma marche à l’association que je soutiens depuis un an maintenant. Elle s’appelle “Touche d’Espoir pour un Avenir Meilleur” qui donne T.E.A.M. On s’occupe de soutenir l’éducation d’enfants défavorisés en Afrique de l’ouest par des actions concrètes allant de la distribution de fournitures scolaires, jusqu’à la rénovation d’écoles ou construction de salles de classe.

gr20-solid-team
T.E.A.M = Touche d’Espoir pour un Avenir Meilleur

Le but de cette marche, faire connaître l’association à mes proches afin qu’il la soutienne à travers mon défi. L’objectif que je m’étais fixé, était de parcourir le GR20 en 10 jours. Je ne savais pas encore, dans quoi je m’embarquais. Alors je me suis un peu entraîné en allant dans un lieu mythique non loin de Paris. J’ai nommé la Forêt de Fontainebleau. Pour ceux qui ne connaissent pas, cela m’a valu quelques petites vannes! S’entraîner en forêt, oui, mais pour un GR en montagne, c’est un peu risqué.

Et bien dans cette forêt, dans le secteur du Massif des Trois Pignons, on trouve curieusement des bosses. Amateur de grimpe je la connaissais pour ses blocs de grès formés par le sable, il y a des millions d’années. C’est en me lançant ce challenge du GR20 qu’il m’a fallu trouver des randonnées pour éprouver physiquement le sac à dos chargé, et faire mes chaussures.

Randonnée à Fontainebleau
Randonnée à Fontainebleau

Quel terrain de jeu, sa petite boucle de 16 km avec 830m de D+ et sa grande boucle de 25 km et 1.100m de D+ j’ai pu expérimenter mon équipement à la journée. Deux parcours qui vous font surplomber la forêt de part ses bosses, 25 pour la première boucle, et 35 pour la seconde.

Fontainebleau - Massif des Trois Pignons
Fontainebleau – Massif des Trois Pignons

Quel matériel avais-tu emporté pour le GR20 ?

Je pense que niveau préparation j’ai été plutôt bon. Je n’ai pas de grosses cuisses entraînées, alors j’ai choisi de voyager léger. Mon sac de 12 kg avec l’eau (70L Décathlon), était constitué de 4 jours de nourriture lyophilisée, 3 repas sur 4 jours – pour éviter de trop dépenser en refuge. Je recommande d’ailleurs leur utilisation (Trek’n Eat, MX3 aventure) car je n’ai à aucun moment eu faim après un repas. En complément et sur le trajet je mangeais des barres céréales miel et raisin, fait maison! Et aussi les délicieuses Cliff Bars très riches! Ca donne un sérieux coup de pouce lorsqu’arrive 10h après les 4 premières heures de marche.

Ensuite, j’avais comme vêtements un pantalon de randonnée pour le matin, un short, un tee-shirt en coton et un en nylon. J’ai utilisé au bout de 4 jours celui en coton, car l’autre, ma peau à mal réagi au frottement avec ce tissu qui n’absorbe pas la transpiration. J’avais pris une trousse avec le nécessaire en crème anti-frottement, et vaseline, mais rien ni fait. Le coton lui, il absorbe, donc après une demie journée, lors de la pause déjeuner, on le laisse sécher et c’est reparti. J’ai utilisé 4 paires de chaussettes, dont deux en laine de mérinos, et deux autres doublées pour éviter le frottement, décidément, dans la chaussure qui restait encore à faire… et oui, un apprentissage, il faut que ça fasse mal pour comprendre que ce n’était pas au bout de 3 ou 4 randonnées de 10 – 15 km que la chaussure allait se faire au pied.

Des chaussures montantes Scarpa que j’ai bien appréciées lors des descentes sur des éboulis. Une semelle Vibram, une pointe de chaussure fine, pour escalader les roches c’est pratique !

Le soir, mon partner et moi avions décidé de bivouaquer sur les zones réservées aux tentes, à la belle étoile. J’avais une tenue thermique, un haut millet, et un pantalon collant de seconde couche, un bonnet, un passe montagne, et le duvet jusqu’à +5C°. Sans oublier le cache œil !

Emmitouflé de la tête au pied, un mois de juin clément en température. Pas besoin de tente qui nous aurait gâché la vue sur la voie lactée et ses étoiles filantes, la nuit par un temps clair du début à la fin de la randonnée !

L’eau, je suis parti avec en tête d’avoir, au possible, 4 litres d’eau. Mais avec la quantité de source potable que l’on trouve sur les chemins du GR, je n’avais sur moi au final, que 2 litres d’eau (gourdes). Quel bonheur de boire à la source, elle est toujours fraîche en plus !

Encore quelques névés à cette période de juin ?

J’ai rencontré des névés rien de méchant, ils n’allaient pas tarder à fondre sans doute. Sur une partie très courte, vers l’étape 7 après le refuge de Manganu.

Tes impressions … positives :

L’impression sur le chemin, qui ne ressemble pas à un chemin, d’être Into The Wild.

J’ai croisé beaucoup de randonneurs qui comme moi, n’arrivaient pas à mettre un mot pour qualifier ce paysage qui nous entourait. Surpris devant tant de beauté naturelle.

Pozzines - Lac de Nino
Pozzines – Lac de Nino

En communion avec la nature ou presque. Car il faut bien aller de refuge en refuge. Points stratégiques, j’ai été tout aussi dépaysé par cette découverte de bivouac à la belle étoile, ce confort réduit en mode roots, à dormir sur un tapis de sol de 4mm. Les baignades du soir dans l’eau de source. Et le sentiment d’être enfin arrivé après une longue journée de marche (2 étapes par jour).

