Anaïs d’Alsace – le GR20 entre collègues d’entreprise

Bonjour Anaïs, peux-tu te présenter ?

Bonjour GR20 Blog, je m’appelle Anaïs Pabst, j’ai 31 ans et je viens de la jolie région d’Alsace. Je suis responsable du service recrutement chez Unaferm. Si j’étais sportive avant de réaliser le GR20 ? Vraiment à petite dose. J’ai commencé à faire des randos, de la course à pied et du VTT l’année dernière, quand on m’a proposé de faire l’ascension du Mont Blanc. J’avais 3 mois pour me préparer, j’ai donc repris le sport pour avoir le niveau minimum. Avant je détestais courir, maintenant j’aime beaucoup ça !

Anaïs Pabst - GR20
Anaïs Pabst – GR20

Déjà expérimentée en randonnée ?

Pour nous entraîner au GR20, nous avons fait pas mal de randonnées dans les Vosges, cela nous permettait d’avoir du dénivelé. Nous réalisions des sorties de 7 à 9h et réalisions entre 25 et 35 km avec 1200m à 1500 m de d+. La seule différence est qu’il y avait encore beaucoup de neige ! Cela nous a au moins préparé pour les névés !

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées à faire dans les Vosges ?

Dans les Vosges, les randonnées, ce n’est pas ce qu’il manque. Nous avons la chance d’être dans une région magnifique avec des points de vue splendides où nous pouvons apercevoir les Alpes. Une des randonnées que nous avons réalisé pour notre entraînement est de partir de Thann et de monter jusqu’au Grand Ballon en passant par le Molkenrain. Une bonne petite pause dans une auberge avec une part de tarte à la myrtille permet de reprendre des forces avant la descente !

Quid de ton GR20 ? A quelle période, quel itinéraire ?

Nous avons réalisé un GR20 sportif, c’est à dire la totalité en 7 jours. Du Nord au sud. Nous avons démarré le 18 juin et sommes revenus le 24. Pour ce faire, nous avions un rythme élevé et nous réalisons entre 2 et 3 étapes par jour. Nous étions 5 + notre guide Magali d’Altre Cime qui nous a permis de réaliser une boucle supplémentaire et de passer par des chemins sur les anciens GR20.

Team d'Anaïs sur le GR20
Team d’Anaïs sur le GR20

Au total, nous avons réalisé 220 km et 28.000 m de D+.

Quel était la démarche de vouloir faire le GR20 ? Une préparation spécifique ?

La démarche de vouloir faire le GR20, c’est le dépassement de soi, la recherche d’un nouveau défi après le Mont Blanc. Avec mon équipe, nous faisons partie de la même entreprise, nous apprécions tous sortir de notre zone de confort et vivre des expériences sportives aussi intenses que le GR20 !

Unaferm - GR20
Unaferm – GR20

Pour les entraînements, j’ai porté mes chaussures bien avant de faire le GR20 mais cela ne m’a malheureusement pas empêché d’être blessée. Il faut vraiment bien choisir sa taille de chaussures et emmener deux paires.

J’ai également porté ma fille de deux ans sur le dos lors de randonnées dominicales pour m’entraîner à avoir du poids. Le renforcement musculaire m’a beaucoup aidé notamment pour les abdos qui sont beaucoup sollicités en descente ! Et bien sûr pour les cuisses. Le VTT et la course à pied m’ont également beaucoup apporté pour le cardio.

Quel matériel avais-tu emporté ?

J’avais un sac Millet qui n’était pas vraiment adapté. La prochaine fois (oui maintenant que la douleur est passée, je compte un jour le refaire), je m’équiperai d’un sac de qualité avec des attaches devant et sur la poitrine pour plus de maintien.

Escalade sur la partie nord du GR20
Escalade sur la partie nord du GR20

J’avais une poche à eau qui me permettait de boire sans m’arrêter et 1 gourde dans le sac.

Pour les vêtements, je portais souvent mon haut Odlo à manche longue car même s’il faisait beau la plupart du temps, ce n’est pas une légende, le temps change extrêmement vite. Nous avons souvent eu les 4 saisons dans la même journée. Malgré cela, nous étions la plupart du temps en manches courtes et en short. Impossible d’emmener toute ma grade robe, j’ai souvent dormi avec les mêmes habits que la journée !

Pour les chaussures, le choix n’était pas évident, j’ai néanmoins opté pour des chaussures basses « Salomon » les speed cross 4 étaient un peu trop rigides devant, j’ai donc vite changé pour les Wings pro 2. Elles accrochent bien les dalles. Gtx ou non, quand un Orage vous tombe dessus au GR20, tout est trempé !!

Les barres de céréales et les boosters m’ont souvent sauvé la vie ! Rapidement en hypoglycémie, c’est indispensable pour tenir d’aussi longues journées. Malgré que l’on mangeait au moins 6 fois par jour !

