Alban Mauzac – Son GR20 en 5 jours en jeûnant

Bonjour Alban, peux-tu te présenter ?

Salut, je m’appelle Alban Mauzac, j’ai 21 ans. J’habite dans le sud de la France et depuis tout petit, je sillonne les sentiers du Var et des Alpes, à pied ou à vélo. J’ai réalisé le GR20 en 5 jours en jeûnant en octobre 2017.

Déjà expérimenté en randonnée ?

Oui j’ai déjà une expérience en randonnée, j’ai fait deux fois le GR20 : une fois SUD/NORD, une autre fois NORD/SUD.

Alban - Au loin la mer, depuis la montagne
Alban – Au loin la mer, depuis la montagne

Après, je randonne le plus régulièrement possible dans le sud de la France il y a pas mal de chemins et sentiers pour faire de très belles randonnées. J’ai également eu l’occasion de faire un trek au Népal, l’Annapurna Sanctuary : c’est juste majestueux…

Peux-tu nous conseiller quelques randonnées ?

Je conseille vivement à tout le monde d’aller randonner dans les Gorges du Verdon, c’est juste magnifique, et dans la Vallée des Merveilles. Toutes les randonnées côtières sont également très agréables à faire même en famille.

Le Népal est également un endroit magnifique pour la randonnée, on trouve les plus hauts sommets de la Terre ainsi que des forêts tropicales, c’est à couper le souffle ! Et les locaux sont des gens formidables et ils ont besoin du tourisme pour vivre…

Tu as donc fait le GR20 en octobre dans un contexte un peu particulier : tu as jeûné sur le parcours, peux-tu nous en parler ?

J’avais envie de faire quelque chose de peu commun, ayant un mode de vie orienté vers le bien-être, je voulais montrer qu’il était possible de faire du sport intensif et de jeûner en même temps.

GR20 - au dessus des nuages
GR20 – au dessus des nuages !

J’avais beaucoup aimé le GR20 la première fois, j’ai donc voulu faire cette expérience sur le GR20 mais cette fois-ci pour que ce soit plus intensif, on s’est dit qu’il fallait tripler les étapes.

On a choisi de soutenir l’association Dance for me Noémy car c’est une association qui fait en sorte de réaliser les rêves d’enfants atteints de maladies graves ou d’handicapes, ces enfants ont une grande volonté et beaucoup de courage. On a voulu soutenir cette cause, on voulait faire découvrir aux gens cette association, d’autant plus que nous connaissons les créateurs de Dance For Me Noémy. Il n’y a pas de lien direct avec le jeûne et ces enfants, c’était important à nos yeux d’associer et de faire connaître cette association.

D’un point de vue médical, qu’en penses-les médecins ? Dailleurs, avais-tu parlé avant ton départ à des spécialistes ?

Avant le départ, j’ai vu pas mal de spécialistes à plusieurs reprises, dont mon médecin du sport, un ostéopathe et un chiropracteur. Aucun ne m’a dit que c’était une mauvaise idée, ils m’ont aidé à mettre en place un protocole d’entraînement sur 8 mois et ils ont fait le nécessaire pour que mon corps soit dans un bon état pour cette aventure (ostéopathe et chiropracteur).

Couleurs d'automne sur le GR20
Couleurs d’automne sur le GR20

Mon médecin du sport a simplement vérifié que je sois apte à le faire et c’était le cas ! 🙂

J’ai déjà entendu qu’un jeûne de 1 à 3 jours pouvait être bénéfique pour le corps, il existe d’ailleurs des « régimes » mono-diète, ayant pour objectif la détox, permettant au corps de dégrader plus vite les aliments et ainsi avoir du temps pour régénérer plus efficacement certains organes…

Mais jeûner sur du plus long terme, tout en pratiquant une activité sportive intensive comme le GR20, n’est ce pas dangereux ?

Faire du sport en jeûnant peut-être dangereux, c’est pour cela que j’ai eu un entraînement aussi bien sportif qu’alimentaire pendant plusieurs mois. Tous les jours je faisais du sport, du yoga, de la méditation et je ne prenais qu’un seul repas par jour, riche en vitamines, minéraux, protéines et bons lipides. Pour en arriver à ce genre de programme j’y suis allé progressivement bien sûr.

Une fois sur le GR20 je n’ai pas mangé, par contre j’ai beaucoup consommé d’eau avec un apport en minéraux et quelques vitamines, car si on boit uniquement de l’eau et en grande quantité, cela peut également être un gros problème (déminéralisation).

C’est une aventure qui nécessite un peu de force mentale pour ne pas lâcher, car on peut facilement dire stop quand on a faim et que l’on voit d’autre randonneur casser la croûte sur le bord du sentier…

J’avais une équipe qui me rejoignait tous les soirs aux refuges afin de voir si tout allait bien si je ne courrais aucun danger et j’ai eu le droit à quelques drainages histoire d’avancer de plus belle le lendemain 😉

Comment ça s’est déroulé pour toi ?

J’ai commencé à jeûner 19h avant mon départ et 30 minutes après mon arrivé à Conca j’ai commencé à manger, peu bien sûr, car après un jeûne vaut mieux y aller doucement sur l’alimentation, on a opté pour des fruits bien mûrs.

Le portail d'Usciolu - Paliri Conca
Le portail d’Usciolu – Paliri Conca

Cela fait 120h de jeûne. L’objectif était vraiment de ne rien consommer d’un point de vue alimentaire, uniquement de l’eau avec quelque vitamines et minéraux, aucun  glucide ni aucune protéine.

Pour l’hydratation, je buvais jusqu’à 9-10 litres d’eau par jour, pour 10h de marche par jour (environ… des fois plus, des fois moins). Dans l’eau, il y avait soit un mélange de vitamines et minéraux, soit des plantes (thé, infusion)

Quel matériel avais-tu emporté ?