Vasques et ruisseaux - GR20 - Juin
Vasques et ruisseaux – GR20 – Juin

Cela forme un tout, qui reste inoubliable, et dont j’ai hâte de revivre.

Sans oublier les rencontres que j’ai fait. Une Team est née ! Nous, Dimitri et moi avons fédéré plusieurs jeunes aventuriers croisés sur la randonnée avec qui nous avons cheminées durant 8 jours, dont le duo Gabriel et Marion ! Mais encore les flèches Marie-Laure, Quentin, Jean-Bernard, et Thibaut qui eux nous ont dépassé et ont terminés en 6 jours leur GR.

Depuis Paris, nous organisons notre prochain défi, la traversée de l’île de la Réunion, la fameuse diagonale de 160km. On hâte de repartir, mais cette fois tous ensemble !

Des impressions négatives ?

En vrai, j’ai cherché pendant quelques heures… mais je ne vois pas ! Même le départ à Calenzana où j’ai dormi dans la cuisine du refuge de la ville, car full, n’a pas été un négatif.

Le site du PNRC (Parc Naturel Régional Corse) en vrac n’a pour autant pas déstabilisé l’organisation sur place. Tout le monde a réussi à trouver un toit, une tente, un matelas pour dormir.

Ton plus gros coup de coeur ?

Le coup de coeur, le Monte Cinto bien sûr ! Le point le plus haut et sa vue à 360° qui nous fait apprécier la beauté de la montagne Corse.

Une remarque à suggérer ?

Nope ! Enfin si, la fermeture du passage du Cirque de la Solitude qui nous laisse un petit goût d’inachevé ! J’espère qu’il sera à nouveau ouvert un jour !

Ton étape et refuge préférés ?

Je crois bien que l’étape du Monte Cinto au refuge de Tighjettu est ma préférée ! Le long de la Crucetta, j’ai passé la meilleure nuit sous les étoiles de ce GR. Après ces efforts pour atteindre la Pointe des éboulis, le Monte Cinto, puis un passage escarpé le long d’une crête et la traverser pour entamer la descente dans de pierriers à nouveau, nous fait savourer l’arrivée au refuge.

antoine-sur-le-gr20
Antoine

As-tu eu une astuce à partager ?

Oui, une gourde filtrante ! Le truc qui te permet de boire de l’eau stagnante ou de ruisseau dont le débit est très faible en cas de sécheresse.

Petite anecdote : nous étions sur la dernière étape dans le sud, quand la chaleur nous est tombée dessus, les ruisseaux se faisant rares dans cette partie du GR, il est conseillé pour ceux qui débutent mais surtout pour ceux qui comme moi finissais le GR éprouvé, de prendre une réserve d’eau, 2,5L à 3L je conseille ! Car le soleil quand il est là, il tape pour de vrai ! Donc nous étions tous deux, Dimitri et moi, à cours d’eau (2L chacun je précise). Quand nous étions entre le refuge d’I Paliri (où l’eau commençait déjà à manquer) et Conca l’arrivée. Nous avons traversée à nouveau le ruisseau de Punta Pinzuta qui coulait très lentement (stagnant par endroit), j’ai sorti alors ma gourde filtrante qui nous a permis d’être serein et continuer sans être assoiffé !

D’autres conseils pour nos lecteurs qui préparent le GR20 ?

De faire leur chaussures avant ! Mais attention, la semelle (gomme caoutchouc Vibram de préférence) doit être presque neuve ! Car sur le GR tu en auras besoin, il y a des portions de roches très abrasives. Mais le poids du sac joue aussi sur l’usure de la chaussure. Dimitri avait des chaussures de trail basses Salomon, avec le même poids que moi sur le dos. Il a fini avec des semelles lisses de chez lisses ! Moi je peux encore marcher avec mes montantes qui ont supporté le poids et la roche.

Les bâtons ! Mes amis qui ont été pour moi un support clef durant cette traversée ! Autant en descentes que pour les montées ! Essayez, je vous assure, c’est une meilleure répartition de la charge sur votre corps, ça fait les bras, et vos genoux vous diront merci ! Ils m’ont évité aussi quelques chutes !

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

De partir encore plus léger pour être plus frais sur la fin du GR. Les dernières étapes sont les plus dures, (dans un sens ou dans l’autre) même avec un sac qui se désemplit, la fatigue s’accumule et donc le gain de poids après avoir vidé les provisions n’est pas notable. Il faut emporté le juste besoin, mais je me rends compte que je n’avais pas de superflu. Il est donc préférable de miser sur du matériel léger et de qualité je pense.

Envie de rajouter quelque chose ?

Oui : merci pour votre interview qui m’a fait vivre à nouveau, au travers de ces questions les souvenirs magiques de cette rando ! Quand je repense aux deux athlètes François Dahène et Killian Jornet, qui l’ont tous deux parcouru ce GR20 en moins de 40H, j’en avais mal pour eux et en même temps, j’ai pu mesurer leur immense compétence, car j’ai marché sur leurs traces.

Antoine - Association TEAM
Antoine – Association TEAM

Un grand merci Antoine pour ce retour d’expérience très détaillé ! On y découvre aussi de bonnes suggestions de randonnées à faire du côté de Fontainebleau et sur le littoral Normand !

Et maintenant, allons tous faire un tour sur le site de l’association T.E.A.M. pour laquelle tu as souhaitée marcher.

Personnellement, je pense que leur slogan est le plus vrai : « L’éducation est l’arme la plus puissante qui changera l’Afrique ». Plus d’info sur leur site : touchedespoir.org (T.EA.M)

Bon weekend à tous !

Le mois de mai s’annonce propice à la randonnée 😉

Une réponse à “Antoine – Le GR20 pour promouvoir l’association T.E.A.M”

A vous de laisser un commentaire !