Nous avons dormi dans des gîtes, des bergeries et sous les tentes. L’ambiance dans les gîtes, refuges où bergeries est très sympathique, tout le monde est épuisé, on marche comme des robots mais on est tellement content d’être arrivé.

Selfie d'équipe ;-)
Selfie d’équipe 😉

Encore des névés en en cette fin juin sur le GR ?

Oui, il y a encore de la neige, et pas qu’un peu ! Entre Verghju et Vizzavona Nous étions le premier groupe de la saison à passer les névés sans guide de haute montagne. Il y avait tellement de neige qu’on perdrait les traces du GR20. Il faut être extrêmement prudent, mon genou a glissé sur la neige qui est très dure et j’ai de suite sentie une brûlure. Si on marche doucement et qu’on suit les traces, cela se passe bien.

Les pieds toujours sec
Les pieds toujours secs ? 😉

Tes impressions ?

Inoubliable ! Autant par la beauté des multiples paysages, des odeurs de maquis, de thym et de pins, des montagnes à perte de vues, mais aussi par les millions de cailloux (j’en n’ai jamais autant vu de ma vie !) des nombreuses chutes, douleurs et difficultés : je n’oublierai jamais cette expérience !

File indienne de rigueur - GR20
File indienne de rigueur – GR20

Le fait que j’aille au bout de ce GR20 sportif, c’est notamment grâce à notre équipe, le soutient et la confiance qu’ils avaient en moi m’ont souvent permis de tenir dans les moments les plus compliqués. Et aussi grâce à Magali qui est une guide impressionnante, exigeante et passionnée : elle a su assurer notre sécurité et nous sortir des sentiers battus.

Ton plus gros coup de cœur ?

Il y a tellement de choses, j’ai vraiment apprécié la partie Nord, avec les grandes dalles à escalader comme la remontée de la Spasimata jusqu’au lac de Muvrella, la montée en face Nord du Monte Cintu jusqu’au Ghjarghje Rosse, la pointe des Éboulis et aussi le lac de Melu et ses pozzines magnifiques ! Et bien sûr la variante montagnarde jusqu’aux Aiguilles de Bavella. Splendide.

Variante alpine de Bavella et le passage de la chaine
Variante alpine de Bavella et le passage de la chaine

Un remerciement ?

Merci à mon équipe : la Unateam, Romain, Jean-Charles, Jean-David et Lionel pour leur soutien et leur force, pour les parties de cartes et pour m’avoir attendu quand je remettais mon rouge à lèvres, merci à Magali pour sa passion.

As-tu eu des astuces que tu pourrais partager avec nos lecteurs ?

Malgré que cela fasse un look bizarre (on a tous le même au final !) les chaussettes de récupération et les sandales sont indispensables pour bien récupérer au niveau des jambes le soir. Éviter les tongs car avec les chaussettes cela n’est pas pratique !

Le strap permet d’éviter de perdre un ou deux genoux lors des descentes.

Opter pour une veste de pluie ou GTX mais pas de poncho, on ne voit plus ses pieds en pleine tempête !

Dernier conseil : faire quelques pas en plus pour manger une bonne omelette dans une bergerie.

D’autres conseils pour les lecteurs qui préparent le GR20 ?

Je n’ai pas vraiment d’autres conseils précis, simplement de vivre le moment présent sur chaque étape, et de ne pas oublier de lever la tête même si c’est risqué car c’est la chute assurée avec tous ces cailloux qui trainent !

Si tu envisageais de refaire le GR20 un jour, changerais-tu quelque chose ?

Si je devais refaire le GR20, je ferai la même chose, avec les mêmes personnes.

La belle équipe !
La belle équipe !

Mais si vraiment je devais changer quelque chose, j’investirai dans une veste gtx et je prendrai une demi taille de chaussures au-dessus (je fais un 37 et mes chaussures étaient du 38, mais encore trop petites (rip à mes doigts de pieds). J’espère un jour pouvoir le refaire, je m’entraînerai un peu mieux forcément – j’y ai pris goût donc je démarre doucement les trails et courses.

Envie de rajouter quelque chose ?

En ce moment même (jour de rédaction de cette interview), je suis à Casta en Haute-Corse, je suis en mode vacances mais quand je regarde les montagnes, je n’ai qu’une envie… rechausser mes Salomon ! Bon GR à tous !

Merci beaucoup Anaïs ! Être accompagné d’un accompagnateur / accompagnatrice de montagne, c’est effectivement un vrai plus ! On apprend tant sur la montagne, sa faune et sa flore…. sans oublier le choix d’itinéraires « sympathiques » 😉

A bientôt sur le GR20 !

A vous de laisser un commentaire !