Pour cette fois-ci, l’objectif était de le faire en 5 jours en étant le plus léger possible, donc j’avais un sac camelback avec une poche d’hydratation de 3 litres, une trousse de secours complète, une pince multifonction, une couverture de survie, une veste Gore-Tex, une paire de bâtons, une lampe frontale, et mon portable (environ 5 kg dans le dos). J’ai eu la chance d’avoir une équipe qui me retrouvait le soir donc je n’ai pas eu à porter le reste des affaires (réchaud, tente, tapis, rechanges…).

Pour la nourriture, vu que le but était de jeûner, la question ne se pose pas 😉

Pour les vêtements, en journée j’avais un pantalon 3 saisons, un tee-shirt Merinos, une polaire, une doudoune et une Gore-Tex en cas d’orages. On peut rajouter à ça un bonnet et une paire de gants (plus pour me protéger les mains du granit que du froid).

Pour les chaussures, j’ai jonglé avec une paire de Vibram Fivefingers Trek Ascent et des Merrel Trails Glove 4.

La première fois que j’ai réalisé le GR20, j’étais avec mon meilleur ami, on l’a fait en autonomie, à deux c’est mieux, car cela permet de répartir le matériel (tente, trousse de secours, réchaud etc…), il faut essayer de partir le plus léger possible (15kg par personne en comptant l’eau est un maximum …).

Nous avions un sac Millet Khumbu 55+10, une tente MSR Zoid 2, un réchaud Optimus, un sac de couchage Millet Alpine LTK 800, un tapis Termarest gonflable, des plats lyophilisés, poche à eau Camelback, couverture de survie, 2 changes de sous-vêtements et t-shirt que je nettoyais tous les jours, un pantalon et un short, une polaire une doudoune et une Gore-Tex, une paire de bâtons, des lunettes de soleil, une paire de petits crampons pour les névés, une trousse de secours. Je crois que je n’oublie rien.

Tes impressions positives :

Le GR20 est juste extraordinaire, les paysages sont à couper le souffle et totalement différent entre le sud et le nord.

GR20 sud Paliri Conca
GR20 sud – Paliri / Conca

La nature est préservée et ça, ça fait toute la différence.

Physiquement, le premier jour a été plus compliqué car il fallait mettre le corps en marche !!

En triplant les étapes, le dénivelé et les kilomètres augmentent rapidement. Passé le premier jour, que ce soit physiquement ou moralement, je me suis senti réellement bien sur ce sentier mythique.

Pozzines - GR20
Pozzines – GR20

Les relations entre randonneurs sont juste magiques, que ce soit le soir aux refuges ou en pleine journée, on tisse rapidement des liens, et il n’est pas rare de faire des étapes entières avec des personnes que l’on vient juste de rencontrer.

Je n’ai jamais eu de problème relationnel avec les gardiens, ils sont tous très accueillants !

La météo était juste parfaite.

Du négatif, ou à améliorer ?

La propreté dans certains refuges, mais c’est loin d’être une généralité.

Ton plus gros coup de cœur ?

Mon coup de cœur premier, c’est le GR20 en soit. Les forêts que l’on traverse, les rivières translucides, ces montagnes qui se dressent devant nous, ces bergeries en pierre, les lacs d’altitude, les pozzines et l’odeur du maquis…

gr20-passage-en-foret
Passage en foret

Un message à faire passer ?

Foncez faire le GR20 ! C’est plus qu’une grande randonnée, c’est une aventure, un dépassement de soi, et de belles rencontres humaines

Ton étape et ton refuge préférés ?

Le refuge que j’apprécie le plus est celui de Petra Piana, par son ambiance et le paysage qu’il offre.

Automne - Corse
Automne – Corse

L’étape que j’ai préférée est celle qui contourne le Cirque de la Solitude, elle est très sportive, on crapahute pas mal et le terrain est accidenté, ce qui rend la randonnée plutôt sportive !!

Une astuce que tu peux partager avec nos lecteurs ?

Il y a toujours pleins de trucs et astuces, la première chose qui me vient en tête, ce sont les bâtons de marche, ils sont indispensables de mon point de vue, ils permettent un soutien au niveau des articulations non négligeable, car au fur et à mesure des jours de marche, les genoux peuvent faiblir, et ils évitent pas mal de chutes… 😉

D’autres conseils pour ceux qui préparent leur GR20 ?

La préparation ne doit vraiment pas être négligée, il faut s’entraîner plusieurs mois à l’avance et manger pas mal de dénivelé afin de se lancer sur le GR20 sereinement et ne prendre aucun risque. Plus le sac sera léger, mieux c’est !

On profite mieux d’une rando quand on n’a pas mal au dos…

Si tu envisageais de refaire le GR20, changerais-tu quelque chose ?

Si je devais le refaire, ce serait en profitant pleinement de chaque refuge, bergerie etc..

bergeries-d-alzetta-corse
Bergeries d’Alzetta

J’aimerai également faire toutes les variantes possibles, les sommets et toutes les autres possibilités.

Envie de rajouter quelque chose ?

Merci GR20 Blog !!

Merci à toi surtout Alban ! Ton interview est très intéressante, on y apprend que jeûne et sport ne sont pas forcément incompatible – bien sûr avec une grosse préparation, on ne s’improvise pas dans une telle démarche, ni sans avis et suivi médical comme tu le précises bien !

Dès à présent, allons tous faire visiter cette association Dance for me Noémie que tu as souhaitée promouvoir !

Lien du site web et la page Facebook Dance for me Noémie !

Bon weekend à tous !

A vous de laisser un commentaire !